28 avril 2015

Lignes de vie, de Graham Joyce


Heureusement que j'ai été prévoyante ces derniers temps et que j'ai quelques chroniques déjà écrites à vous présenter, car je n'ai pas beaucoup de temps à moi...  Mais voici un livre qui mérite toute votre attention, promis juré !


Résumé : 

Coventry, durant la seconde guerre mondiale. Carrie a mis au monde un deuxième bébé de père disparu et, trop peu équilibrée pour pouvoir s'en occuper, est sur le point de le donner à une autre femme, comme le premier. Mais cette fois-ci, elle ne peut pas. Alors sa mère et ses cinq soeurs décident de l'aider à l'élever. Toute son enfance, le petit Frank la passera trimbalé d'un foyer à l'autre au sein de ce clan matriarcal hors de l'ordinaire.


Mon avis :

Autant vous le dire tout de suite : ce livre est ma meilleure surprise littéraire de 2015 (pour le moment).  Et pourtant j'ai déjà eu beaucoup de chance à ce niveau-là cette année.

C'est avant tout une surprise, car je n'avais qu'une notion très vague du contenu de ce roman avant de le commencer. Il a été choisi comme lecture d'avril par le Cercle d'Atuan, je n'avais pas voté pour lui et je ne l'ai finalement lu que parce que j'ai pu me le procurer in extremis.  Surprise aussi parce que ce roman, classé dans la catégorie fantastique, l'est finalement très peu (en tous cas du point de vue du genre littéraire, il est fantastique du point de vue de sa qualité !). Certains personnages ont bien des talents surnaturels, mais c'est assez subtil, un aspect qui apparait très progressivement et qui reste toujours en marge de l'intrigue principale. Une partie des discussions parmi les lecteurs du Cercle s'est d'ailleurs concentrée sur ce point : l'aspect fantastique était-il vraiment nécessaire ? Je pense que oui, car il rajoute une dimension à ce récit et le transforme quelque peu en conte ; alors que l'intrigue est profondément ancrée dans une réalité pas toujours très belle (en particulier les bombardements de Coventry qui sont au coeur de l'histoire), l'aspect surnaturel offre un contraste qui fonctionne particulièrement bien. 

25 avril 2015

Le ver à soie, de Robert Galbraith


J'ai consommé des livres audio plus vite que je n'avais pensé, ces dernières semaines. En voici encore un qui ne m'a pas déçue !

Résumé :

Quelques mois après avoir résolu le cas Lula Landry, le détective Cormoran Strike s'est constitué une petite clientèle qui lui permet de payer ses dettes en travaillant comme un fou. Il peut compter sur l'aide de sa secrétaire Robin, toujours aussi fascinée par le boulot de son patron malgré la désapprobation de son fiancé.  Entre deux enquêtes classiques, il accepte sur un coup de tête d'aider Leonora à ramener à la maison son mari, l'écrivain Owen Quine, après une de ses nombreuses escapades. Leonora pense savoir où Owen se trouve, mais elle se trompe. Elle ignore aussi qu'avant de disparaître, il venait de terminer un manuscrit où il révélait les secrets de son entourage sous le voile d'une fiction transparente. Le manuscrit a vite fait le tour du petit monde littéraire londonien et depuis lors, Owen Quine est introuvable...


Mon avis :

Après avoir lu "L'appel du coucou" l'année passée, je m'étais promis de poursuivre un jour avec le deuxième volume de cette série autour du héros Cormoran Strike. J'ai tenu parole plus tôt que je ne l'aurais pensé à cause d'une promotion pour une série d'audiolivres sur Audible : pour moins de 7 dollars, je me suis précipitée sur ce roman qui attendait dans ma wishlist. Et je ne l'ai pas regretté.

23 avril 2015

Les enchanteurs, de Romain Gary


Ce roman, c'est le Book Club de Livraddict qui m'a permis de le découvrir. Il a été choisi parce qu'il n'avait que peu de chroniques sur Bibliomania et qu'il méritait probablement d'être plus connu... Alors là, je dis oui !  Quelle surprise !


Résumé : 

"Le narrateur, Fosco Zaga, est un vieillard. Hors d'âge. Deux cents ans peut-être. Chargé d'amour, il ne peut pas mourir avant qu'un autre homme aime comme il a aimé, et prenne la relève. Tout a commencé en Russie, sous le règne de la Grande Catherine, où Giuseppe Zaga, le père, exerçait ses talents de magnétiseur, alchimiste, astrologue, et surtout guérisseur de la Grande Catherine. Sa jeune femme Teresina, moqueuse, espiègle, dont le naturel tranche dans cette tribu d'enchanteurs, est à peine plus âgée que Fosco. Et Fosco l'aime d'un amour infini qui l'oblige, deux siècles plus tard, à ressasser ses souvenirs, encore et toujours, pour empêcher Teresina de mourir réellement. Et elle ne meurt pas, comme si la plume de Fosco l'écrivain était parée de tout l'attirail d'illusionniste qu'il avait découvert, avec Teresina, dans un grenier magique de l'ancienne Russie."
(résumé de l'éditeur)


Mon avis :

Je crois que je suis en train de succomber pour la plume inimitable de Romain Gary.  "La vie devant soi" reste une de mes expériences de lecture les plus marquantes, un récit qui me fait battre le coeur rien que d'y penser, et c'est en grande partie grâce à la plume qui le porte, pourtant déguisée sous les traits d'un petit garçon peu éduqué.  J'imaginais que ce plaisir resterait unique, un petit moment de bonheur où l'auteur a touché juste, mais je me suis trompée : dans "Les enchanteurs", si l'intrigue m'a peu marquée, la plume m'a à nouveau chamboulée comme jamais.

