Gone Before Christmas, de Charles Finch


Ca fait plusieurs semaines que je ne vous ai plus parlé des aventures de Charles Lenox, alors voici le dernier tome sorti. C'est une série qui mériterait vraiment d'être traduite en français, elle ne cesse de s'améliorer !


Résumé :

Peu avant le jour de Noël 1877, le détective victorien Charles Lenox se voit confier un nouveau mystère qui fait s'arracher les cheveux à Scotland Yard. Un militaire, officier de l'une des plus prestigieuses compagnies anglaise, a disparu mystérieusement. Il est entré chercher son chapeau dans un vestiaire désert, n'en est jamais ressorti, et il ne reste de lui qu'une giclée de sang sur un mur. Lenox arrivera-t-il à résoudre ce mystère avant les fêtes ?


Mon avis :

Cet épisode des aventures de Charles Lenox est le plus récent à ce jour (un nouvel épisode devrait sortir fin février), et ce n'est pas un roman complet mais une histoire relativement courte d'environ 80 pages. Et il reprend dans ce format plus court toutes les qualités que j'apprécie particulièrement dans cette série.

Premières lignes #2


Aujourd'hui, c'est le jour de notre rendez-vous "Premières lignes", créé par Ma Lecturothèque et découvert chez Bettie Rose. Le principe est simple : chaque dimanche, je prends un livre et je vous cite les premières lignes du récit. C'est généralement ce que je fais pour choisir un livre dans une librairie, et c'est un bon moyen pour vous donner un mini aperçu des romans qui m'ont marquée.

Cette semaine, je vous présente...


Aliide Truu fixait une mouche du regarde et la mouche la fixait aussi. Elle avait des yeux globuleux et Aliide en avait la nausée. Une mouche à viande. Exceptionnellement grosse, bruyante, et qui ne demandait qu'à pondre. Elle guettait pour aller dans la cuisine et se frottait les ailes et les pattes, sur le rideau de la chambre, comme si elle s'apprêtait à passer à table. Elle était en quête de viande, de viande et rien d'autre. Les confitures et autres conserves ne craignaient rien, mais la viande... La porte de la cuisine était fermée. La mouche attendait. Elle attendait qu'Aliide se lasse de la traquer dans la chambre et qu'elle sorte, qu'elle ouvre la porte de la cuisine. La tapette fouetta le rideau de la chambre. Le rideau ondula, chiffonnant les fleurs de dentelle et dévoilant furtivement les œillets d'hiver derrière la fenêtre, mais la mouche se déroba et alla déambuler sur la vitre à une bonne distance au-dessus de la tête d'Aliide. Du calme ! Elle en avait besoin, maintenant, pour garder la main ferme.

Voilà un passage qui me semble très représentatif du style lent, précis, et de l'ambiance vaguement glauque de ce roman qui prend aux tripes. Mon avis sur "Purge" se trouve ici.

Le rapport de Brodeck, de Philippe Claudel


Ca faisait trop longtemps que je n'avais plus lu de roman francophone, alors j'ai plongé dans ma bibliothèque et j'en ai ressorti une perle...


Résumé :

Dans ce petit village perdu dans les montagnes près de la frontière, l'étranger posait problème, alors on l'a fait disparaître. Brodeck n'a pas participé à tout ça, mais parce qu'il a fait des études, parce qu'il sait écrire des rapports, le village exige de lui qu'il rédige celui qui va les disculper. Il doit enquêter, expliquer pourquoi. Alors il questionne, raconte ce village déchiré par la guerre, et remonte en même temps dans sa propre histoire, celle d'une vie bouleversée par la violence et la lâcheté des hommes.


