14 février 2016

Avant toi, de Jojo Moyes


Mesdames et messieurs, laissez-moi vous présenter... une grosse, grosse surprise !



Résumé :

Lorsque Lou Clark, jeune adulte issue d'un milieu populaire, perd son boulot dans un petit commerce de village, elle se rend vite compte qu'elle aura du mal à en trouver un autre. Désespérée, elle est prête à accepter n'importe quoi, même de passer six mois à tenir compagnie à Will, un jeune paraplégique qui hait le monde entier. Mais peut-être que la spontanée et pétillante Lou est juste la personne qu'il faut pour redonner à Will le goût de la vie ? 


Mon avis :

Je dois avouer qu'avant de l'ouvrir, je me méfiais de ce roman. Il a beau faire l'objet d'avis unanimement positifs sur Livraddict, il s'agit d'une romance, un genre qui me convient rarement. En plus de ça, dès la lecture du résumé, on se doute du sens de l'intrigue : la gentille infirmière, le pauvre malade qui n'a plus goût à rien... Classique, classique, téléphoné même. Au final, je ne l'ai ouvert que parce que c'est le mois de la romance pour le challenge "un genre par mois", et parce que ma copine Thalia, qui commence à connaître mes goûts, me l'avait chaudement recommandé. Je l'ai donc pris en main un soir, en me disant que je pouvais au moins lui consacrer une heure ou deux avant de l'abandonner...

Et bien ce fut une très, très mauvaise idée, parce que j'ai fini par y passer la nuit. Je me suis fait avoir comme une bleue. Au bout de quelques pages à peine, sans rien voir venir, j'étais happée par la personnalité extravertie et profonde de Lou, le milieu chaleureux mais limité et plein de soucis dans lequel elle vit, sa rencontre avec Will, les états d'âme par lesquels elle passe... Impossible de refermer ce livre qui me faisait pleurer et rire, et surtout qui tendait vers une fin qui pouvait tout aussi bien être heureuse que dramatique. Cela fait des années que je n'avais pas été aussi émotionnellement impliquée dans un roman, moi qui ai tendence à devenir une vieille carne dépourvue de toute sentimentalité !

Il y a quelque chose dans ce roman qui me donnait envie, pendant la première moitié, de le classer dans la catégorie "feel-good", ces histoires de bras cassés qui retrouvent le bonheur grâce à la chaleur humaine (je pense par exemple à "Ensemble, c'est tout" d'Ana Gavalda), quelque chose entre "Intouchables" et "Pretty Woman". C'est un genre difficile à maîtriser car il faut faire preuve de beaucoup d'élégance et de modération, ne pas présenter les héros comme des victimes, créer de l'empathie, toucher le coeur du lecteur qu'il connaisse ou pas la situation décrite. Dans ce cas-ci, j'étais probablement un bon public dès le départ, car j'ai travaillé comme assistante pour une jeune personne lourdement handicapée et c'est certainement une expérience très, très riche. Mais l'auteur arrive à donner une véritable profondeur à l'expérience de Will sans en faire un martyr ni faire culpabiliser le lecteur en bonne santé, ce qui n'est pas nécessairement évident. Il ajoute aussi la richesse de la différence de classe sociale entre les deux héros ; car si Lou est née dans une famille aimante, elle est aussi née dans un quartier pauvre, dans un milieu où peu de jeunes ont accès à une éducation supérieure et où sa vie se limitera probablement à faire des petits boulots mal payés. Il y a quelque chose de triste à voir la différence de vie entre Will et elle qui habitent à seulement quelques kilomètres l'un de l'autre, mais à un monde de différences.

Vers le milieu de l'intrigue, le ton change. On se rend compte que le but du livre n'était pas de nous décrire une jolie histoire d'amour mais de nous confronter à un véritable problème moral : celui du suicide assisté. D'un coup, l'intrigue prend une nouvelle profondeur, et c'est un sujet qu'il est difficile d'aborder. Alors que jusque là l'histoire était racontée du point de vue de Lou, tout à coup, un court chapitre nous montre le point de vue de la mère de Will, ce que j'ai trouvé un peu artificiel sur le moment... jusqu'à ce que je découvre que beaucoup de lecteurs, et Lou elle-même, ne comprenaient pas ses choix. Mon avis personnel sur la question était déjà fait avant d'entamer ce roman, mais je suis persuadée que pour beaucoup de lecteurs, il a donné à réfléchir.  Certains commentateurs ont aussi affirmé qu'ils avaient deviné la fin de l'histoire, qu'elle était évidente ; elle ne l'était absolument pas pour moi, même si à la réflexion je la trouve logique. 

Je ne sais pas trop comment qualifier ce roman, au final. Clairement, il m'a envoûtée, mais je ne peux pas fermer les yeux sur quelques défauts. La traduction n'est pas toujours parfaite (je déteste quand une expression anglaise est traduite littéralement en français et perd tout son sens), la relation Lou-Will est un peu facile et son déroulement fort prévisible (heureusement qu'au final ce n'est pas le seul intérêt de l'histoire), la fin est un peu tirée en longueur, et même s'il ouvre la discussion sur le suicide assisté, il pourrait aller plus loin dans les questions morales et psychologiques qui l'accompagnent. C'est un sujet complexe traité un peu superficiellement, mais en même temps c'est bien d'avoir un roman qui mette cette question en contexte en insistant sur les émotions associées.

Bref, ce n'est pas l'oeuvre littéraire de l'année, c'est un roman un peu "facile", mais l'auteur a su trouver le ton parfait pour parler d'un sujet difficile. Les personnages sont attachants, et surtout, il y a dans cette histoire quelque chose de particulièrement émouvant, la note parfaite qui a fait que je n'ai pas pu faire autrement qu'être totalement envoûtée, moi qui suis pourtant une vraie dure à cuire peu sentimentale. Préparez les mouchoirs, prévoyez suffisamment de temps pour l'avaler en une fois, et laissez-vous emporter ! 


Pour en savoir plus :
- la fiche Bibliomania du livre
- l'avis de Thalia (comme ça vous comprendrez pourquoi elle m'a convaincu d'essayer)
- acheter ce livre sur Amazon


3 réactions:

Iluze

Tous les romans de Jojo Moyes que j'ai eu l'occasion de lire ont cet aspect "feel good" et une grande importance est donnée à la famille. J'avais aussi passé un super bon moment avec ce livre.

Personnellement, je n'avais pas deviné la fin non plus. Il y avait plusieurs possibilités et je n'aurai mis ma main à couper sur aucune d'entre elles car elles me paraissait toutes crédibles.

Une suite vient de sortir mais j'avoue que j'hésite à la découvrir. Pour moi, la fin se suffit à elle-même.

Nathalie L.

Oui, j'ai lu beaucoup d'avis déçus de cette suite sur Goodreads, je ne suis pas particulièrement tentée. Comme tu dis, la fin se suffit à elle-même.

Roz

Ton article donne envie de le découvrir sans le survendre ! Il avait été présenté à mon club de lecture, je vais finir par me laisser séduire !

Votre commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...