9 mai 2011

Crépuscule d'acier, de Charles Stross

Vous avez remarqué que je suis plutôt dans une phase de science-fiction ?  C'est le troisième livre du genre en un mois, quand même !


Résumé :

Depuis l'apparition de l'Eschaton, un pouvoir extraordinaire et mystérieux arrivé sur Terre au XXème siècle, l'humanité est dispersée sur de nombreuses planètes qui se gèrent de façon indépendante.  En Nouvelle République, la vie est organisée sur le modèle d'un pouvoir autoritaire recréant les conditions sociales et techniques du XXème siècle et refusant toutes les technologies répandues dans le reste de l'univers connu.  Jusqu'au jour où une civilisation étrange s'installe en orbite autour de Planète Rochard, un des mondes gérés par la Nouvelle République, et fait pleuvoir une nuée de téléphones qui ne disent qu'une chose : « Bonjour. Tu veux bien nous distraire ? »  En échange de toute information, les nouveaux-venus, qui se présentent comme "le Festival", exaucent n'importe quel vœux.  C'est immédiatement le chaos et la révolution sur Planète Rochard, et Nouvelle République envoie un escadron de vaisseaux de guerre pour rétablir l'ordre et chasser le Festival. A bord du vaisseau amiral, un ingénieur terrien et une envoyée de l'ONU vont tenter l'impossible pour empêcher Nouvelle République de commettre la plus grosse erreur de son histoire...


Mon avis :

Je dois dire que j'ai été attirée par ce livre grâce au résumé (pas le mien, celui de la quatrième de couverture, que vous pouvez lire ici).  Cette histoire de largage de téléphones sur une planète arriérée me paraissait particulièrement originale et j'espérais qu'elle serait au centre de l'intrigue.  Malheureusement, si elle était développée dans le premier chapitre, la suite passe complètement à autre chose (on reviendra plus tard, à temps partiel, sur les événements se déroulant sur la Planète Rochard).

Et à partir de là, il faut un peu de temps pour "rentrer dans le bain" ("embarquer sur le vaisseau" serait plus exact).  L'auteur nous entraîne immédiatement dans un monde assez loin du nôtre et met au moins la moitié du livre pour nous en expliquer les concepts de base tels que "l'Eschaton" ou "Singularité".  Même après ça, avec le jargon technique, scientifique et même philosophique qui parsème le discours de toutes les parties, il faut se résoudre à rater pas mal de détails.  L'auteur garde aussi le mystère sur l'histoire et les buts des deux principaux protagonistes, là aussi il faut accepter de suivre leurs péripéties sans trop savoir ce qu'ils cherchent à obtenir.  Enfin, quand des explications sont données, elles sont parfois lapidaires même quand elles sont importantes et il faut être particulièrement attentif pour ne pas les rater (par exemple, ce qui concerne les "bizarreries" sur Planète Rochard). Il y a d'ailleurs encore quelques points que je ne saisis pas complètement : parmi mes lecteurs ayant lu ce roman, si l'un d'entre eux est capable de m'expliquer ce que sont les "Mimes" exactement, j'en serais ravie !

Une fois que l'on s'habitue à ne pas tout saisir et à attendre avec patience l'heure des explications, on peut se laisser emporter par une intrigue au final assez simple, même s'il faut un certain temps pour en saisir les tenants et les aboutissants car les buts et rôles de chacun sont expliqués au compte goutte.  Le suspense est donc présent tout au long de l'aventure et s'intensifie dans certains passages ; j'ai été par exemple complètement emportée par la bataille spatiale pleine de tension.  ll y a aussi de nombreuses inventions ingénieuses et un monde très particulier : qui imaginerait une planète vivant au rythme du XIXème siècle au cœur d'un roman de science-fiction ?  Les personnages, sans être vraiment novateurs, forment une belle brochette d’intrigants qui interagissent les uns avec les autres avec beaucoup de bonheur.  Les aventures ne manquent pas, l'action non plus - surtout à partir du moment où le vaisseau décolle.

Et puis il y a aussi cet humour présent d'un bout à l'autre, subtil et ironique. L'auteur se moque sans cesse de certains de ses personnages et recrée dans un monde futuriste et en partie délirant les soucis qui nous empoisonnent la vie, entre autres celui de devoir collaborer au jour le jour avec des imbéciles.  Vassily, l'Amiral et même Burya sont des caricatures qui s'insèrent pourtant parfaitement dans le récit, y ont un rôle essentiel et en même temps l'allègent considérablement.  Il suffit de prêter attention à la consonance des noms des personnages pour comprendre les allusions ironiques qui sous-tendent toute l'aventure, et le mot "eschatologie" lui-même (science qui étudie l'Eschaton) ne peut pas avoir été choisi au hasard (bien que ca marche moins bien en anglais, où "escatology" ne prend pas de H mais "Eschaton" bien).  Au final, ce roman, malgré son intrigue aventureuse, n'est pas un roman sérieux ; l'humour noir est omniprésent.

Je dois avouer qu'en finissant ce livre je ne savais pas tellement quoi en dire, mais c'est là l'utilité de la rédaction de chroniques : plus je me force à y réfléchir, plus je trouve de bons côtés à ce roman. Les détails que je n'ai pas tout à fait saisis n'ont finalement pas beaucoup d'importance, par contre l'originalité de cette histoire va me laisser une impression durable, et je n'hésiterai pas à me jeter sur sa suite, "Aube d'acier", si elle me tombe sous la main.  Un grand merci aux éditions du Livre de Poche et à Livraddict pour m'avoir permis cette découverte !

Mon enregistrement d'un passage :
       


Pour en savoir plus :
- la fiche Bibliomania du livre 
- acheter ce livre sur Amazon

4 réactions:

lebonsai

Et bien je vois qu'on est assez d'accord sur pas mal de points !
C'est comique mais le côté humour noir ne m'avait pas marqué mais maintenant que tu en parles, ça me revient ... J'y avais vraiment pas fait attention !
Autrement, comme je te le disais sur LA, j'étais aussi un peu perplexe à la sortie de ma lecture ! Mais, au final, mon avis reste super positif !

El Jc

Je ne connais pas celui ci mais j'ai découvert l'auteur avec le premier tome (Le bureau des atrocités) de son cycle intitulé : "La laverie" que j'ai tout bonnement adoré.

Merci pour l'extrait, c'est un plaisir de t'entendre ;o) et une excellente idée

Lexounet

J'ai beaucoup aimé ton avis, tu as mis pas mal de mots sur des choses que je n'ai su formulé. Tu as raison quand tu dis qu'il faut accepter de ne pas tout comprendre.

Mylène (Mycoton32)

J'adore ta voix :D
Et ça fait plaisir de t'entendre !

Votre commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...