25 avril 2012

Le Fantôme de l'Opéra, de Gaston Leroux


Voici une des histoires de fantômes les plus connues au monde...  Et une énooorme déception en ce qui me concerne !


Résumé :

Mais quel est ce fantôme qui hante les couloirs de l'immense Opéra Garnier à Paris ? Un machiniste est retrouvé pendu, un lustre tombe sur les spectateurs, les directeurs de l'Opéra sont victime d'un honteux racket, et tout ceci semble être de la faute du Fantôme, un horrible personnage à la tête de mort que certains disent avoir croisé. Serait-il aussi la cause de la tristesse de la jolie chanteuse Christine Daaé ?


Mon avis :

Je n'ai pas souvent l'occasion d'écrire une chronique négative, mais cette fois-ci je ne vais pas me gêner. Bouh, qu'est-ce que je me suis ennuyée !


Il faut dire que cette histoire de fantôme et moi, ça a déjà mal commencé. Par deux fois j'ai essayé de l'écouter en audio-livre, par deux fois j'ai abandonné : la diction lente et pompeuse du lecteur m'énervait tant elle était peu naturelle et je ne cessais de perdre le fil.  Puis, pour le book club de Livraddict, c'est ce livre-là qui a été élu alors j'ai pris la peine de le télécharger pour le lire sur ma liseuse. Mais la version gratuite offerte par Amazon est truffée de fautes de frappe si dérangeantes que ce fut de nouveau une entrave à ma lecture. J'ai failli payer pour une version correcte, mais à ce stade-là je sentais bien que je n'aimerais pas le livre dans tous les cas et je ne tenais pas à dépenser quoi que ce soit pour lui.

Donc j'ai continué, j'ai persévéré, et au bout d'un mois, je l'ai terminé. Et moi qui aime les classiques, j'en suis toujours à me demander ce qui a fait le succès quasi passionnel de celui-là, qui a été adapté un nombre incalculable de fois.  Peut-être est-ce à cause de l'originalité du décor, un palais de la musique en plein coeur de Paris ; peut-être est-ce parce que les adaptations arrivent à s'affranchir du style insupportable à mes yeux.

En tous cas c'est un roman qui (toujours à mes yeux bien sûr, cette chronique n'engage que moi) a horriblement mal vieilli. Les personnages sont caricaturaux (voire carrément idiots), l'intrigue est tirée par les cheveux, l'histoire d'amour mièvre au possible, le mystère plein de maladresses. Mais même comme ça, ce livre pourrait presque être une belle histoire romantico-fantastique juste un poil datée, s'il n'y avait le style. Ah, le style ! Des digressions, sans arrêt et sans aucun intérêt ; des changements de narrateurs qui au final parlent tous d'une même voix ; des tentatives d'humour qui ne feraient plus rire personne de nos jours ; des longueurs, je veux dire loooooooooooonnnnnggguuueeeeeeuuuuurrrrssss à n'en plus finir...  Il y a bien de temps en temps un très joli passage comme celui-ci :
Ce fut le jeu le plus joli du monde, et auquel ils se plurent comme de purs enfants qu'ils étaient. Ah ! qu'ils se dirent de merveilleuses choses ! et que de serments éternels furent échangés ! L'idée qu'il n'y aurait plus personne pour tenir ces serments-là le mois écoulé les laissait dans un trouble qu'ils goûtaient avec d'affreuses délices, entre le rire et les larmes. Ils jouaient "au cœur", comme d'autres jouent "à la balle" ; seulement, comme c'était bien leurs deux cœurs qu'ils se renvoyaient, il leur fallait être très, très adroits, pour le recevoir sans leur faire mal.
...mais c'est loin d'être suffisant pour rattraper l'ensemble.