Mon avis :

Philippe Claudel, c'est un de ces auteurs dont j'achète les romans les yeux fermés, sans rien en savoir. Il m'en reste plusieurs dans ma PAL, à propos desquels je ne sais rien, sinon que je vais me noyer dans une plume qui me fait du bien. Le rapport Brodeck m'attendait depuis longtemps, un titre familier à propos duquel je me suis fourvoyée : je croyais qu'il s'agissait de l'histoire de cet homme d'Europe de l'Est qui s'était volontairement fait enfermer puis avait réussi à s'échapper d'un camps de concentration pendant la deuxième guerre mondiale pour pouvoir rédiger un rapport sur l'horreur des camps et en informer les Alliés. Ce n'était pas ça, l'histoire, mais le sujet s'en rapproche.

The Jewel and Her Lapidary, de Fran Wilde


Je vous présente un nouveau récit court de fantasy, une histoire de pierres précieuses...


Résumé :

C'est l'histoire d'une vallée où règne une famille qui tient son pouvoir de pierres précieuses capables d'influencer les comportements des humains. Pour entendre les cris des pierres et les faire obéir, il faut des pouvoirs et un entraînements spéciaux qui sont réservés aux Lapidaires ; chaque membre de la famille royale a son Lapidaire qui le suit et le sert de la naissance à la mort. Mais il y a un coup d'état ; le roi est trahi par son propre lapidaire, et toute sa famille est assassinée. Il ne reste plus que la jeune princesse Lin, peu éduquée, et son Lapidaire Sima, aux pouvoirs limités. Les deux jeune filles sont seules pour faire face au traître et aux envahisseurs qui ont l'intention d'utiliser les pierres pour soumettre les habitants de la vallée à la servitude.


Mon avis :
Encore une "novelette" (longue nouvelle) qui avait été sélectionnée pour le prix Hugo 2017, que j'avais reçue en tant que votante, et que je n'ai lue finalement que début janvier cette année, pendant ma petite folie de textes courts - je lisais en même temps le troisième tome des Archives de Roshar de Brandon Sanderson et ce pavé qui n'en finissait pas m'a donné des envies de petites pauses ludiques. Comme pour "Every Heart a Doorway", j'ai également été attirée par le titre de ce récit : "Le joyau et son lapidaire". Il a fallu que je me renseigne pour apprendre qu'un lapidaire est celui qui façonne les pierres précieuses, mais ce titre m'évoquait déjà des images de pierres étincelantes, d'amitié et de talent.  Sans compter que la couverture est également sublime...

Premières lignes #1


Je viens de découvrir chez Bettie Rose un très chouette rendez-vous qui m'a tout de suite tentée, alors je me lance dans l'aventure. Il s'agit de la série "Premières lignes" créée par Ma Lecturothèque. Le principe est simple : chaque dimanche, je prends un livre et je vous cite les premières lignes du récit. C'est généralement ce que je fais pour choisir un livre dans une librairie, et c'est un bon moyen pour vous donner un mini aperçu des romans qui m'ont marquée.

Cette semaine, je vous présente...

Touring with the Alien, de Carolyn Ives Gilman


Voici encore un avis sur un court récit en anglais ; je vous promets de ne pas vous parler que de ça toute l'année, mais j'en ai lu plusieurs récemment, et ça fait du bien entre deux pavés de fantasy !


Résumé :

Les extra-terrestres ont débarqué sur Terre, sans prévenir, sans combat. Depuis des mois, ils restent enfermés dans leurs capsules et ne communiquent que très peu, via des humains enlevés il y a une vingtaine d'année et élevés pour jouer le rôle de traducteurs. Jusqu'au jour où Avery, conductrice pour une sorte d'agence de voyages très spéciaux, reçoit une nouvelle mission : transporter un extraterrestre et son traducteur dans un bus aménagé pour faire, en secret, un petit voyage à la découverte de l'espèce humaine.


Mon avis :

Encore un récit court, une "novelette" cette fois-ci (je me perds un peu dans les catégories de longueur que nos amis américains adorent), qui avait été sélectionnée pour les prix Hugo de 2017 et que j'ai donc reçue en tant que votante. Elle n'a pas gagné dans sa catégorie, car le prix a été remporté par "The Tomato Thief" d'Ursula Vernon, ce qui est entièrement mérité à mon avis.

