25 mars 2018

Premières lignes #9


Aujourd'hui, c'est le jour de notre rendez-vous "Premières lignes", créé par Ma Lecturothèque et découvert chez Bettie Rose. Le principe est simple : chaque dimanche, je prends un livre et je vous cite les premières lignes du récit. C'est généralement ce que je fais pour choisir un livre dans une librairie, et c'est un bon moyen pour vous donner un mini aperçu des romans qui m'ont marquée.

Cette semaine, je vous présente...


Mae Mobley, elle est née de bonne heure un dimanche matin d'août 1960. Un bébé d'église, comme on dit. Moi je m'occupe des bébés des Blancs, voilà ce que je fais, et en plus, de tout le boulot de la cuisine et du ménage. J'en ai élevé dix-sept de ces petits, dans ma vie. Je sais comment les endormir, les calmer quand ils pleurent et les mettre sur le pot le matin, avant que les mamans aient seulement le temps de sortir du lit. 

En quelques lignes, voici dessiné le sujet de ce roman : le rôle de ces femmes noires qui s'occupent des bébés des blancs dans l'Amérique des années 1960, avec toute l'injustice et toutes les douleurs qu'on devine et qu'on découvrira au fil des pages. Un roman poignant dont je vous parle dans cette chronique.

11 mars 2018

Premières lignes #8


Aujourd'hui, c'est le jour de notre rendez-vous "Premières lignes", créé par Ma Lecturothèque et découvert chez Bettie Rose. Le principe est simple : chaque dimanche, je prends un livre et je vous cite les premières lignes du récit. C'est généralement ce que je fais pour choisir un livre dans une librairie, et c'est un bon moyen pour vous donner un mini aperçu des romans qui m'ont marquée.

Cette semaine, je vous présente...


Le jour où il allait être abattu, Santiago Nasar s'était levé à cinq heures et demie du matin pour attendre le bateau sur lequel l'évêque arrivait. Il avait rêvé qu'il traversait un bois de figuiers géants sur lequel tombait une pluie fine, il fut heureux un instant dans ce rêve et, à son réveil, il se sentit couvert de chiures d'oiseaux. "Il rêvait toujours d'arbres", me dit Placido Linero, sa mère, vingt-sept ans après en évoquant les menus détails de ce lundi funeste.

Voici des premières lignes révélatrices : on y apprend que le roman va raconter une enquête sur la mort de Santiago Nasar qui a lieu vingt-sept ans après celle-ci, et le titre nous enseigne que cette mort était annoncée, évitable. Voici en substance le contenu de ce court récit qui nous permet de découvrir la plume de ce grand auteur qu'était Gabriel García Márquez. Je n'ai malheureusement jamais chroniqué ce roman, mais je vous parle ici d'un autre chef-d'oeuvre du même auteur, "L'amour aux temps du choléra".

9 mars 2018

Téméraire, tome 2: Le trône de jade, de Naomi Novik


Je vous parle aujourd'hui du second tome d'une série originale, mêlant guerres napoléoniennes et dragons de combat...


Résumé :

Téméraire le dragon et son "cavalier" Will Laurence viennent de découvrir que Téméraire appartient à une race très rare et qu'il possède des capacités particulières. Le problème c'est que l'Empereur de Chine entend bien récupérer Téméraire, qui avait été donné encore dans l'oeuf à la France et récupéré par l'Angleterre à l'issue d'une bataille navale pendant la guerre napoléonienne. L'Empereur a envoyé une délégation dirigée par son propre frère, et les autorités britanniques ont bien l'intention de tout faire pour améliorer leurs relations diplomatiques avec ce puissant pays. Will et Téméraire se retrouvent au coeur d'intrigues politiques qui vont les obliger à partir pour un très long voyage...