J'ai honnêtement passé mon temps à attendre un poil de frisson sans que rien ne vienne jamais. A peu près tout est raconté dans le prologue, il n'y a plus aucune surprise importante jusqu'à la fin des événements.  Les trois-quart des scènes sont superflues pour l'évolution de l'intrigue. Le livre est plein d'hyperboles qui ne sont finalement que des déceptions ; ce mééééééchant fantôme (qui en fait ne fait pas de mal à grand-monde et se contente juste d'être affreusement moche et un poil dinguo), cette horrriiiiiiiible salle des tortures (un sauna avec de jolis décors)...

Bref. Je vais m'arrêter. Je sais que certains (et encore de nos jours) trouvent cette histoire absolument magnifique, et je les crois, mais j'aimerais qu'ils m'expliquent pourquoi. Je ne vois rien qui puisse encore tenir le lecteur d'aujourd'hui en haleine. Moi qui aime les classiques d'habitude et qui n'ai aucun mal à me plonger dans un style un peu suranné, je suis affreusement déçue.  Ca arrive !


Un passage audio :
Les nouveaux directeurs de l'Opéra donnent des réceptions pour leur entrée en poste et font la connaissance du fantôme.



Pour en savoir plus :
- la fiche Bibliomania du livre
- acheter le livre sur Amazon en version papier

6 réactions:

sanjuro

Il m'avait déçu moi aussi, mais pas pour la prose même, Gaston Leroux faisant partie des romanciers français que j'aime bien (surtout à cause des Rouletabille). L'histoire effectivement est sans grand intérêt, voire stupide, il ne se passe rien d'excitant et le gothique qui a fait la réputation du personnage y est presque complètement absent. A la place on a droit à des passages niais (les origines du fantôme), un romantisme mou, on n'a pas l'impression que l'auteur prend son sujet vraiment au sérieux, juste qu'il badine avec le lecteur.

Ceux ou celles qui trouvent cette histoire magnifique ne parlent de toute évidence pas du livre. S'ils l'ont lu, ils n'ont rien retenu. C'est à cause des films et du show de Lloyd-Webber que les gens s'en font une certaine idée. Surtout à cause de ce dernier en fait. Mais tout ce qu'il y a dans la comédie musicale, le gothisme et le romantisme, Lloyd-Webber l'a pris des premiers films (de 1925 et 43, avec Claude Rains, qui sont vraiment différents du livre et donnent leur propre interprétation du fantôme qui deviendra l'interprétation populaire). C'est l'image hollywoodienne du fantôme de l'opéra que les gens ont, pas celle du livre.

C'est un peu comme avec Les Misérables. La plupart des gens, surtout les non-francophones, ne connaissent l'histoire qu'au travers de la comédie musicale, qui ne conserve du livre que le mélodrame. Mais s'il y a bien de ça dans Les Misérables, il y a beaucoup d'autres choses aussi et c'est surtout une formidable étude par Hugo de son siècle. Cette oeuvre-là, à l'inverse, n'a pas été améliorée par la culture populaire, elle a été dégradée et privée de sa portée.

laeti (histoires-de-livres)

Je ne l'ai pas lu mais j'en avais l'intention après avoir lu "Le mystère de la chambre jaune" mais ton avis me refroidit...

Nathalie

@sanjuro : ceux que je cite sont ceux qui commentent le livre, nous l'avons lu en groupe pour une discussion commune sur Livraddict et il y a en effet des membres qui ont adoré le livre lui-même. Ces gens-là ont apprécié le côté sombre et romantique du fantôme (peu ont aimé l'histoire entre Christine et Raoul en réalité). Ne parle pas trop vite au nom des autres ;)

@laeti : comme je le dis, il y a aussi des lecteurs qui ont adoré, il ne faut pas se fier uniquement à moi :)

Piplo

Une déception pour moi aussi! Très intéressant de voir des avis si partagés et d'en discuter comme ça!! J'ai mis un lien sur la discussion dans mon billet mais est-ce qu'il y a une récap des différents billets après un book-club?

Nathalie

@Piplo : il va y avoir un résumé rédigé par un des participants puis publié sur le blog Livraddict :)

Misspendergast

Pour ma part je l'ai beaucoup apprécié, une histoire tragique mais vraiment très belle

Votre commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...