12 mars 2012

Fondation, d'Isaac Asimov


Je vous avais dit il n'y a pas si longtemps que je me lançais dans la Science-Fiction. Après quelques oeuvre pas trop connues ni tout à fait représentatives, me voilà qui me lance dans le grand bain, avec un vrai chef-d'oeuvre du genre : Fondation !


Résumé :

Dans un univers où l'Humanité habite quasiment toutes les planètes de la Voie Lactée, la paix est assurée par l'Empire Galactique. Un mathématicien de génie, Harri Seldon, a inventé une nouvelle science : la psychohistoire, qui prédit le futur global d'un peuple en anticipant les réactions sociales. Seldon prévoit, dans un délai de 300 ans, la chute de l'Empire, suivie de 30 000 ans de barbarie avant la naissance d'un nouvel empire galactique.  Si la chute est inéluctable, la période de barbarie peut être limitée à 1000 ans à la condition de préparer dès à présent l'avenir. Dans ce but, il crée la Fondation, un groupe d'hommes et de femmes exilés sur la petite planète Terminus en périphérie de la galaxie, chargés de préserver les connaissances humaines et de préparer la reconstruction, sous la direction de Seldon qui les guide depuis le passé.


Mon avis :

Il y a certains livres, en les lisant on comprend tout à fait que ce soient devenus des "classiques" d'un genre, même si c'est difficilement exprimable. Celui-ci est un peu complexe à lire mais on sent dès les premières pages que le monde créé ici, c'est du solide, que ça nous mènera loin.

Pour commencer, parlons de la complexité. Elle vient principalement du fait que les cinq chapitres de ce roman ont d'abord été écrits et publiés sous forme de nouvelles indépendantes. La chronologie des différentes histoires du cycle Fondation est d'ailleurs très complexe, puisqu'Asimov les a publiées par parties, puis rassemblées en romans, puis a assemblé les romans en trilogie, puis a complété la trilogie de pré- et séquelles, puis a coordonné l'ensemble avec ses autres séries... Du coup j'ai choisi de commencer par le premier roman dans l'ordre de publication, pour faire simple.

Mais il reste que les cinq histoires qui forment ce roman sont clairement indépendantes l'une de l'autre, séparées par des dizaines d'années, et qu'à chaque fois il faut en quelques pages s'immerger dans une nouvelle situation avec de nouveaux protagonistes. L'auteur a tendance à favoriser les dialogues comme sources principales d'information, et ses personnages aiment bien rester un peu mystérieux dans leur discours. Le résultat : un texte dont il ne faut pas rater une miette et où il faut sans cesse déduire ce qui n'est pas dit explicitement. Pas impossible ni même particulièrement difficile, mais il faut le savoir, c'est le genre de texte qui demande toute votre attention.

Et, je vous assure, ça vaut le coup. Le monde créé dans cette histoire est époustouflant. Hormis les classiques de la science-fiction (voyages dans l'espace, empire galactique, humanité étalée sur des centaines de planètes), il se base sur un postulat prometteur : une science qui offre la capacité de prédire l'avenir d'une civilisation. A condition, bien sûr, que les individus ne viennent pas se mettre en travers du "destin" global. A partir de là, un homme décide d'utiliser ces prévisions pour orienter l'humanité vers celui des avenirs possibles qui lui sera le plus favorable. Pour ce faire, il met en place en quelques années toutes les conditions nécessaires pour lancer la société qu'il a choisie sur la bonne voie, et laisse des enregistrements pour continuer à la guider (voire, à la manipuler) après sa mort.

En ce sens, Harri Seldon est un peu un dieu, puisqu'il possède l'avenir, qu'il guide l'humanité via des annonces assez mystérieuses, et que l'humanité ne trouvera le chemin de la rédemption (c'est à dire, la paix et la prospérité retrouvées) que si elle lui obéit aveuglément en se laissant porter par les événements qu'il a mis en route. Cette interprétation est tellement naturelle que les personnages eux-même en font usage et créent une telle religion.  C'est amusant de voir comment les notions de foi et de religion sont exploitées dans des ouvrages de pure fiction, non seulement ici mais aussi dans la série fantasy de Brandon Sanderson, Fils-des-Brumes (j'en avais parlé dans cet article). 

Mais pour revenir à Fondation, une fois ce préalable de "course vers l'avenir" mis en place, tout le reste c'est de la politique et un poil d'aventure. A chaque chapitre, on saute dans une situation de crise où la Fondation, ou certains de ses membres, est en péril grave. Heureusement quelques héros voient plus grand, plus large, et vont mettre leur intelligence à profit pour lire la situation d'une façon tout à fait nouvelle.  Chaque intrigue est non seulement particulièrement ingénieuse mais aussi pleine de tension et de suspense. A chaque fois j'ai tenté de prévoir l'issue, et jamais je n'y suis arrivée. 

Bref, c'est prenant, novateur (pour moi qui ne connaissais pas), très humain ; la lecture demande un peu de concentration mais les histoires séparées permettent de la hacher en morceaux ; et de toutes façons, si vous êtes comme moi, vous n'aurez pas envie de lâcher le livre une fois que vous l'aurez commencé !

Et c'était aussi le premier livre de mon challenge "Chefs d’œuvres de la SFFF" !


Pour en savoir plus :
- la fiche Bibliomania du livre (avec pleeeeeeiiiin de chroniques)
- acheter le livre sur Amazon
- l'avis de Nnenetth, qui a adoré l'ensemble du cycle, celui de Taliesin, qui a beaucoup aimé ce tome, et à l'inverse celui de Babylon, qui n'a pas accroché.


5 réactions:

sanjuro

Je n'ai jamais osé attaquer cette série, effectivement classique voire culte. Ta chronique enthousiaste pourrait me faire changer d'avis, même si Arthur C. Clarke ou Philip K. Dick me semblent des auteurs plus intéressants. J'avais lu un bouquin d'Asimov, son Cailloux dans le ciel, mais qui ne m'avait vraiment pas convaincu et ce sur aucun point. Je crois que ça avait été un premier contact décisif.

Nathalie Lefever

Il s'est essayé à pas mal de genres différents si j'ai bien compris. Peut-être qu'il n'a pas eu autant de succès pour tous.

clovis simard
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Elise

En effet, on est bien d'accord ^^

Je vois qu'à part les prequelles, tu les a tous lus :) Tentée par les autres écrits d'Asimov ?

Anonyme

le cycle de fondation en 5 tome est un véritable chef d'oeuvre d'intelligence et d'imagination. a lire absolument!!!!

Votre commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...