1 février 2013

Limonov, d'Emmanuel Carrère


Aujourd'hui, ce n'est pas un roman mais une biographie que je vous présente !


Résumé :

Edouard Limonov, c'est un Russe, le fils d'une petite main du parti, né sans avenir. Pourtant, il deviendra gangster, poète, tailleur et rebelle politique en Russie ; il sera aussi mendiant et maître d'hôtel d'un millionnaire à New York ; en France, il deviendra la coqueluche de tout Paris, avant de retourner en Russie pour y créer un parti fasciste. Il vivra dans les plus belles demeures et connaîtra le goulag. Il sera détesté et adoré. Entre monstre et martyr, voici la biographie d'un homme hors du commun.


Mon avis :

Je ne sais pas comment ce roman a atterri dans ma bibliothèque, mais je sais d'où je connais l'auteur, qui m'a été "présenté" par une amie (coucou Manon !). Je n'avais encore jamais rien lu de lui (il y a pourtant "La moustache" qui m'attend), mais je m'attendais à un style qui en vaille la peine, et je n'ai pas été déçue : les mots coulent comme du miel et l'auteur est présent à chaque phrase, mélangeant sans déranger son histoire personnelle à celle de l'homme dont il narre la vie.  J'ai eu tout au long de la lecture l'impression que Mr Carrère se trouvait à côté de moi, à une table de restaurant après un repas sympathique, et qu'il prenait la peine de raconter l'histoire d'un de ses amis qui aurait eu une vie assez extraordinaire.  Le tout sans compromettre la beauté de la langue écrite, mais sans entrer non plus dans l'affectation.

En ce qui concerne le contenu en lui-même, je dois dire que je me suis trompée : j'ai confondu Edouard Limonov et Alexander Litvinenko, l'espion russe empoisonné au polonium il y a quelques années.  Je me suis rendue compte de mon erreur dès les premières pages, mais l'auteur y résume la vie d'Edouard Limonov d'une façon tellement alléchante qu'il est difficile de s'arrêter là.

Et en effet, Edouard Limonov est un homme hors du commun. Insupportable d'arrogance, il a aussi le courage de remettre son destin en jeu sans arrêt.  C'est une personne qu'il est difficile d'aimer (et l'auteur ne nous cache pas ses aspects les plus noirs), mais la recherche approfondie dont ce livre est le résultat nous permet d'entrevoir les différentes facettes de sa vie et sa complexité le rend particulièrement intéressant.

Une histoire remarquable, donc, et un livre à la fois bien documenté et bien écrit. Et pourtant... au bout d'un moment, je me suis ennuyée. Malgré une plume plus qu'agréable, c'est une histoire qui se lit plus comme un documentaire que comme un roman, et moi je cherchais plus du divertissement que la biographie d'un sombre inconnu, quels qu'aient pu être les extrêmes de sa vie. Pas une déception, non ; plutôt un rendez-vous manqué, le genre de déconvenues auxquelles on s'expose quand on ne se renseigne pas assez sur un livre avant de l'ouvrir.

Il n'empêche, un aspect positif auquel je ne m'attendais pas, c'est l'aperçu de l'histoire de la Russie au travers de la vie de son peuple. Il s'agit bien sûr d'une interprétation de l'auteur, mais d'un auteur renseigné, fils d'une spécialiste de l'histoire et de la politique russe, quelqu'un de passionné par le pays. Les informations de cette biographie offrent quelques repères qui donnent envie d'en savoir plus. Un jour, peut-être...


Pour en savoir plus :
- acheter ce livre sur Amazon
- l'avis de charmant-petit-monstre, qui vous présente son "coup de coeur" avec en plus quelques citations bien choisies.


2 réactions:

Manon

Je l'ai lu aussi et même si j'aime beaucoup l'écriture de Carrère, celui-ci est loin d'être mon préféré (j'ai vraiment apprécié La moustache, La classe de neige - mais c'est vraiment dur -, L'adversaire et D'autres vies que la mienne).
J'ai trouvé ce récit bien écrit, le personnage, qui passe sans cesse du statut d'homme hors du commun à celui de loser, intéressant et la présentation de l'arrière-plan historique instructive. Mais je me suis également un peu ennuyée par moments...
Un aspect m'a gênée : aujourd'hui, Carrère se distingue, selon moi, par la mise en scène explicite de sa position, de son point de vue. En général, que ce soit dans L'adversaire ou D'autres vies que la mienne, il ne prétend pas livrer un document objectif, totalisant, comme entendent le faire certains films, émissions ou récits de vie. Il exprime souvent à la fois son intérêt pour certaines figures comme l'Adversaire mais aussi ses réticences, sa gêne, ses jugements de valeur. Et il le fait également dans Limonov... excepté à propos de la scène de viol collectif, celle-ci, d'après mon souvenir, est décrite mais c'est tout, on passe ensuite à autre chose, Limonov en sort intact alors que Carrère ne se prive pas de le critiquer pour d'autres faits.
Quoi qu'il en soit, je te conseille vivement de poursuivre ta lecture de son oeuvre, tu ne seras pas déçue, je pense!

Nathalie

Tout à fait ! J'avais l'intention de parler de cette scène et puis j'ai oublié, mais ça m'a choquée aussi. Finalement, Limonov est un homme sans scrupules et sans trop de morale, tellement centré sur lui-même qu'il fait le mal autour de lui sans s'en soucier du tout. Mais finalement il n'y a pas trop de victimes. Sauf celle-là, la victime du viol. Et comme tu dis, Carrère n'en dit pas un mot, il semble beaucoup plus choqué par les activités politiques de Limonov qu'autre chose...

Votre commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...