Mon avis :

Je dois avouer deux choses concernant cette lecture : d'abord, j'ai lu ce livre en 2017, dans la foulée du premier tome, mais je n'ai pas rédigé de chronique à l'époque et j'ai fini par le relire pour pouvoir vous en parler (et parce que je trouve ça dommage de ne pas me souvenir d'un livre, c'est la raison principale pour laquelle j'ai ouvert un blog). Ma deuxième confession, c'est que lorsque j'ai lu ce livre, c'était en audiolivre et je ne l'ai choisi que parce que j'aimais vraiment la voix du narrateur. Il a un ton grave (j'ai longtemps cru que Will Laurence avait au moins 60 ans !), un accent anglais et une diction parfaite, et je voulais juste poursuivre le plaisir de l'écouter me raconter une histoire. 

4 mars 2018

Premières lignes #7


Aujourd'hui, c'est le jour de notre rendez-vous "Premières lignes", créé par Ma Lecturothèque et découvert chez Bettie Rose. Le principe est simple : chaque dimanche, je prends un livre et je vous cite les premières lignes du récit. C'est généralement ce que je fais pour choisir un livre dans une librairie, et c'est un bon moyen pour vous donner un mini aperçu des romans qui m'ont marquée.

Cette semaine, je vous présente...

La chaleur du soleil semblait fendre la terre. Pas un souffle de vent ne faisait frémir les oliviers. Tout était immobile. Le parfum des collines s'était évanoui. La pierre gémissait de chaleur. Le mois d'août pesait sur le massif du Gargano avec l'assurance d'un seigneur. Il était impossible de croire qu'en ces terres, un jour, il avait pu pleuvoir. Que de l'eau ait irrigué les champs et abreuvé les oliviers. Impossible de croire qu'une vie animale ou végétale ait pu trouver - sous ce ciel sec - de quoi se nourrir. Il était deux heures de l'après-midi, et la terre était condamnée à brûler.

Je ne sais pas pour vous mais moi je n'ai jamais lu un passage qui donne aussi soif ! C'est le début d'un roman écrit d'une plume de maître, à lire pour se réchauffer en plein hiver. Mon avis sur "Le soleil des Scorta" se trouve ici.

2 mars 2018

The Woman in the Water (Charles Lenox, préquelle), de Charles Finch


A chaque nouveau tome des aventures de Charles Lenox, j'attends avec impatience qu'un éditeur se décide à proposer cette magnifique série aux amateurs de polars francophones. Ce roman-ci vient juste de paraître et on y découvre le jeune Charles au tout début de sa carrière...


Résumé :

On est en 1850 et Charles Lenox a seulement 23 ans. Il vient de sortir de l'université, s'est installé à Londres avec son valet Graham, et, en tant que cadet de famille riche, il doit se trouver une occupation sans avoir à gagner sa vie. Il a choisi une orientation originale et assez mal vue dans son milieu : il va résoudre des crimes. Le problème c'est que son statut social lui interdit de rentrer dans la police, et en-dehors, personne ne le prend assez au sérieux que pour s'adresser à lui ! C'est pourquoi, quand il tombe sur la trace d'un probable tueur en série qui annonce ses crimes dans les journaux, il a bien l'intention de ne pas laisser passer cette chance de faire ses preuves...


Mon avis :

Je vous ai déjà parlé maintes et maintes fois des aventures de Charles Lenox, vu que j'ai déjà lu les 10 volumes et la nouvelle qui constituent cette série. Il s'agit des enquêtes et de la vie d'un gentleman londonien de l'époque victorienne, le genre de personnage sans secrets honteux, sans circonstances difficiles, sans traumatisme passé, un simple monsieur au grand coeur et les poches pleines entouré d'une famille aimante, qui a juste décidé de consacrer son temps libre et son esprit vif à rendre le monde un peu plus juste. J'ai commencé cette série en me disant qu'il s'agissait d'un divertissement agréable, et presque malgré moi, au fil des épisodes, je me suis surprise à apprécier de plus en plus ce gentil détective. Je l'ai vu changer de carrière plusieurs fois, se marier, avoir un enfant, j'ai suivi la vie de ses amis proches... Il est devenu un peu de la famille, si vous voyez ce que je veux dire.