27 décembre 2010

A vous de voter : devenez jury éditorial !

Pas de "C'est lundi ! Que lisez-vous ?" cette semaine, étant donné que je n'ai quasiment rien lu ces derniers jours. A la place, je vous propose de devenir membre d'un jury éditorial et de choisir une nouvelle qui sera publiée à 10.000 exemplaires dans quelques mois !

Comment est-ce possible ?  Grâce au concours organisé entre Livraddict et L'Autres Editions, intitulé "L'homme qui rêvait".  C'est le titre du deuxième roman de John Marcus qui sera publié par L'Autre Editions en 2011. Je vous avais parlé sur ce blog, avec beaucoup d'enthousiasme, du premier tome des aventures du Commissaire Delajoie, "L'homme qui rêvait", et j'attends impatiemment la suite à venir... 

Eh bien, il se trouve que Jean-Marc Bastardy, directeur de l'Autre Editions, a décidé d'en profiter pour mettre en valeur un jeune écrivain inconnu.  A la façon des chanteurs qui invitent de jeunes artistes en première partie de leurs concerts, le roman "L'homme qui rêvait" sera accompagné d'une nouvelle policière.  Les auteurs en herbe ont pu proposer leurs nouvelles sur Livraddict pendant quelques semaines, et maintenant il est l'heure de choisir la meilleure !  


C'est là que vous intervenez !  Car la première étape de ce choix, la présélection des cinq meilleures nouvelles, est entre vos mains. Pour voter, il suffit d'être (ou de devenir) membre de Livraddict, de lire les nouvelles proposées et de sélectionner celle que vous préférez.  Vous pouvez aussi partager vos impressions avec les autres membres, soutenir votre poulain, débattre des qualités ou défauts de chacune des nouvelles avec leurs auteurs.  Une expérience inédite et gratuite ! 

Ca vous tente ?  C'est sur Livraddict !  Mais ne traînez pas : vous avez jusqu'au 16 janvier !

14 décembre 2010

Helena Vannek, d'Armel Job

Ca fait déjà trois ou quatre semaines que je l'ai ce roman et je ne sais pas pourquoi je ne l'ai pas encore commenté... Corrigeons cette injustice !


Résumé :

"Dans la campagne flamande, avant la seconde guerre mondiale, Helena Vannek assiste à la mort de sa mère.  La famille est livrée à la terrible autorité du père, Théo.  Brusquement, sous le prétexte de distraire le frère d'Helena de son chagrin, Théo introduit dans la maison un jeune et mystérieux étranger.
Tout le monde se prend d'affection pour le nouveau venu.  Helena, elle, se met à l'aimer.  Mais il faudra compter avec tous les destins..." 
(quatrième de couverture)


Mon avis :

J'ai pris ce livre après avoir lu "Tu ne jugeras point", du même auteur.  Ces deux livres m'ont été offerts et traînaient dans ma bibliothèque depuis six mois.  Je n'aime pas avoir une PAL, mais par contre j'adore découvrir de nouveaux auteurs et des styles que je ne connaissais absolument pas par la magie des cadeaux...

Je ne savais donc pas qu'Armel Job est un homme, ni qu'il était Belge, ce que j'ai compris en voyant les deux romans situés dans mon petit pays. Je ne connaissais rien de son style qui m'a surprise par sa froideur. Toute l'histoire est écrite à la première personne et dans ces cas-là on s'attend à beaucoup d'investissement sentimental de la part du narrateur, mais ici, l'héroïne, Helena, se contente de relater presque avec distance des événements pourtant très douloureux.  Au bout de quelques pages, pourtant, on s'habitue et on comprend : Helena n'est pas dans un milieu où l'expression des sentiments est valorisée et finalement, sa façon de narrer ce qui lui arrive correspond tout à fait à l'image que l'on se fait de sa personnalité.

On ne peut pas dire que je me suis attachée à l'héroïne, Helena est trop étrange pour ça.  J'ai eu du mal à saisir et accepter ses sentiments passionnés qui naissent brutalement, que ce soit la haine ou l'amour.  Mais elle reste intéressante, et les personnages qui gravitent autour d'elle le sont encore plus.  On ne les comprend pas toujours mais ils fascinent.

