29 octobre 2016

The Dispatcher, de John Scalzi


J'ai vraiment essayé de ne pas vous présenter deux romans de John Scalzi à la suite, mais j'en ai lu tellement dernièrement que ça devient difficile. Celui-ci je voulais vous en parler rapidement parce qu'il s'agit d'une novella qui est disponible gratuitement sur Audible (y-compris le site en français) et je voulais vous en parler avant que cette offre se termine. Si vous pensez pouvoir apprécier en audiolivre en anglais, cet article est pour vous !


Résumé :

Tony Valdez est un "dispatcher" : un assassin qui sauve des vies. Dans un monde pas loin dans le futur, sans qu'on sache pourquoi ni comment, l'assassinat est devenu quasiment impossible : quand quelqu'un est tué volontairement par quelqu'un d'autre, 999 fois sur 1000 la victime disparaît et réapparaît en vie dans son propre lit, comme si rien ne s'était passé. D'où le métier de dispatcher : celui qui se tient prêt à vous assassiner quand vous êtes sur le point de mourir pour d'autres raisons afin de vous permettre de revenir à la vie. Tony est très à l'aise dans son rôle éthiquement compliqué, jusqu'au jour où l'un de ses amis et collègue est victime d'un enlèvement, et où il découvre que son métier peut devenir très cruel...


Mon avis :

Dans la série "John Scalzi", je vous présente un petit nouveau dont vous n'avez probablement jamais entendu parler parce que 1) il est sorti très récemment, 2) il n'a pas (encore) été traduit, 3) c'est une exclusivité audiolivre pour Audible. Vous pensez bien que quand Audible a proposé cette novella en bonus gratuit à ses membres, je me suis jetée dessus. Et comme si ce n'était pas suffisant, elle était narrée par Zachary Quinto, un acteur à la belle voix grave qui m'a beaucoup plu dans son rôle de Spock dans les nouveaux films de Star Trek et m'a donné des frissons de dégoût dans le rôle de Sylar dans la série Heroes.

24 octobre 2016

Fuzzy nation, de John Scalzi


Encore du Scalzi ! Oui, je sais, mais c'est quasiment devenu un petit challenge personnel de lire tous ses romans, et ce n'est pas le dernier... Laissez-moi vous présenter cette réécriture très réussie !


Résumé :

Jack Holloway est le type même de l'emmerdeur nonchalant : interdit d'exercer sa profession d'avocat après avoir frappé un client, il se retrouve prospecteur de pierres de lune sur la planète Zara XXIII, où il perd à nouveau son boulot pour avoir dressé son chien à provoquer à sa place les explosions qui dénichent les pierres précieuses. Mais surprise : sa dernière explosion a fait apparaître un énorme filon de pierres de lunes, une fortune dont il négocie âprement les droits avec ses anciens patrons. Sauf qu'au même moment, il découvre une colonie de petits animaux poilus étonnamment astucieux qui, s'ils s'avéraient remplir les conditions qui déterminent une race intelligente, obligeraient à cesser toutes les activités minières sur Zara XXIII... Tout à coup, il va devoir choisir entre devenir riche ou protéger les intérêts de ses nouveaux petits amis face à une entreprise interplanétaire.


Mon avis :

Je savais qu'on pouvait faire un remake d'un film ; j'ignorais que c'était aussi possible pour un roman. Et pourtant, c'est bien ce qu'est "Fuzzy Nation", le remake (autorisé par les ayant droit) d'un roman de science-fiction de 1962, "Little Fuzzy" de H. Beam Piper. J'ignorais ça au moment d'écouter ce roman, et je n'ai pas lu l'histoire originale, ce qui fait que je ne pourrai pas faire de comparaison. J'ignorais aussi que l'audiolivre de "Fuzzy Nation", narré par Will Wheaton, avait gagné un prix en 2012, mais ça, ça ne m'étonne pas du tout, car Will Wheaton donne une voix parfaite aux personnages impertinents chers à John Scalzi !

19 octobre 2016

Death Note, tome 1, de Tsugumi Ohba et Takeshi Obata


Attention mesdames et messieurs, une première sur ce blog : je vous parle d'un manga !!! *roulement de tambours*


Résumé : 

Apparemment, quand on est un dieu de la mort, la vie n'est pas si cool que ça et l'un d'eux, Ryûk, s'ennuie profondément. Il décide alors de laisser volontairement tomber sur la terre son "death note", un carnet où il inscrit le nom des humains qui vont mourir, pour voir ce que les humains en feront. Le carnet est récupéré par Light Yagami, un jeune étudiant modèle... qui n'hésite pas à l'utiliser pour faire mourir les criminels et rendre ainsi son monde meilleur. Mais bientôt, la police est à sa recherche...


