8 juillet 2014

Terremer, d'Ursula Le Guin


La lecture du mois de juin pour le Cercle d'Atuan était un roman d'une auteure que j'avais depuis longtemps envie de découvrir !


Résumé :

Dan est un jeune gardien de chèvres dans une région reculée de Terremer, un monde composé de centaines d'îles. Très jeune, il fait preuve d'un grand don pour la magie, est repéré par Ogion le sorcier et commence son éducation de mage. Mais il devra apprendre à surmonter l'arrogance de sa jeunesse avant de devenir l'Archimage dont se souviendront les légendes...


Mon avis :

Je dois dire que ce roman m'a beaucoup surprise. Je connaissais Ursula Le Guin de réputation sans avoir jamais lu aucun de ses romans et lorsque celui-ci a été choisi comme lecture du Cercle d'Atuan, je n'en connaissais que le résumé. Je m'attendais à de la fantasy "classique" : de l'action, des batailles en épées, des personnages présentés de façon relativement moderne, de l'aventure, de l'émotion, des gentils et des méchants, et un peu de magie pour lier le tout.

Dans ce roman, il y a de ça... et pas vraiment. L'histoire est racontée comme une légende et non comme un récit d'aventure. On sait dès les premières lignes que Dan (qui s'appellera bientôt Ged) deviendra puissant et célèbre et que les chansons parleront de lui, et ce récit est la véritable histoire de ses origines. Puis tout est raconté comme une histoire qui passe de bouche en bouche, avec parfois quelques détails mais beaucoup de passages plutôt survolés. Le lecteur se retrouve dans la position d'un villageois qui écoute au coin du feu les récits légendaires du conteur... 

Une fois la surprise passée, il est arrivé quelque chose que j'ai encore du mal à m'expliquer : le récit est devenu envoûtant. Etant donné que les lectures du Cercle sont divisées en plusieurs parties, j'ai dû interrompre ma lecture plusieurs fois mais à chaque retour j'ai retrouvé la même impression d'être happée par le récit. Il n'y a pourtant pas tellement de rebondissements ou d'aventures haletantes, le rythme est assez lent, mais ça marche. Les autres membres du Cercle ont l'air unanimes pour reconnaître le talent d'Ursula Le Guin à porter une histoire grâce à son style très particulier, difficile à décrire : il faut en faire l'expérience.

Un autre aspect qui m'a étonnée c'est le fait que le livre est divisé en trois histoires. Elles ont toutes en commun la présence de Ged, le (futur) archimage, mais il n'est pas le véritable héros des deux derniers récits. Malgré tout c'est autour de lui que l'intrigue se déroule. Quand il vieillit, il devient plus sage et a de plus en plus tendance à exprimer sa pensée par des métaphores et des paraboles ; mais pour une fois (et c'est rare !), je les ai trouvées suffisamment transparentes pour en apprécier la poésie.

Pour décor de l'histoire, nous avons le monde très particulier de Terremer qui, comme son nom l'indique, est constitué autant d'eau que de terre. La plupart des voyages se déroulent en bateau et les frontières du monde se situent là où les cartes ne répertorient plus d'îles. C'est assez original et ajoute au côté un peu surréel de la narration. Quant à la magie, elle reste un peu mystérieuse, très poétique, presque littéraire puisqu'elle est basée sur la connaissance du "vrai nom" des choses. Elle a aussi un côté écologique car il s'agit de respecter au maximum l'équilibre de la nature et utiliser la magie uniquement quand c'est absolument nécessaire, en mesurant les conséquences. C'est peut-être le genre de choses qui donne une résonance particulière et moderne à cette histoire fantastique.

Je suis encore un peu déroutée par ce récit qui m'a surprise et qui a su me plaire, alors que les histoires aux allures de contes philosophiques ne sont pas mon truc d'habitude. Et je n'ai maintenant qu'une envie, c'est de découvrir le tome suivant du cycle de Terremer, "Tehanu". C'est bon signe, non ?


Pour en savoir plus :
- la fiche Bibliomania du livre
- l'avis de Mr K, très enthousiaste, et celui de Vert, qui donne beaucoup d'informations contextuelles intéressantes
- acheter ce livre sur Amazon


4 réactions:

Vert

C'est difficile à expliquer la magie de l'écriture d'Ursula Le Guin, mais ça marche à tous les coups en général ^^. Bon j'attends ton avis sur Tehanu du coup !

Nathalie

Il va falloir attendre encore un peu, j'ai un planning de lectures un peu serré en ce moment, mais ça viendra :)

Mortuum

Je m’attendais aussi à de la fantaisie classique du coup j'ai été déçue par ce roman. Je n'ai lu que le sorcier de terremer et le côté "parcours initiatiques" m'a ennuyée. Donc je n'ai pas réussi à être happée, dommage pour moi :/

Nathalie

Ah c'est un peu spécial, il faut aimer. L'histoire suivante (Les tombeaux d'Atuan) est un peu différente mais ce n'est toujours pas de la fantasy classique.

Votre commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...