D'ailleurs, leur mystère s'épaissit avec le temps, et c'est là que ça devient intéressant.  On pense tout savoir, et en fait on se trompe.  On a droit a un retournement de situation inattendu, puis un second, puis un troisième...  Je ne voudrais pas vous en dire trop, mais lisez jusqu'au bout, ça en vaut la peine.

Voici donc un roman froid, mystérieux, une plume intéressante et un contexte peu exploité, lesquels servent une intrigue plus complexe qu'on pourrait le penser.  L'ensemble est intéressant et vaut la lecture.


Pour en savoir plus :

La fiche Bibliomania du livre :

La critique de Betty, qui a perçu Helena d'une façon très différente de la mienne ; jetez un oeil aux commentaires, une belle discussion s'est engagée à propos du personnage.

13 décembre 2010

C'est lundi ! Que lisez-vous ? (5)

Après avoir sauté quelques semaines (de toutes façons très pauvres en lecture), je reprends mes bonnes habitudes du lundi.



Qu'est-ce que j'ai lu la semaine passée ? 

Eh bien, figurez-vous, pas grand-chose d'intéressant. Il se trouve qu'en ce moment, les lectures "obligatoires" supplantent largement les lectures pour le plaisir, et que le temps de récréation se retrouve réduit à une peau de chagrin, dévoré par le temps consacré au boulot (ce qui dans mon cas prend plutôt un pluriel : aux boulots). J'ai donc lu principalement un traité juridique sur l'évolution du droit d'auteur que je dois présenter devant un groupe de chercheurs (je vous passe les détails), ainsi qu'une biographie de Florence Nightingale que je dois enregistrer sur dictaphone pour une personne qui a des problèmes de vue - presque 550 pages à lire tout haut, ça va me prendre un certain temps.  Et les deux en anglais, s'il vous plaît.

Pour le reste, j'ai un peu avancé dans la lecture de "All the King's Men" commencé il y a plusieurs semaines, et j'ai entamé récemment "The Eight" de Katherine Neville qui fera l'objet du Book Club de janvier.


Qu'est-ce que je lis en ce moment ? 

Les mêmes que ci-dessus, en alternance suivant les moments.


Que lirai-je la semaine qui vient ?

Je dois terminer le traité juridique et son analyse pour demain (argh !), et dès que j'en suis débarrassée je compte terminer également "All the King's Men" que j'ai hâte de commenter. 

Et vous, que lisez-vous ?

12 décembre 2010

Avis aux amateurs de littérature francophone : le Livraddict Mag n°4 vous attend !

Il est un peu temps que j'en parle, vu qu'il est déjà sorti il y a 12 jours, mais il n'est jamais trop tard pour faire la pub d'un bon produit. Le premier décembre sortait le Livraddict Mag n°4, entièrement consacré à la littérature francophone contemporaine ! 



Dans la lignée des Mags précédents, la Team Livraddict a voulu vous offrir un aperçu aussi varié que possible d'un genre très hétéroclite. Vous trouverez donc dans ce numéro des présentations d'auteurs de tous bords tels que Hubert Reeves, Jean-Christophe Grangé ou Serge Brussolo ; une interview inédite de Bernard Werber ; une présentation des principaux prix littéraires ; de nombreuses découvertes à faire sous différents thèmes (les sélectionnés du dernier Goncourt, les sorties à venir, les coups de coeur de la Team et des Livraddictiens, quelques découvertes récentes) ; une présentation de quelques adaptations cinématographiques intéressantes ; notre recette de cuisine, notre BD... et plein d'autres choses.

Ce numéro contient également un hommage très émouvant à l'auteur Pierre Bottero, décédé il y a un peu plus d'un an. Les membres de Livraddict ont voulu lui rendre hommage chacun à leur façon, et c'est aussi l'occasion de découvrir ses oeuvres.  Ce dossier s'accompagne d'un concours permettant de gagner trois tomes de la série Ellana, mais il ne vous reste que trois jours pour participer, dépechez-vous !

Comme d'habitude, vous pouvez lire le magazine en ligne ; pour voir les pages de plus près, il suffit de cliquer ou d'utiliser la roulette de la souris.  Vous pouvez aussi le télécharger en format .pdf et l'imprimer si vous le souhaitez.  N'hésitez pas à le faire connaître en le diffusant autour de vous !