Mon avis :

Dire que je n'ai pas beaucoup d'expérience des mangas est une évidence : je crois bien que c'est le premier que je lis !  Ça faisait longtemps que je voulais tenter l'aventure de ces drôles de petites bande-dessinées qu'on lit en commençant par la fin, mais je ne savais pas trop quoi choisir, je ne voulais pas quelque chose de trop "enfantin"... Sur les conseils avisés de Thalia et Kika, j'ai finalement acquis l'été passé le premier tome de cette série, Death Note. Et j'ai découvert les aventures de Light et Ryûk. 

12 octobre 2016

Le vieil homme et la guerre, de John Scalzi


Je vous avais dit que vous entendriez beaucoup parler de John Scalzi sur ces pages... Vu que j'ai adoré tous les romans de lui que j'ai lus jusqu'à présent, il fallait que je découvre sa série la plus célèbre dont ce roman est le premier tome !


Résumé :

"“J’ai fait deux choses le jour de mon soixante-quinzième anniversaire. Je suis allé sur la tombe de ma femme et je me suis engagé.”
À soixante-quinze ans, l’âge minimum requis, John Perry n’est pas le seul à intégrer les Forces de défense coloniale, le seul ticket pour les étoiles, mais sans retour. Plus rien ne le retient sur Terre. Combien d’années de vie peut-il encore espérer? En revanche, s’engager, c’est défendre la Terre, protéger l’expansion de l’humanité dans les étoiles, retrouver une seconde jeunesse et, à l’issue du service, obtenir le statut de colon sur une planète nouvelle. Sur Terre, nul ne sait ce qu’il advient de ces recrues à part qu’on leur promet une guerre sans merci contre la myriade d’espèces intelligentes qui se partagent un “ espace vital” interstellaire beaucoup trop étroit. John Perry devient donc soldat. Avec son nouveau statut commencent les révélations, inimaginables." (résumé de l'éditeur)


Mon avis :

Plusieurs années après tout le monde, je me suis enfin plongée dans le premier tome de cette fameuse série, "Le vieil homme et la guerre". C'est le livre qui a fait connaître John Scalzi, une première publication (bien qu'il ait écrit "Impressario du troisième type" avant), et ce n'est pas tous les jours qu'une première oeuvre ait autant de succès. Comme vous le savez si vous suivez ce blog, le sort a fait que j'ai découvert John Scalzi d'abord via ses romans publiés en audiolivres narrés par Will Wheaton, et "Le vieil homme et la guerre" je l'avais déjà acheté en ebook, il m'a attendu un peu plus longtemps dans ma liseuse. Mais il était depuis longtemps tout en haut de ma PAL virtuelle et il a fini par me sauter devant les yeux.

9 octobre 2016

Ubik, de Philip K. Dick


Aujourd'hui je vous parle d'un grand classique de la science-fiction (et même d'un grand classique tout court), le fameux Ubik du célèbre Philip K. Dick ! 


Résumé :

Dans un avenir pas si lointain où les hommes voyagent dans l'espace et où certains ont des pouvoirs télépathiques, Joe Chip est recruteur pour une entreprise qui loue les services d'hommes et de femmes ayant des pouvoirs permettant de repérer et de contrer les espions industriels utilisant des pouvoir psychiques. Son patron, Glen Runciter, dirige l'entreprise avec l'assistance de son épouse Ella, suspendue dans une demi-vie cryonique après son décès. Peu après le recrutement d'une mystérieuse jeune femme ayant le pouvoir de modifier le passé, Glen Runciter loue toute son équipe pour une mission particulièrement importante sur une autre planète. Mais dès leur arrivée, une bombe explose, tuant Runciter et provoquant d'étranges perturbations temporelles pour les autres membres de l'équipe...