The Martian Obelisk, de Linda Nagata


Voici une autre de mes premières lectures de l'année, une nouvelle de science-fiction qui m'a beaucoup marquée et que je recommande chaudement. 


Résumé : 

L'humanité est condamnée. Tout le monde le sait : entre une série de catastrophes naturelles qui ne font qu'empirer et des guerres à n'en plus finir, l'espoir n'est plus permis. Susannah, architecte de renom, est résignée, mais a décidé que l'humanité ne disparaîtrait pas sans laisser une trace de son passage. Elle a réussi à convaincre un riche investisseur et a monté un projet grandiose, la construction téléguidée d'un obélisque immense sur la planète Mars. Mais alors que la construction s'achève, il va falloir faire un choix : sacrifier encore une vie de plus ou renoncer à l'ultime œuvre de l'humanité.


Mon avis :

En août, à l'occasion de la Worldcon, j'ai profité d'une promotion pour m'abonner à la version électronique du magazine Locus, une référence dans le monde de la SFFF outre-atlantique. En parcourant la dernière édition fin décembre, il y a une nouvelle de Linda Nagata qui faisait l'objet d'une recommandation et dont le sujet m'a tout de suite intéressée, alors je l'ai achetée et téléchargée sur ma liseuse, et voici comment j'ai découvert "L'Obélisque Martien".

Every Heart a Doorway, de Seanan McGuire


Voici un récit fantastique qui m'a beaucoup marquée, ma première lecture de 2018 !


Résumé :

L'école de Miss Eleanor West accueille des adolescents particuliers, ceux qui ont découvert une porte étrange, ont glissé dans un monde magique, mais malheureusement en ont été expulsés et ne rêvent que de retrouver la porte qui les y conduira à nouveau. Nancy fait partie de ces malheureux : derrière sa porte, elle a découvert un Maître adoré qui soigne les morts, elle a appris a rester immobile jusqu'à faire arrêter son coeur, à ne plus s'habiller qu'en noir pour mieux devenir invisible... Mais ce monde qui semble affreux, elle y a été infiniment heureuse et ne vit que pour y retourner, malgré une famille qui ne la croit pas et la comprend encore moins. Chez Miss West elle découvrira qu'elle n'est pas seule dans sa situation et trouvera enfin une communauté qui la comprend... jusqu'à ce que la mort se mette à frapper ses nouveaux amis.


Mon avis :

J'ai commencé 2018 avec la lecture de cette novella qui a gagné le prix Hugo de 2017. En tant que votante, j'avais reçu l'ebook gratuitement, mais je n'avais malheureusement pas eu le temps de le lire. Quand j'ai cherché quelque chose à découvrir dans ma liseuse le premier janvier, je suis retombée sur ce titre marquant (et superbe !) et je l'ai découvert sans a-priori. J'ignorais notamment (je ne l'ai appris qu'après coup) que Seanan McGuire est le vrai nom de l'auteur Mira Grant qui a notamment écrit le roman Feed très apprécié par les amateurs de littérature Young Adults et par les fans d'histoires de zombies. Je l'ai lu en 2016 et je l'avais apprécié, mais je n'aurais jamais deviné qu'il s'agissait du même auteur, tant les histoires et le ton sont différents.

Le Chinois, de Henning Mankell


Parfois on prend un livre, confiant que l'on passera un très bon moment, et puis c'est la déception... C'est ce qui m'est arrivé il y a un peu plus d'un mois !


Résumé :

Un soir d'hiver, dans un petit hameau au fond de la Suède, une série de meurtres sont commis. Toutes les maisons sauf deux reçoivent la visite d'un meurtrier particulièrement sadique qui torture et tue à l'arme blanche les habitants de ce petit bourg tranquille, en majorité des personnages âgées. L'événement fait bien entendu la une des journaux et attire l'attention d'une juge du sud du pays, Birgitta, car les parents adoptifs de sa mère habitaient ce village. Birgitta, en congé maladie, en profite pour se rendre sur les lieux et découvre plusieurs indices semblant lier cette affaire à une vieille histoire en Chine...


