20 février 2013

Défi Albert Camus


Il y a 100 ans cette année naissait Albert Camus. Vous le saviez ?  Moi non plus, jusqu'à ce que Daniel Fattore n'organise un défi pour célébrer ça et n'en parle dans un commentaire sur ce blog. Alors oui, encore un challenge, je sais, je dis à chaque fois que c'est le dernier... Mais celui-ci a beaucoup d'atouts.

D'abord, ses exigences sont limitées : il faut lire seulement un ouvrage minimum, ce qui sera vite fait (j'en ai plusieurs dans ma PAL). Ensuite, ce défi est un peu particulier puisqu'il ne s'agit pas seulement de lire des romans de Camus, mais aussi de lire tout ce qui peut se rapporter à Camus : biographies, ouvrages périphériques, articles de journaux, bref, comme dit Fattorius, "inciter tout un chacun à se pencher sur lui à l'occasion de son centenaire".  Et on peut espérer que les journalistes et biographes vont s'en donner à coeur joie à l'occasion de cet anniversaire ! 

Alors en plus de tout le reste, on va parler de Camus cette année, j'espère que ça vous plaira !  

18 février 2013

Les Mille et Un Fantômes, d'Alexandre Dumas


Attention aux fantômes perdus dans l'Histoire...


Résumé :

Un jour de chasse, Alexandre Dumas se retrouve par hasard au milieu d'un drame de village : un homme qui vient de s'accuser du meurtre de son épouse, à laquelle il a coupé la tête, raconte que cette tête lui a parlé après avoir été décapitée.  Plus tard dans la journée, Dumas se retrouve chez le maire du village qui a invité quelques amis à souper, et la conversation porte tout naturellement sur le côté fantastique de ce drame : est-ce possible ?  Peut-on être sûr que la décapitation enlève immédiatement la vie ?  Les morts ont-ils encore les moyens de nous contacter ?  Et chaque invité a justement sa petite histoire à raconter sur le sujet...


Mon avis :

Vous saviez qu'Alexandre Dumas avait écrit des récits fantastiques, vous ? Moi non plus, il a fallu le challenge Fant'classique d'Iluze pour me l'apprendre. La question suivante est donc : comment le grand auteur de romans historiques s'en sort-il quand il traite de sujets surnaturels ?

15 février 2013

Au bonheur des ogres, de Daniel Pennac


Suivez-moi, je vous emmène dans le monde étrange des Malaussène...


Résumé :

Benjamin Malaussène a la responsabilité des nombreux enfants que sa mère sème à tous vents : Louna qui hésite à avorter, Thérèse qui lit l'avenir, Clara qui est la douceur incarnée, Jérémy l'indomptable et Le Petit qui dessine des ogres-Noël...  Sans compter leur chien épileptique, Julius. Pour les entretenir, Benjamin est bouc-émissaire professionnel au Magasin : il se fait engueuler par tous les clients mécontents et les incite à retirer leurs plaintes. Mais voilà que des bombes se mettent à exploser au coeur du Magasin. Et Benjamin se rend compte que son odeur de bouc émissaire lui colle vraiment à la peau...


Mon avis : 

Ce roman est le premier de la Saga Malaussène de Daniel Pennac. Je l'ai lu il y a longtemps, quand j'étais adolescente, et à l'époque j'avais enchaîné sur toute la série à la suite. Ca fait partie de ces livres qui restent pour moi des souvenirs extraordinaires et dont je dois vous parler le plus tôt possible.

11 février 2013

Neverwhere, de Neil Gaiman


Depuis que j'ai découvert Neil Gaiman avec American Gods, je m'étais promis de poursuivre l'aventure. Quelle excellente idée j'ai eue !


Résumé :

Richard Mayhew a quitté son Ecosse natale pour venir travailler à Londres. Depuis, il a appris à connaître la ville, s'est construit une petite vie tranquille et s'est fiancé avec Jessica. Mais tout va basculer le jour où il décide d'aider une jeune fille blessée qui apparaît sur le trottoir devant lui. Du jour au lendemain, il bascule dans le "Londres d'En Bas", un monde parallèle et dangereux où une adolescente recherche les assassins de son père...


Mon avis :

Vous vous souvenez d'American Gods que j'ai chroniqué il y a quelques semaines ?  J'avais été séduite par son côté "fantasy urbaine" (un monde magique caché dans notre monde réel et moderne), ses personnages très réalistes, son style de narration particulièrement naturel. J'avais quand même regretté de ne pas avoir saisi les nombreuses références plus ou moins discrètes aux religions et mythologies en tous genres. 

Eh bien ici, j'ai retrouvé tous ce que j'avais adoré dans American Gods, sans avoir l'impression de rater quoi que ce soit. Autant vous dire que les paragraphes qui suivent vont être particulièrement élogieux : je n'ai absolument rien à reprocher à cette lecture et c'est d'ores et déjà une des très bonnes surprises de cette année qui commence ! 

9 février 2013

La peste, d'Albert Camus


La Peste, ou l'histoire de l'horreur qui s'abat sur les hommes...


Résumé :

Un jour d'avril, à Oran (Algérie française), le docteur Rieux découvre un rat mort devant sa porte.  Bientôt, toute la ville fait la même expérience car les rongeurs viennent par milliers mourir à l'air libre.  Quelques temps plus tard, le docteur Rieux découvre que son concierge, malade, est en fait atteint de la peste. Devant l'épidémie qui menace, la ville ferme ses portes et met en place des mesures exceptionnelles. Pendant presque un an, les habitants d'Oran sont enfermés et confrontés à la mort quotidienne. Chacun réagit différemment à cette expérience traumatisante.