4 décembre 2010

The undrowned child, de Michelle Lovric

Voici une lecture commune à l'initiative de Miss Spooky Muffin qui nous invitait à découvrir un livre pas encore paru en français. Comme le livre était disponible à la bibliothèque, je me suis lancée dans l'aventure, à la découverte d'un auteur que je ne connais absolument pas et sans aucun préjugé sur le contenu de l'intrigue. Voici donc mon avis sur cette oeuvre originale...


Résumé : 

Venise, 1899.  Des phénomènes étranges menacent la ville : des requins parcourent les canaux, l'eau est devenue chaude et salée, les inondations sont devenues puissantes et imprévisibles. Teodora, petite Milanaise de onze ans, a toujours rêvé de découvrir Venise. Lorsque ses parents l'y emmènent enfin, elle passe ses journées à se ballader dans les rues et à visiter la ville dans ses moindres recoins.  Elle passe aussi beaucoup de temps dans une petite librairie très étrange où on vend des exemplaires uniques de livres mystérieux sur les fantômes ou les sirènes. Lorsqu'un livre lui tombe sur la tête, elle sombre dans l'inconscient pour quelques minutes.  C'est le premier pas vers une aventure qui va lui faire découvrir ce qui se cache sous les apparences de la ville, les êtres étranges qui la protègent et surtout, le grand danger qui la menace.


Mon avis :

Ce roman aux allures de conte de fée a beaucoup pour plaire.  Pour commencer, une jolie couverture aux couleurs passées vous met directement dans l'ambiance du roman.  Ensuite, la petite Téodora est adorable, une petite fille sensible et rêveuse à laquelle on peut s'attacher. Le décor est magnifique : quoi de mieux que Venise à l'aube du XXème siècle ?  Et on peut dire que l'histoire nous ballade d'un coin à un autre, ainsi que dans les habitudes et l'esprit de ses habitants et dans l'histoire de la ville.  J'ai aussi beaucoup apprécié certains des personnages dont l'originalité m'a séduite : les fantômes, les chats, et surtout les sirènes bien sûr, leur presse, leur cuisine et leur vocabulaire particuliers.  L'intrigue n'a pas de temps morts, l'aventure évolue rapidement et on n'a pas le temps de s'ennuyer.  En bref, beaucoup de nouveautés autour de légendes revisitées, de l'originalité, de l'action et une touche de poésie.

Pourtant, je ne sais pas pourquoi la magie n'a pas opéré sur moi.  J'ai lu ce livre en une semaine seulement mais j'y retournais sans plaisir particulier.  Quelques jours après la fin de ma lecture, je m'interroge encore sur les raisons de cette indifférence.  

Peut-être est-ce l'abondance de surnaturel, j'ai eu un peu l'impression de me noyer dans les personnages légendaires ou magiques, dans les phénomènes bizarres et surnaturels.   La cohérence du monde magique m'a aussi manqué : du début à la fin, de nouveaux personnages, de nouveaux phénomènes viennent s'ajouter sans qu'à un moment on puisse se dire qu'on connaît le fonctionnement de l'univers créé et que le reste de la partie se déroulera selon ses règles. A plusieurs moments, alors que Téodora se retrouve dans une situation particulièrement dramatique, elle en est tirée d'affaire par un phénomène ou un personnage jusque là inconnu.  Pour moi c'est un peu comme si l'auteur trichait en ajoutant sans cesse de nouvelles règles au jeu qu'elle invente. J'aurais préféré un ensemble de lois précises comme dans Harry Potter, où une cohérence rigoureuse est maintenue d'un bout à l'autre et où les retournements de situation pourraient être prévisibles mais sont cachés uniquement par le talent de l'auteur à détourner notre attention.

Dans cette optique, j'ai aussi été dérangée par quelques failles dans la logique de l'histoire : par moments l'auteur est très précise sur quelques détails, mais à d'autres elle semble négliger des éléments importants.  A certains moments je me posais la question : pourquoi Téo fait-elle ceci, pourquoi tel personnage ne fait-il pas cela ?  Tout ceci donne l'impression d'un rêve à l'allure réelle mais où l'on retrouve inévitablement quelques problèmes de logique.  En ce qui concerne le coeur de l'intrigue, il me reste encore pas mal de questions, dont la plus dérangeante concerne le fond de la menace planant sur Venise.  J'ai toujours du mal à me représenter sa nature exacte, et étant donné que c'est le moteur de toute l'action, c'est assez désagréable.  Mais peut-être n'ai-je pas été assez attentive...