Mon avis :

Voici un roman qui m'est tombé dans les mains tout à fait par hasard. Je ne sais plus à quelle occasion je l'ai acquis sous forme d'ebook, ça doit dater de plusieurs années. Puis l'autre jour je me suis retrouvée face à ma liseuse avec l'envie de quelque chose de simple et de prenant mais sans action échevelée, quelque chose qui corresponde à mon humeur hivernale. J'ai dû remonter loin dans mon catalogue de lectures personnel, mais quand je suis tombée sur ce roman, je me suis dit que c'était ce qu'il me fallait. Mes deux rencontres précédentes avec Henning Mankell m'ont laissé le souvenir d'un auteur de romans policiers qui savait construire une enquête complexe tout en s'attardant sur la vie de ses héros, des personnages normaux avec une assez riche vie intérieure. J'espérais donc passer un bon moment, transportée au fond de la Suède.

The Inheritance (Charles Lenox tome 10), de Charles Finch


Avant de vous parler de mes lectures de 2018, voici une chronique datant de la fin de l'année passée : je continue les aventures de mon détective victorien préféré, Charles Lenox !


Résumé :

Charles Lenox est un peu débordé par le succès de son agence de détectives privés, mais lorsqu'un vieil ami d'école le contacte pour lui demander son aide, il n'hésite pas. D'autant plus que l'ami en question, Leigh, a été à la source de sa toute première enquête, qui n'avait jamais abouti. Mais Leigh ne se rend pas à leur rendez-vous, et il semble avoir complètement disparu ! Craignant le pire, Charles part à sa recherche...


Mon avis :

Je vous fatigue peut-être un peu avec toutes les aventures de Charles Lenox, mais je n'y peux rien, je ne me fatigue pas de cet enquêteur adorable. Nous en sommes déjà au dixième volume de ses aventures, et je peux vous rassurer tout de suite : après ca, je ne pourrai plus vous parler que d'une petite nouvelle dans la même série, et puis je devrai attendre les nouvelles publications. Au rythme d'une par an, mes chroniques concernant cette série ralentiront de facon substantielle !

Bilan 2017 : La panne du chroniqueur


L'année 2017 s'est terminée et avant de tourner cette nouvelle page, je prends le temps de faire un petit bilan de cette année de lecture.


En 2017, j'ai lu un peu plus de 50 livres ; je n'ai pas tenu de compte précis vu que je n'ai pas été très assidue dans la tenue de mes bibliothèques sur Livraddict et Goodreads. Cependant je n'ai publié "que" 45 billets sur ce blog (exactement le même nombre qu'en 2016), et trois d'entre eux n'étaient pas des chroniques, ce qui fait 42 livres chroniqués dans l'année. En fait, mon année a été très ressemblante à la précédente : pas mal de belles lectures pour lesquelles j'ai pris mon temps.

J'ai juste eu un problème un peu sérieux mais assez bizarre : la panne de publication de chronique. Je n'ai pas vraiment eu de temps morts point de vue lectures, et je me suis efforcée de chroniquer les livres au fur et à mesure que je les terminais (à part quelques exceptions), mais bizarrement, j'ai pris beaucoup de temps à publier les chroniques écrites. C'est idiot non ?  A certains moments, j'avais plus d'une dizaine de chroniques en attente de publication !  Le problème c'est que j'en ai écrit beaucoup depuis mon bureau sur le temps de midi, me promettant de les publier le soir depuis mon ordi personnel (c'est beaucoup plus facile pour la mise en page), mais le soir je n'avais plus le courage de m'asseoir devant l'ordi. Comme je continuais à lire et à chroniquer dans la foulée pour ne pas oublier, les chroniques sous forme de brouillon se sont accumulées, jusqu'à ce que j'en aie marre et que je mette en page et programme toute une série de chroniques d'un seul coup. Résultat, de la publication par à-coups : rien en avril, juin, juillet et août, mais une chronique tous les deux jours de mi octobre à début décembre. Et j'ai encore quelques brouillons en attente !

