18 novembre 2018

Ghost Talkers, de Mary Robinette Kowal


J'ai découvert l'autrice Mary Robinette Kowal grâce à ce titre, et je peux déjà vous dire que je ne me suis pas arrêtée là !


Résumé :

En cette première guerre mondiale, l'Angleterre a inventé une arme secrète : elle a entraîné des équipes de médiums capables de communiquer avec les morts. Chaque soldat est formé pour que, dès son décès au front, il puisse venir faire un rapport sur ce qu'il a vu et entendu avant de glisser vers l'au-delà. Ginger, une riche héritière américaine, fait partie de cette équipe de médiums qui, en cachette, débriefent les soldats juste après leur mort. Mais les Allemands semblent avoir percé leur secret et mettent en danger la vie des médiums ; pire, il semble qu'un traître se soit infiltré dans la chaîne de commande. Quand le fiancé de Ginger est envoyé au front et confirme ses soupçons, elle est obligée de mener seule l'enquête pour sauver la vie de son équipe.


Mon avis :

"Ghost Talkers" est le premier livre de Mary Robinette Kowal que je découvre, après avoir assez longtemps entendu parler de cette autrice américaine proche de certains de mes auteurs préférés, comme John Scalzi. Il ne s'agit pas de son titre le plus connu, mais ce mélange de récit historique et de fantastique m'a tout de suite alléchée. Je l'ai acquis sous format audio qui, dans sa version originale, est narré par l'autrice elle-même (et elle fait un excellent travail).

J'ai été tout de suite attirée par le synopsis original de ce roman. On est donc en pleine guerre, à Londres, où une petite section de l'armée britannique emploie une technique d'espionnage inédite : la communication avec les morts. Tout se fait dans le plus grand secret, et Ginger, notre héroïne, et ses collègues (donc beaucoup de femmes) sont chargés d'accueillir les soldats qui viennent d'être tués au front et qui leur rapportent ce qu'ils ont vu avant d'entamer leur grand voyage vers l'au-delà. On devine l'énorme potentiel émotionnel de ce genre de scènes, et de fait ça ne rate pas, sans être larmoyant : les "ghost talkers" sont des agents de renseignement mais remplissent aussi le rôle du prêtre qui recueille les dernières confidences de soldats morts bien trop jeunes et souvent inutilement. L'autrice retranscrit très bien l'émotion de ces moments et nous permet d'entrevoir brièvement l'horreur de cette guerre. 

Le début du roman nous permet rapidement de comprendre le rôle de cette section inédite de l'armée, y-compris les difficultés que vivent les femmes qui la composent dans un milieu à la fois machiste, élitiste, nationaliste et raciste. Ginger notamment a le gros désavantage d'être une femme, mais profite au moins du fait d'être blanche et de provenir d'un milieu aristocratique très bien connecté. Une de ses collègues, tout aussi talentueuse, doit rester dans l'ombre parce qu'elle a la peau noire et vient d'un milieu populaire. Ce ne sont pas des éléments inédits mais d'une part j'apprécie que l'autrice ne les ait pas occultés, et d'autre part, sans s'y attarder, elle prend quand même le temps d'illustrer concrêtement ce qu'ils signifient.  

Ensuite l'action commence très vite : des soupçons de traitrise, une série de bombardements bizarres au front qui font beaucoup de mort sans visée stratégique évidente, un homme louche qui apparaît… et l'héroïne se trouve confrontée à la fois à un drame et à une aventure qui pourrait s'avérer cruciale pour la poursuite de la guerre. Cette partie prend la forme d'une enquête à tendance thriller, c'est bien mené, il y a quelques grosses surprises, le décor historique ainsi que le côté fantastique ajoutent du piquant, et on ne s'ennuie pas. Avec ce roman j'ai découvert le talent de conteuse de l'autrice qui n'est pas une débutante et ça se sent.

Au final c'est un roman avec lequel on passe un très bon moment, un excellent divertissement, original et bien conté. Ce n'est pas quelque chose qui révolutionne le fantastique, ou qui laisse une impression indélébile, mais ce n'est pas non plus le roman qui se confond avec mille autres. Il m'a donné envie de poursuivre ma découverte de cette autrice, ce que j'ai fait assez vite (je vous en parle très bientôt). Bref, je recommande !


Pour en savoir plus :
- la fiche goodreads du livre
- la fiche Bibliomania du livre


2 réactions:

ana

she's also the person who started the "month of letters challenge", which invites people to write one letter/day in february! :)

Nathalie L.

I didn't know about that, Ana! I know she's been very active in the writers' community and a bit of a social justice warrior, which I love :)

Votre commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...