Mon avis :

Je n'ai lu de Camus que trois romans : La chute, L'étranger et maintenant La peste. A chaque fois, j'ai cette même impression de sens caché derrière une histoire simple. La narration, bien que superbe, peut se résumer en quelques mots ; mais aucun autre mot du livre n'est superflu, car l'histoire n'est qu'une façon de nous faire ressentir quelque chose de plus grand, quelque chose qui doit interpeller le lecteur, peut-être même chaque lecteur de façon différente.

7 février 2013

Chroniques martiennes, de Ray Bradbury


Voilà un roman de science-fiction tout à fait classique et qui m'a pourtant prise complètement par surprise ! 


Résumé :

En 2000, les Terriens sont capables d'atteindre Mars. Expédition après expédition, ils ont bien l'intention de s'installer sur la planète, malgré les Martiens aux yeux dorés qui ne sont pas prêts à les accueillir. Et la conquête de cette nouvelle colonie sera loin, très loin d'être facile...


Mon avis :

Je vous ai déjà parlé de ma mauvaise mémoire je pense, non ? La plupart des livres dans ma Pile A Lire ou dans ma wishlist, je n'ai qu'une vague idée de leur contenu. C'était le cas de ces chroniques martiennes : je savais qu'il s'agissait d'un classique de la science-fiction, et j'avais une vague idée qu'il s'agissait d'un recueil de nouvelles, mais j'ignorais tout du contenu en-dehors de ça.

5 février 2013

Challenge Daniel Pennac chez Georges


Comme tout le monde, j'ai dit et écrit et ré-écrit que j'arrêtais de participer à toute une série de challenges que je n'ai jamais le temps de terminer. Et comme tout le monde, je ne peux pas m'empêcher de rompre ma promesse à moi-même. Je suis faible, si faible...

Il faut dire que je croise des tonnes de bonnes idée de challenges à tous les coins de blogs. En fait, je me sens déjà assez fière de résister à 99% d'entre eux !  Mais de temps en temps, il y en a un ou deux qui ne peuvent tout simplement pas m'échapper car ils semblent avoir été créés pour moi.

Le challenge Daniel Pennac de Georges fait partie de ceux-là. Daniel Pennac, c'est un de mes auteurs chouchous depuis des tas et des tas d'années. Depuis si longtemps, en fait, que je n'ai eu l'occasion de chroniquer qu'un seul de ces livres depuis le début de ce blog ; tous les autres, je les ai lus il y a bien trop longtemps. Ca fait des mois que je me dis qu'il est temps que je les relise pour vous les présenter. Et voilà que Georges me tend la perche... Il FALLAIT que je la prenne. 

Voilà, vous pouvez donc espérer que d'ici au 15 janvier 2014, vous trouverez sur ces pages quelques chroniques de romans de Daniel Pennac ; 4 à 6 chroniques, pour être précis, puisque je me suis inscrite au niveau "La Fée Carabine".  Vous verrez, vous ne le regretterez pas.

3 février 2013

Growing up Bin Laden, de Jean Sasson, Najwa et Omar Bin Laden


Cessons un moment de parler de romans et entrons dans l'antre d'un monstre...


Résumé :

Osama Ben Laden n'a pas toujours été le terroriste qu'on connaît. Il fut à une époque un jeune garçon timide, le fils d'un des hommes les plus riches d'Arabie Saoudite, qui à 17 ans épousa sa cousine, Najwa, très amoureuse de lui. Le couple aura 11 ans enfants et au fur et à mesure que sa passion pour le Jihad s'affirmera, Ben Laden emmènera sa famille au Yémen, en Afghanistan et au Pakistan, dans une vie qui descend petit à petit dans la misère et la violence. Najwa et Omar, leur quatrième fils et un temps successeur désigné, racontent la vie de famille d'un monstre.


Mon avis :

Ce livre, je ne l'ai pas choisi, c'est l'un de ceux que j'ai lus et enregistré pour une personne qui souffre de problèmes de vue.  Je ne parle pas ici de tous les livres que je lis dans ce cadre-là, mais celui-là m'a surprise et intéressée, alors je crois qu'il en vaut la peine. Malheureusement, il n'est pas encore sorti en français. Mais si vous comprenez un peu l'anglais, c'est suffisant : le langage utilisé est assez simple.

1 février 2013

Limonov, d'Emmanuel Carrère


Aujourd'hui, ce n'est pas un roman mais une biographie que je vous présente !


Résumé :

Edouard Limonov, c'est un Russe, le fils d'une petite main du parti, né sans avenir. Pourtant, il deviendra gangster, poète, tailleur et rebelle politique en Russie ; il sera aussi mendiant et maître d'hôtel d'un millionnaire à New York ; en France, il deviendra la coqueluche de tout Paris, avant de retourner en Russie pour y créer un parti fasciste. Il vivra dans les plus belles demeures et connaîtra le goulag. Il sera détesté et adoré. Entre monstre et martyr, voici la biographie d'un homme hors du commun.


Mon avis :

Je ne sais pas comment ce roman a atterri dans ma bibliothèque, mais je sais d'où je connais l'auteur, qui m'a été "présenté" par une amie (coucou Manon !). Je n'avais encore jamais rien lu de lui (il y a pourtant "La moustache" qui m'attend), mais je m'attendais à un style qui en vaille la peine, et je n'ai pas été déçue : les mots coulent comme du miel et l'auteur est présent à chaque phrase, mélangeant sans déranger son histoire personnelle à celle de l'homme dont il narre la vie.  J'ai eu tout au long de la lecture l'impression que Mr Carrère se trouvait à côté de moi, à une table de restaurant après un repas sympathique, et qu'il prenait la peine de raconter l'histoire d'un de ses amis qui aurait eu une vie assez extraordinaire.  Le tout sans compromettre la beauté de la langue écrite, mais sans entrer non plus dans l'affectation.