Une autre tendance de cette année, c'est le grand nombre de livres écoutés sous forme d'audiolivres (en anglais). Ce n'est pas vraiment un choix, c'est plutôt un moyen très efficace pour moi de continuer à lire même quand je n'en ai pas le temps. Pendant les trajets, en faisant la vaisselle ou du sport, j'ai toujours un audiolivre dans les oreilles. Je continue à choisir en priorité des pavés pour rentabiliser mon abonnement Audible, ce qui fait qu'ils prennent pas mal de temps, et pourtant au moins 13 livres sur les 43 chroniqués sont des audiolivres. Pour le reste, ce sont principalement des ebooks. Chaque année le papier perd du terrain dans ma bibliothèque, mais je ne considère pas cela comme une tendance négative : j'utilise ce qui est le plus pratique pour moi en ce moment.

Enfin, une dernière chose que je remarque en examinant mes lectures de cette année écoulée, c'est que je lis de plus en plus en anglais et de moins en moins en français : seulement six livres découverts cette année l'ont été dans ma langue maternelle !  Ce n'est pas un choix conscient, c'est juste que mon abonnement Audible est américain (donc tous mes audiolivres sont en anglais), que les livres sont plus faciles pour moi à me procurer en anglais (notamment à la bibliothèque), et que je lis de plus en plus de SFFF américaine, notamment à cause de la Worldcon qui avait lieu à Helsinki cette année.  Je n'avais pas remarqué cette nouvelle tendance, mais maintenant que j'y pense, je me suis demandée plusieurs fois si ça valait la peine de chroniquer sur ce blog des romans qui n'étaient pas publiés en français.  Peut-être que je devrais faire attention à ça et lire plus de romans en français, d'autant que j'en ai beaucoup qui m'attendent dans ma PAL.

A défaut d'un top, voici quelques souvenirs marquants de me lectures de 2017 :

- la lecture qui m'a le plus marquée : Lovecraft Country, de Matt Ruff. Je ne saurais pas vous dire précisément pourquoi ce roman lu au début de l'année m'est resté en tête, mais je crois que son mélange d'historique et de fantastique, son utilisation de thèmes tels que le racisme et la littérature SF, ainsi que son format à mi-chemin entre nouvelles et roman forment un mélange osé qui m'a surprise autant qu'il m'a séduite.

- la lecture qui m'a le plus surprise : Le Troisième Reich, de William Shirer. Je ne m'attendais pas à autant apprécier un ouvrage historique, et celui-ci m'a tenue en haleine aussi efficacement qu'un roman. Ou alors ca pourrait être La Servante Ecarlate, de Margaret Atwood, que j'ai entamé les pieds de plomb à cause de son sujet difficile et qui m'a complètement prise par les tripes.

- l'auteur de l'année : Ken Liu, l'auteur de La Ménagerie de Papier, magnifique recueil de nouvelles, et de The Grace of Kings, premier tome d'une série fantasy qui s'annonce plus que prometteuse. En plus j'ai failli le rencontrer !

Au final, je n'ai pas de regrets pour 2017, même si ce fut de nouveau une "petite" année niveau blog : d'une part les regrets c'est pas mon truc, d'autre part j'ai lu à mon rythme, apprécié la plupart de mes lesctures, et c'est ce qui compte. Ma petite résolution pour 2018, s'il doit y en avoir une : ne plus laisser pourrir mes brouillons de chroniques aussi longtemps !  Ça doit pouvoir se faire sans trop de difficultés, je pense  :)

Bonne année 2018 à vous, lecteurs, je vous souhaite qu'elle soit pleine d'excellentes découvertes !