Parfois aussi je me suis perdue un peu dans les descriptions.  Même en suivant les ballades de Téo sur la carte fournie au début du livre, j'avais un peu de mal à me représenter tous les lieux décrits. Or, souvent il sont essentiels à la compréhension des événements. 

Bref, je n'ai pas été convaincue, sans trop savoir pourquoi.  Pourtant ce livre est bien écrit, situé dans un magnifique cadre, il est original et plein d'action.  Ne vous fiez donc pas à mon avis et courez lire ceux de mes co-lecteurs, car je suis sûre que parmi eux certains auront adoré.


La fiche bibliomania du livre :

Les avis de mes co-lecteurs :
- Miss Spooky Muffin
- Erato
- Sita
- Flo_boss
- Sabaha
- Eli
- Avalon

1 décembre 2010

L'élégance du hérisson, de Muriel Barbery

Voici un livre que j'ai offert sans l'avoir lu, puis que j'ai reçu à mon tour, que j'ai lu il y a un certain temps et que je commente enfin, à la faveur d'une lecture commune.  Un roman dont on a beaucoup parlé à sa sortie... Et moi, qu'est-ce que j'en dis ?


Résumé :

"Je m'appelle Renée, j'ai cinquante-quatre ans et je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bourgeois. Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j'ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Mais surtout, je suis si conforme à l'image que l'on se fait des concierges qu'il ne viendrait à l'idée de personne que je suis plus lettrée que tous ces riches suffisants. 

Je m'appelle Paloma, j'ai douze ans, j'habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches. Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c'est le bocal à poissons, la vacuité et l'ineptie de l'existence adulte. Comment est-ce que je le sais ? Il se trouve que je suis très intelligente. Exceptionnellement intelligente, même. C'est pour ça que j'ai pris ma décision : à la fin de cette année scolaire, le jour de mes treize ans, je me suiciderai." 
(quatrième de couverture)

Mon avis :

Avouez que ce résumé vous donne envie de lire ce livre.  Ca m'a fait ça, à moi aussi.  Deux personnages originaux, surtout la concierge ; on a envie de savoir pourquoi elle se cache, pourquoi elle joue la comédie et s'enferme dans une petite vie quasi misérable pour dissimuler ses capacités.  On veut aussi en apprendre plus sur la petite Paloma, même si on devine déjà le malaise de l'adolescente gosse-de-riche et incomprise.  On veut découvrir comment ces deux mondes-là vont se rencontrer et vont s'aider l'un l'autre - c'est toujours ce qui arrive dans ce genre de roman.

Pas de soucis, ouvrez le livre et vous saurez tout cela. Voire plus : on ne s'attend pas vraiment à la douceur de Manuela ou à l'entrée en scène de Mr Ozu. La narration se déroule gentiment, dévoile les secrets des uns et des autres et se termine sur une fin assez brutale mais pas particulièrement décevante. Tout ça se laisse gentiment lire et fait passer un bon moment.

Qu'est-ce que vous dites ?  Condescendante, moi ?  Oui, j'avoue, il y a un peu de ça.  Parce qu'il a manqué quelque chose à cette lecture pour que j'aie envie d'y revenir. Peut-être est-ce le côté caricatural de la chose qui m'a gênée. Renée ne tient pas la route, elle est trop intelligente pour se contenter d'une petite vie misérable, ou pas assez pour se regarder d'aussi haut. Paloma n'est jamais vraiment crédible non plus dans son désir de suicide et plutôt énervante dans son arrogance d'ado. Mr Ozu m'a laissée étonnée, incapable de le cerner réellement et surtout de comprendre ce qui lui permet de percer à jour la vraie Renée.  Arrivée à la fin, j'ai constaté avoir passé un bon moment mais j'ai pu remettre ce livre sur l'étagère sans le moindre regret.

Alors que dirais-je ?   Lisez-le, faites-vous votre propre avis, car je sais que beaucoup ont adoré et vous ne passerez pas un mauvais moment.  Mais ne vous attendez pas à l'oeuvre qui va chambouler la littérature...


La fiche bibliomania du livre :

Mes co-lecteurs :
- ceux qui ont beaucoup aimé : Yogi, Mélusine, Anneso
- ceux qui n'ont pas aimé : Setsuka