Mon avis :

Voici une de ces chroniques que je vais avoir beaucoup de mal à écrire. C'est le deuxième récit de Philip K. Dick que je découvre et comme pour le premier, Le Maître du Haut-Château, je ne sais pas vraiment qu'en dire. C'est d'autant plus compliqué que je l'ai découvert sous forme d'audiolivre en VO, narré par un acteur qui a pris la liberté de jouer le texte utilisant des voix très distinctes pour les différents personnages. Runciter a ainsi une voix traînante et très grave de cow-boy, l'employé de l'institut suisse a une voix aiguë très obséquieuse, Joe Chip a une voix normale mais où ses sentiments percent de façon parfois extravagante, certains de ses compagnons ont l'air perpétuellement en situation de panique... C'est très bien fait et très immersif, mais en même temps c'est une sorte d'interférence entre le texte et moi qui a probablement ajouté une dimension qui n'aurait pas existé à l'écrit.

7 octobre 2016

Le Mort aux Quatre Tombeaux (Dry Bones), de Peter May


Je rattrape petit à petit mes chroniques en retard, et voici un roman que j'ai lu (ou plutôt écouté en audiolivre VO) cet été, le polar d'un auteur qui m'a déjà beaucoup séduite par le passé...


Résumé :

Le biologiste écossais Enzo McLeod habite en France depuis de longues années quand, lors d'un dîner, d'anciens amis lui rappellent son passé de médecin légiste et lui lancent un défi : résoudre un "cold case" grâce aux avancées scientifiques.  Sous la pression d'un montant élevé mis en gage, Enzo relance l'enquête sur la disparition de Jacques Gaillard dix ans plus tôt, un homme politique et cinéphile très connu qui s'est volatilisé sans le moindre indice. D'un bout à l'autre de la France, Enzo va découvrir un jeu de piste macabre qui ira jusqu'à mettre en péril sa propre vie.


Mon avis :

Voici le premier volume d'une série au tour du personnage Enzo McLeod que j'ai découverte récemment.  Après avoir adoré "L'île des chasseurs d'oiseaux" et sa suite, "L'homme de Lewis" du même auteur (ce qui me rappelle que je dois encore lire le troisième volume de cette série), j'avais envie de découvrir d'autres romans de Peter May. "Le Mort aux Quatre Tombeaux" (Dry Bones ou Extraordinary People en version originale) m'est tombé dans l'oreille je ne sais plus trop comment, probablement lors d'une promotion sur Audible, et j'avais bien aimé la voix du narrateur, un peu blasée et joliment accentuée. C'est à nouveau un polar mais dans un tout autre environnement que la trilogie écossaise que je connaissais déjà. 

3 octobre 2016

Chronique du Tueur de Roi, tome 1 : Le Nom du Vent, de Patrick Rothfuss


Aujourd'hui je retourne un moment vers la fantasy pour vous parler d'une de ses sagas récentes les plus connues...


Résumé :

J'ai libéré des princesses. J'ai incendié la ville de Trebon. J'ai suivi les pistes au clair de lune que personne n'ose évoquer durant le jour. J'ai conversé avec les dieux, aimé des femmes et écrit des chansons qui font pleurer les ménestrels.
J'ai été exclu de l'Université à un âge où l'on est encore trop jeune pour y entrer. J'y étais allé pour apprendre la magie, celle dont on parle dans les histoires. Je voulais apprendre le nom du vent.
Mon nom est Kvothe.
Vous avez dû entendre parler de moi.
Découvrez l'extraordinaire destin de Kvothe : magicien de génie, voleur accompli, musicien d'exception... infâme assassin.
Découvrez la vérité qui a créé la légende.


Mon avis :

Je vous ai déjà dit que je ne me renseignais pas beaucoup sur mes livres avant de les lire?  Il suffit de peu : une promotion, un auteur que j'aime, un titre que j'ai croisé plusieurs fois ; je note, j'achète, je laisse de côté, et quelques mois ou années après, je retombe sur ce livre alors que j'en ai tout oublié et je le découvre sans rien en savoir. C'est encore une fois ce qu'il s'est passé avec "Le nom du vent" ; je crois que j'ai lu l'un ou l'autre de mes auteurs de fantasy favoris en faire les louanges (Brandon Sanderson peut-être ?), et probablement qu'il a été en promotion sur Audible un jour ou l'autre, ou alors je me suis dit que les presque 28h de lecture seraient un bon investissement pour mon crédit mensuel. Quoi qu'il en soit, cet été, après avoir fini "Dry Bones" (dont je vous parle bientôt), j'ai eu envie de retourner vers la fantasy et j'ai commencé l'écoute de "Le Nom du Vent". Je ne savais pas du tout de quel genre de fantasy il s'agissait, ni même que c'était le premier tome d'une trilogie (dont je troisième tome n'est pas encore paru). J'ai tout découvert en partant de zéro, comme j'aime.