3 octobre 2010

La huitième couleur, de Terry Pratchett

J'ai lu ce livre il y a un an ou deux, à l'époque où je n'avais pas de blog, et lorsque j'ai vu une lecture commune se profiler, je me suis dit que ce serait une bonne occasion pour le relire et le commenter.  Mauvaise idée : me voici avec un billet publié deux jours en retard... Ce qui ne m'empêche pas de vous donner mon avis !


Résumé :

Dans un monde en forme de disque porté par quatre éléphants debout sur le dos d'une tortue voguant dans l'espace intersidéral, les choses sont forcément un peu bizarres.  La magie fuit de partout, vaguement maîtrisée par des mages formés à l'université ; les Dieux jouent au monopoly avec leurs administrés comme pions ; les villes sont désordonnées et soumises à la loi du plus fort, tandis que les campagnes sont pleines d'êtres aussi étranges que dangereux.  Rincevent, mage renvoyé de l'université avant d'avoir obtenu son diplôme, se débrouille pour passer inaperçu au milieu de tout cela.  Jusqu'au jour où son destin se trouve lié à un petit homme enthousiaste venu d'un autre continent : un touriste... 


Mon avis :

Vous savez ce que c'est, de la fantasy humoristique ?  Si la réponse est non, achetez-vous tout de suite un Pratchett.  Et si la réponse est oui, achetez-vous quand même un Pratchett : il est sûrement bien meilleur que tout ce que vous connaissez.  Tant que vous y êtes, procurez-vous "The color of magic" ou "La huitième couleur", qui est le premier de sa série - la plupart des épisodes des aventures du Disque-Monde peuvent se lire indépendament les uns des autres, mais pourquoi pas commencer par le début...

Ce qui porte ce livre, ce qui le rend inimitable, c'est sans aucun doute l'humour.  Il en faut une sacré dose pour imaginer un monde aussi loufoque, aussi ironique que le Disque-Monde.  L'auteur revisite les thèmes les plus éculés de la fantasy, les mélange, les écornes, et les dépose en désordre sur le plateau de jeu qu'il s'est créé. C'est ébouriffant, c'est le moins qu'on puisse dire. Les héros deviennent des imbéciles fonctionnaire du pillage, les dieux de grands joueurs qui s'ennuient, la magie une espèce de ressource naturelle plutôt dangereuse qu'utile, les mages des vieux idiots empoisonnés par les vapeurs de mercure... Rien n'est prévisible, tout est nouveau et sympathique.

Humour aussi, et surtout, dans le style.  C'est absolument décapant et inimitable. Comme un humour est toujours impossible à décrire, je vous propose un petit exemple, issu de l'introduction de mon édition par l'auteur :
"If I had a penny for every time someone asked me where I got the idea of the Discworld, I'd have - hang on a moment - £ 4.67.
Anyway, the answer is that is was lying around and didn't look as though it belonged to anyone.
The world rides through space on the back of a turtle. It's one of the great ancient myths, found wherever men and turtles were gathered together; the four elephants were an Indo-European sophistication. The idea has been lying in the lumber rooms of legend for centuries. All I had to do was grab it and run away before the alarms went off."
 Ou, autrement dit :
Si j'avais reçu un penny à chaque fois que quelqu'un m'a demandé d'où m'est venue l'idée du Disque-Monde, j'aurais - un petit moment - £ 4.67.
De toutes façons, la réponse est que l'idée traînait et avait l'air de n'appartenir à personne.
Le monde navigue à travers l'espace sur le dos d'une tortue.  C'est l'un des grandes mythes anciens, que l'on trouve dans tous les endroits où hommes et tortues ont été rassemblés ; les quatre éléphants sont une sophistication indo-européenne.  Cette idée se trouvait dans les greniers des légendes depuis des siècles.  Tout ce que j'avais à faire était l'attrapper et m'enfuir en courant avant que les alarmes ne se déclenchent.

J'espère que ça vous donne une petite idée du sens de l'humour Pratchettien : factuel, terre-à-terre, jouant sur les mots et bourré de métaphores des plus originales.  Il enrobe chaque phrase et chaque personnage, jonglant avec les clichés, alternant des descriptions très - trop - conventionnelles des romans d'aventure et de fantasy avec des passages ironisant sur ces clichés. 

L'aventure est présente sans arrêt, on n'a pas une page de calme dans le tourbillon des péripéties qui entraînent Rincevent et le touriste, Deux-Fleurs, d'un bout à l'autre de leur monde.  C'est parfois un peu précipité et par moment j'ai eu l'impression que c'était un peu trop : ils tombent d'une catastrophe à une autre sans aucune prise sur les événements (la plupart du temps) et en fin de compte, le trop-plein d tension atténue l'impatience du lecteur.  Mais là je suis vraiment difficile, parce qu'au final on ne s'ennuie pas et on sourit aux moments où on s'y attend le moins, ce qui fait de cette lecture quelque chose de vraiment exceptionnel. 

Bref, je vous conseille vivement cette lecture, tout en vous prévenant : la fin se termine sur un cliffhanger - bien que le mot s'applique très mal à ce cas-ci, vous verrez pourquoi - qui vous obligera à vous lancer dans le second volume, le huitième sortilège. Mais quand on aime, plus c'est long, mieux c'est, n'est-ce pas ? 


La fiche bibliomania du livre :

Les avis de mes co-lecteurs :

6 réactions:

Karline

très originale effectivement cette lecture
malgré quelques longueurs , j'ai apprécié et je lirai la suite à n'en pas douter

Wilhelmina

Contente que tu aies apprécié cette relecture ! (^-^)

Frankie

Ça fait longtemps que j'ai envie de découvrir un Pratchett, il faudra que je m'y mette un jour !

Elizabeth-Bennet

Hihi, bien vu le coup du cliffhanger ^^ Et j'aime beaucoup ta phrase d'intro, j'approuve à cent pour cent ! Pour parler de Pratchett, quand on l'a fait officier de l'ordre britannique pour services rendus à la littérature, il a dit : " je soupçonne que ces services ont consisté à ne pas essayer d'en écrire". Je trouve ça très drôle !

Nathalie

@Elizabeth-Bennet : je ne connaissais pas cette citation, c'est pas mal :D Je me dis que ce monsieur, s'il est à moitié aussi amusant en vrai que dans ses écrits, ca doit être un vrai plaisir de vivre avec lui :D

heclea

J'ai très envie de découvrir Pratchett, et ton billet me confirme dans cette envie !
Un jour c'est sûr je le ferai !
La VO est difficile ou c'est abordable ?

Votre commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...