21 avril 2015

Challenge "Un genre par mois" : Bilan de mars


Il est grand temps de faire le bilan des lectures de mars pour le challenge "Un genre par mois". Ce mois-ci nous lisions de la fantasy et du fantastique, et le succès a encore une fois été au rendez-vous !  Qu'avez-vous donc lu en mars ?


19 avril 2015

Un monde sans fin, de Ken Follett


Ca fait déjà plusieurs semaines que j'ai terminé ce livre et il est largement temps que je vous en parle. Il s'agit de la suite de "Les piliers de la Terre", le roman le plus connu de Ken Follett. Ce second récit est-il à la hauteur du premier ?


Résumé :

Dans la petite ville de Kingsbridge, en 1327, la vie n'a pas beaucoup changé depuis l'époque de Tom le Bâtisseur.  Le monastère est toujours là, complété par un couvent et dirigé par un prieur rétrograde et mauvais gestionnaire. Quatre enfants se rencontrent lors d'une foire : Caris, la fille d'un négociant en laine, Gwenda, celle d'un homme pauvre sans scrupules, Merthin, le fils d'un chevalier en faillite, et Ralph, son frère. Tous les quatre, ils seront témoins d'un grave secret et leur destin accompagnera celui de Kingsbridge.


Mon avis :

Comme promis, après avoir "(re)lu" (en fait, écouté) "Les piliers de la Terre", je me suis jetée sur l'audiolivre de la suite, "Un monde sans fin". Je l'ai fait traîner un peu, j'avais tellement peur d'arriver à la fin de mon tête à tête avec Ken Follett et son narrateur en VO, John Lee ; leur collaboration m'a fait passer des heures et des heures de plaisir avec la trilogie "Le siècle" et puis ces deux tomes-ci, je n'avais pas envie que ça se termine !

4 avril 2015

Inconnu à cette adresse, de Kressmann Taylor


Voici un livre lu en une demi-heure et chroniqué dans la foulée, ce sont donc mes impressions "à chaud" que vous trouverez ci-dessous !


Résumé :

Lorsque Martin retourne avec sa famille dans son pays, l'Allemagne, en 1932, il laisse derrière lui en Amérique son associé et ami juif Max. C'est l'époque de la montée au pouvoir d'Hitler, et au fil du temps, les lettres chaleureuses que s'échangeaient les deux amis changent radicalement de ton, jusqu'à ce que cette correspondance devienne terriblement cruelle. 


Mon avis :

En faisant le tour de ma bibliothèque à la recherche d'un roman historique pour le challenge "Un genre par mois", je suis tombée sur ce tout petit livre, cette nouvelle épistolaire que j'avais complètement oubliée. Je ne sais pas vraiment d'où elle vient, j'ai dû en entendre parler ici ou là, l'ajouter à ma wishlist et la recevoir à Noël il y a deux ou trois ans. A chaque fois que je retombe sur un livre que j'ai reçu en cadeau, je m'en veux de ne pas avoir pensé à le faire dédicacer par la personne qui me l'a offert...

Etant donné le nombre de pages (à peine plus d'une cinquantaine et très aérées), ce texte se lit très rapidement. C'est le recueil des lettres (imaginaires) échangées entre les deux amis sur une période d'un an. C'est un texte touchant où, sous le ton formel que prenaient les lettres à l'époque où la correspondance était considérée comme un art véritable, affleure l'émotion : l'amitié profonde de deux amis très proches puis la froideur, la douleur, la distance, la cruauté.  Le texte se termine sur un rebondissement suggéré qui lui met un point final choquant mais assez astucieux. 

3 avril 2015

Challenge "Un genre par mois" : Lectures d'avril


J'ai laissé passé le premier avril, trop occupée à me méfier de tout et de tout le monde... Mais là il commence à être temps parce que le mois est déjà bien avancé. Chers participants au challenge "Un genre par mois", voici donc l'article où vous pourrez noter vos lectures du mois qui aura pour thème l'Histoire !


 
Comme d'habitude, c'est en commentaires que vous pouvez me donner les titres des livres que vous avez lus pour le challenge ce mois-ci et éventuellement les liens vers vos chroniques. 
 
Je ferai très bientôt un récapitulatif des lectures de mars, on m'a demandé d'attendre encore quelques jours pour que certains terminent leur livre.
Bonne lecture à tous  :)