15 juillet 2010

Un brillant avenir, de Catherine Clusset

Encore un article que je publie pour la seconde fois ; la première fois, il avait paru sur le blog de Jess qui m'en avait gentiment laissé les clés...

"Un brillant avenir", neuvième roman de Catherine Cusset, a obtenu le prix Goncourt des lycéens en 2008. Ce qui n'en fait en aucun cas un livre destiné à la jeunesse: c'est avant tout une magnifique histoire qui nous ouvre les yeux sur la vie des familles déracinées et toutes les incompréhensions qui minent nos vies.

L'histoire:

Elena a dû fuir sa Roumanie natale il y a bien longtemps. L'homme qu'elle aime et qui devient son mari contre l'avis de ses parents est Juif, le pays de Ceausescu ne voulait pas d'eux. Après un long voyage périlleux, Elena, Jacob et leur fils Alexandru trouvent le bonheur aux Etats-Unis. Mais alors qu'elle est âgée, Elena doit à nouveau faire face à l'adversité: la maladie et la dépression de son mari, le mariage de son fils avec une Française arrogante et si différente d'elle ravivent les plaies. Sa jeunesse, ses batailles et toutes les incompréhensions qui ont parsemé sa vie remontent à la surface.


Mon avis:

Ce livre se présente dans un certain désordre chronologique: l'histoire commence en 2003, remonte jusqu'en 1941, saute en 1989, revient à 1950... Pourtant, ce n'est pas particulièrement dérangeant. D'abord, l'année est indiquée en haut de chaque page; ensuite, l'histoire d'Elena évolue de façon évidente; dès le début on sait qu'elle a émigré dans sa jeunesse et les pièces du puzzle de sa vie se mettent en place sans effort.

En réalité, tout ce roman revient à une confrontation: celle d'Elena et de Marie, sa belle-fille. Tout les oppose: leur génération, leur éducation, leurs langues et origine, leurs choix. On voit Marie au travers des yeux d'Elena, et bizarrement, on comprend mieux Marie qu'Elena; Elena déteste Marie, pour certaines raisons que l'on connaît et d'autres que l'on ne peut saisir. Il faut pour ça remonter dans l'histoire d'Elena, là où nous emmène l'auteur. Cette fuite difficile, de pays en pays, la vie de réfugiés qui doivent se battre partout pour obtenir les mêmes chances que les autres, les blessures qui ne guérissent pas, la force qu'on attend chez les autres parce qu'on l'a soi-même durement acquise. Tout ce passé crée entre Marie et Elena un énorme fossé qui s'ajoute à celui de l'âge et de la différence de générations et qui crée des malentendus sans fin. Mais les deux femmes réussiront à créer des ponts.

Une belle histoire, donc, très mélancolique et très vraie - je connais personnellement une famille qui a vécu un périple semblable. Un roman porté par un style très simple, classique, purement au service de la description. Une vie tourmentée dans laquelle il vaut vraiment la peine de se plonger.


Pour en savoir plus :
- la fiche Bibliomania du livre
- les avis de Solenn, qui parle d'"un très beau portrait de femme", de Clara, qui a beaucoup aimé aussi, de Leiloona, à qui ce roman "a parlé", de Stefie, qui ne lui trouve aucun défaut... Bref, rien que des éloges. Mais pour tempérer un peu, Anna Blume a, elle, trouvé quelques petites choses à redire...

3 réactions:

Laetitia Le Clech

Pour une fois je peux faire un commentaire sur ton blogue puisque je connais un peu Catherine Cusset. Je l'ai découverte il y a peu alors qu'elle donnait une entrevue à Radio-Canada. Elle était en visite à Montréal pour la sortie de son dernier livre New York - journal d'un cycle. Elle a alors parlé de son œuvre en général et a bien sûr évoqué ce livre dont tu parles puisqu'il a eu pas mal de succès comme tu l'évoques. Son personnage de Marie revient tout le temps dans ses livres, en fait Marie la personnifie, elle. Dans Un brillant avenir, c'est un peu l'histoire de sa belle famille qu'elle raconte.
J'ai lu La haine de la famille pour commencer, et malgré un style assez particulier, saccadé, presque froid, j'ai adoré. De lire ton article me redonne le goût de m'y replonger.

cocola

C'est un roman que je veux lire depuis longtemps. Il avait un peu disparu de mes dernières listes... mais ton billet le remet au goût du jour :)

Valérie

j'ai beaucoup aimé ce roman et adoré l'auteure qui m'avait dédicacé son livre au Salon du Livre 2009. Un très beau roman sur l'amour maternel qui pousse à faire des efforts pour accepter celle que l'enfant choisit comme compagne.

Votre commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...