28 décembre 2015

The Android's Dream, de John Scalzi


Je vous le dis tout de suite : je pense que ce livre est LE coup de coeur de l'année 2015 (il était donc temps que je vous en parle !).  De la science-fiction, de l'humour, de la politique, de l'action, tout ce qu'il faut pour me rendre heureuse...


Résumé :

Lors de négociations commerciales entre les humains et des Nidu, représentants d'une petite planète peu importante au niveau galactique mais malgré tout bien plus puissante que la Terre, un diplomate terrien provoque un grave incident. Seul moyen d'éviter une guerre interplanétaire que les humains sont certains de perdre : retrouver un exemplaire d'une race de moutons dont les Nidus ont besoin pour une cérémonie de couronnement. La tâche est confiée à Harry Creek, ancien soldat et informaticien de génie, qui se rend vite compte que ce sera bien plus compliqué et bien plus dangereux que prévu...


Mon avis :

Ce roman, c'est sans contexte LA bonne surprise de cette année. Et non, je n'exagère pas ; tous les ingrédients y sont. D'abord, il s'agit d'un roman que je ne connaissais absolument pas ; j'ai acheté cet audiolivre uniquement parce qu'il était en promotion sur Audible il y a quelques mois (5 dollars si je me souviens bien, une affaire), qu'il était de l'auteur John Scalzi que je voulais découvrir depuis longtemps (j'ai entendu beaucoup de bien de son roman "Le vieil homme et la guerre"), et qu'il était narré par le fameux Will Wheaton (acteur dans Star Trek et dans The Big Bang Theory, et narrateur à la voix très plaisante). J'ai probablement lu le résumé au moment de l'achat mais depuis lors je l'avais complètement oublié et il traînait dans ma PAL audio où je l'ai repêché au hasard après avoir terminé "Docteur Sleep". Je m'attendais à être déçue vu que je venais d'enchaîner plusieurs audiolivres que j'avais adorés... et en fait, j'ai été happée immédiatement par une histoire qui m'a surprise de la première à la dernière phrase.

Une des choses qui m'a complètement prise au dépourvu, c'est l'humour de ce récit. C'est un humour pince-sans-rire, où les détails les plus insolites s'insèrent dans une histoire très sérieuse avec un réalisme qui les rend encore plus incongrus. Dès le départ, le ton est donné : un diplomate humain à tendance anarchiste s'organise pour provoquer un incident diplomatique... en se faisant greffer dans le c... colon une machine à faire des pets aux odeurs calculées pour incommoder particulièrement un diplomate Nidu. A ce moment-là je pensais tomber sur une histoire gratuitement vulgaire et d'un humour douteux, mais pas du tout, car derrière tout ça il y a une logique implacable : on nous explique que les Nidus sont beaucoup plus sensibles aux odeurs que les humains, au point qu'ils ont développé un langage basé là-dessus. Il y a déjà eu des incidents où le déodorant ou le parfum d'un humain a provoqué de gros malentendus entre les deux races, mais cette fois-ci, notre anarchiste a décidé de pousser tout ça beaucoup plus loin en utilisant la petite machine qui lui permet de produire des odeurs précises qui, dans le langage odorant des Nidus, vont insulter directement un diplomate puissant et particulièrement susceptible. Avouez que c'est bien trouvé, et ce n'est que le tout début !

Après il y a aussi l'histoire de la secte basée sur une arnaque reconnue par tous mais qui est quand même devenue une véritable religion, l'histoire du mouton indispensable au couronnement d'un nouveau roi (dont la race s'appelle "The Android's Dream", un jeu de mot que les protagonistes ne comprennent pas mais qui fera sourire tous les fans de science-fiction), l'histoire de l'espion qui transmet les informations qu'il recueille en achetant des bonbons dans un distributeur, celle du tueur à gage qui assassine ses victimes en les digérant, et bien d'autres petites idées qui s'inscrivent parfaitement dans l'intrigue, qui sont logiques, justifiées, et en même temps tellement absurdes que c'est un vrai régal.

Tout ceci fait donc partie d'une intrigue très bien construite et surprenante par son côté technique. Il est beaucoup question d'intelligence artificielle, par exemple, et l'un des protagonistes les plus importants est un assistant virtuel d'origine humaine dont on nous explique les actions avec beaucoup de détails crédibles (à mes yeux innocents). Ca devient carrément technique à certains moments, et c'est un vrai régal pour les amateurs de hard science-fiction. Il y a aussi un gros aspect géo-galactico-politique avec des retournements de situations, des manœuvres cachées qui dissimulent des entourloupes, quelques réflexions juridiques étonnamment ingénieuses et toutes sortes de magouilles à plusieurs niveaux que l'on découvre au fur et à mesure. Après son début sur les chapeaux de roues, ce roman ne nous laisse aucun répit : sur une courte période (une grosse semaine si je ne me trompe pas), nos héros vont vivre des scènes d'action haletantes, une course-poursuite pleine de surprises et plusieurs dénouements improbables en succession rapide.  C'est complexe et on ne s'y perd pas ; c'est réaliste et surprenant ; c'est très technique et raconté de façon parfaitement accessible ; c'est sérieux et plein d'humour... C'est un cocktail incroyable.

Je pourrais probablement vous en parler encore longtemps mais ne serait-ce qu'en exposant mon enthousiasme, je vous retire la surprise qui a fait une bonne partie du charme de cette découverte. En résumé : je me suis régalée. Il y a dans ce roman tout ce que j'aime et plus encore.  "Le vieil homme et la guerre" a soudainement glissé tout en haut de ma PAL et j'en attends beaucoup, car si "The Android's Dream" a eu moins de succès que celui-là, je me demande quelle bombe ça doit être !


Pour en savoir plus :


2 réactions:

Lorhkan

Intéressant tout ça. Manque plus qu'une traduction. ;)

Anna

J'ai repéré le nom de Scalzi de la même manière que toi, je le mets donc sur ma liste de "à lire à la première occasion", merci !

Votre commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...