6 novembre 2014

Un cantique pour Leibowitz, de Walter M. Miller Jr


Je vous parle aujourd'hui de la lecture d'octobre pour le Cercle d'Atuan, encore une découverte surprenante et très intéressante pour la novice en science-fiction que je suis !


Résumé :

Suite à une catastrophe nucléaire, ce qu'il reste de l'humanité a brutalement rejeté toutes les connaissances scientifiques et est retournée à l'obscurantisme d'un second Moyen-Age. L'Eglise catholique a survécu et 700 ans plus tard, l'un de ses monastères tente de faire canoniser son père fondateur, Leibowitz, qui a créé un nouvel ordre dans le but de sauver quelques documents scientifiques d'avant la catastrophe. Le monastère veille avec passion sur ces reliques précieuses ; aussi, quand un jeune moine ermite découvre par hasard des documents cachés par le grand Leibowitz lui-même, c'est un véritable évènement. Mais l'humanité est-elle prête à renouer avec la science ?


Mon avis :

Grâce aux lectures du Cercle d'Atuan, j'ai l'impression que mon univers SFFF (science-fiction, fantastique, fantasy) s'élargit à chaque lecture. A chaque fois je ne connais aucun des livres proposés et à chaque fois ils me prennent par surprise. Je n'adore pas nécessairement toutes nos lectures, mais je les trouve toutes intéressantes et celle-ci n'a pas fait exception.

Ce roman est en fait divisé en trois parties, chacune à une époque plus éloignée de quelques centaines d'années que la précédente. Elles ont en commun de se dérouler toujours au même endroit, dans le monastère de l'ordre de Leibowitz, impliquent à chaque fois parmi les personnages principaux l'abbé du monastère, et mentionnent les documents sauvés par Leibowitz, les fameuses "reliques".  Par contre, elles se distinguent en ce qui concerne les thématiques abordées.  La première partie tourne autour des précieux documents retrouvés par hasard par un moine un peu naïf, de leur authenticité, des implications politiques de leur découverte ; on découvre surtout le monde post-apocalyptique et la place que l'Eglise s'y est faite.  La deuxième partie aborde le problème de la redécouverte de la science ; faut-il utiliser les documents sauvegardés par Leibowitz et son ordre pour redémarrer le progrès scientifique, sachant que la dernière fois il a abouti à une catastrophe ? On assiste ainsi à un petit duel du savant face au moine. Quant à la troisième partie, je ne veux pas vous en dire trop pour ne pas gâcher la surprise, mais elle aborde notamment quelques questions éthiques et religieuses très actuelles.

Ce livre est paru en 1959, pendant la guerre froide, et on y sent très présente la crainte de l'anéantissement de l'humanité à cause d'une guerre nucléaire. Mais derrière ce thème plutôt pessimiste et malgré le décor d'une terre ravagée, il y a dans ce roman, surtout au début, une bonne dose d'humour plutôt surprenant. L'auteur se moque ouvertement de ses personnages et fait quelques petits clins d'yeux au lecteur via, notamment, le contenu des documents si précieux pour les personnages et si anodins pour nous. C'est très rafraîchissant au début, mais plus on avance dans l'histoire, plus le ton devient sérieux, l'intrigue dramatique et les conversations profondes d'un point de vue philosophique ou éthique. La dernière partie en particulier m'a laissé une impression profonde tant les questions morales qui y sont abordées sont graves et actuelles. Ce qui est original c'est que ces questions sont abordées du point de vue de l'ecclésiastique faisant face au scientifique, alors qu'à notre époque le point de vue religieux est peu abordé. Mais il n'y a pas de manichéisme, pas de prosélytisme, pas d'exagération : les deux parties sont sincères et font valoir leurs arguments avec beaucoup d'éloquence. 

Dans ce roman, c'est surtout ça que j'ai apprécié : les dialogues de qualité sur les questions du progrès et de la religion. On se retrouve un peu entre "Le nom de la rose" pour le point de vue religieux, voire la saveur historique du décor, et "Fondation" pour le côté science-fiction et la sauvegarde de la connaissance. C'est un mélange savoureux et riche. 

Cependant l'intrigue n'est pas sans défauts. La deuxième partie est lente, avec des passages qui m'ont semblé inutiles ; l'intrigue laisse longtemps supposer un aspect fantastique qui finalement n'aboutit à rien, ce qui est plutôt frustrant ; et j'ai trouvé la fin assez décevante. Certains co-lecteurs ont été déçus que le roman n'approfondisse pas les différents aspects très intéressants du monde où il se déroule, ce qui ne m'a pas dérangée personnellement, mais c'est vrai que l'originalité du postulat qui sert de base à l'intrigue aurait permis de développer cette histoire bien plus qu'elle ne l'a été.

Bref, voici un roman très intéressant, que j'ai pris plaisir à lire et qui m'a surprise. C'est un classique de la science-fiction qui aborde ce genre d'une façon très originale. L'auteur n'a pas publié de suite, ce qui est dommage, mais un roman posthume se déroule entre la deuxième et la troisième partie de celui-ci. Je le lirai peut-être !


Pour en savoir plus :
- la fiche Bibliomania du livre
- l'avis de Vert, moins enthousiaste que moi, et celui d'Herbefol, qui lu a été conquis.
- acheter ce livre sur Amazon

0 réactions:

Votre commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...