28 janvier 2014

De sang-froid, de Truman Capote


Voici un livre que j'ai eu envie de lire depuis longtemps, sur un sujet qui me passionne : comment des hommes normaux peuvent-ils commettre des actes monstrueux ?


Résumé :

Le 15 novembre 1959, quatre corps sont retrouvés dans une ferme du Kansas. Herb Clutter, un riche fermier, son épouse et ses deux plus jeunes enfants, Nancy, 16 ans, et Kenyon, 15 ans, ont été sauvagement assassiné. La famille était très appréciée dans la région, ils n'avaient pas d’ennemis, et étaient connus pour ne pas garder d'argent liquide chez eux. Deux hommes ont fait plusieurs centaines de kilomètres pour les assassiner. Qu'est-ce qui a bien pu motiver ce crime atroce ?


Mon avis :

Il y a un mystère qui me passionne depuis longtemps : le mystère de ce qui transforme certains hommes en monstres, en bourreaux. Que ce soit en groupe ou individuellement, les exemples ne manquent pas au cours de l'Histoire d'hommes et de femmes normaux, tout à fait capables de distinguer le bien et le mal, pas du tout sous l'emprise de la passion ou de la folie, qui commettent des actes affreux, impensables. Je n'arrive pas à comprendre ce genre de comportement, et quand un livre m'apporte un début de réponse, un bout d'analyse, je me jette dessus avec beaucoup de curiosité. Ce fut le cas de "Eichmann à Jerusalem", la fameuse analyse de la sociologue Hannah Arendt concernant le nazisme et ses atrocités commises par des hommes ordinaires. "De sang-froid" apporte un autre éclairage, plus individuel. 

24 janvier 2014

La nuit des temps, de René Barjavel


Voici encore une chronique en retard, sur un des nombreux livres lus en 2013 dont je dois encore vous parler ! C'est un roman que j'avais lu à l'adolescence et qui m'a laissé un souvenir très mitigé. Qu'en ai-je pensé 15 ans plus tard ?


Résumé :

Lorsqu'une équipe de scientifiques français en Antarctique teste un nouvel appareil pour cartographier le sol sous la glace, elle fait une étrange découverte : non seulement le relief présente des lignes artificielles qui ressemblent à des ruines, mais en plus, ils perçoivent un signal radio venus de profondeurs gelées qui n'ont pas vu la lumière depuis 900.000 ans. Aussitôt, la communauté internationale rassemble ses moyens pour permettre à l'humanité de découvrir un secret enfoui depuis la nuit des temps.


Mon avis :

Pour ceux qui ne le connaissent pas, "La nuit des temps" est l'un des romans les plus connus de René Barjavel, lui-même un des plus grands auteurs de science-fiction français. Il a d'abord été écrit sous la forme d'un projet de scénario pour un film à gros budget, avant d'être transformé en roman quand il s'est avéré que le film ne serait pas réalisé. Le roman a été publié pour la première fois en 1968 et continue à bien se vendre.

Voici donc encore un livre que j'ai découvert à l'adolescence et que je relis quinze ans plus tard. A l'époque, il ne m'avait pas laissé un souvenir très prononcé : je me souvenais vaguement d'une histoire d'amour sur un fond de science-fiction, d'un retournement final de situation, et grosso modo d'une lecture qui m'avait plutôt agacée qu'autre chose. Mais comme ça reste un grand classique d'un auteur reconnu (d'ailleurs ma première lecture avait été faite pour l'école), je me suis dit qu'il fallait que je lui donne une seconde chance : il était très possible qu'avec un peu de maturité, j'apprécie mieux les qualités de ce roman. Le Book Club de Livraddict m'a fourni l'occasion qu'il me manquait.

10 janvier 2014

Rebecca, de Daphné du Maurier


Ma toute première lecture de 2014 est en fait une relecture, et une belle ré-découverte !


Résumé :

Lorsque la jeune narratrice, timide demoiselle de compagnie pour une vieille dame acariâtre, rencontre Maximillien de Winter, maître du magnifique domaine de Manderley, elle en tombe amoureuse tout en sachant que tout les sépare. Cependant et contre toute attente, Maximilien, récemment veuf, lui demande de l'épouser. Après un mariage rapide et une courte lune de miel, le couple s'installe à Manderley, mais la nouvelle maîtresse de maison s'y sent vite mal à l'aise, entre un mari distant, une gouvernante hostile et l'ombre permanente de Rebecca, l'épouse morte mystérieusement...


Mon avis :

Ceux et celles qui me connaissent savent que je ne suis pas une grande fan de romance. Vu le résumé de celui-ci, qu'est-ce qui a pu m'attirer ? Eh bien, d'abord par le fait qu'un roman dont Alfred Hitchcock a fait un film doit contenir autre chose qu'une simple romance. Et puis ces derniers mois je suis passée par une phase "je relis des romans que j'avais découverts pendant mon adolescence et dont je n'ai qu'un vague souvenir" ; Rebecca fait partie de cette catégorie. J'en avais le souvenir d'une histoire un peu sombre, un peu glauque, pas celui d'une histoire d'amour ennuyeuse.

8 janvier 2014

Des Chrétiens et des Maures, de Daniel Pennac


Tiens tiens, ça fait longtemps qu'on n'a pas parlé d'un roman de Daniel Pennac, vous ne trouvez pas ? Allez, on retourne chez les Malaussène !


Résumé :

« Un matin, Le Petit a décrété :
- Je veux mon papa.
Il a repoussé son bol de chocolat et j'ai su, moi, Benjamin Malaussène, frère de famille, que Le Petit n'avalerait plus rien tant que je n'aurais pas retrouvé son vrai père. Or ce type était introuvable. Probablement mort, d'ailleurs.
Après deux jours de jeûne Le Petit était si transparent qu'on pouvait lire au travers. Mais il repoussait toujours son assiette :
- Je veux mon papa. » 


Mon avis :

Dans la série Malaussène, après le pavé de "Monsieur Malaussène", on dirait que Daniel Pennac s'est offert une petite pause de légèreté. Et je dois dire que ça fait aussi du bien au lecteur. Ce roman est sur beaucoup de points l'antithèse du précédent : c'est le plus court de la série alors que Monsieur Malaussène est le plus long, une intrigue simple par opposition aux multiples intrigues enchevêtrées de Monsieur Malaussène, et un retour dans le passé au lieu d'une nouvelle aventure qui agrandisse encore la famille. 

6 janvier 2014

Challenge "Un genre par mois"


Le début d'année, c'est souvent la période des inscriptions aux nouveaux challenges littéraires. J'essaie toujours de me limiter, surtout quand il s'agit de challenges à limite de temps que j'ai tendance à rater lamentablement, mais parfois, je craque quand même. Iluze notamment a le truc pour me faire signer plus souvent qu'à mon tour : je participe déjà à son challenge "Fant'classique", j'ai participé plusieurs fois à ses combats d'auteurs, et me voilà maintenant à m'inscrire pour son nouveau challenge, "Un genre par mois". 

Quel est le principe ? Il s'agit simplement de lire un livre d'un genre différent pour chaque mois de 2014.  

5 janvier 2014

Bilan 2013, avec un petit gout de trop peu


2013 vient de se terminer, 2014 a déjà franchi le seuil, c'est le moment de jeter un petit coup d'oeil derrière l'épaule avant de tourner la page. D'autant plus que ma bonne résolution pour 2014 est de reprendre ce blog en main de façon un peu plus active. Commençons donc par faire le point.

En 2013, j'ai commenté seulement 26 livres... Ouïlle ! Moins que toutes mes années précédentes de blog littéraire, sauf bien sûr 2009 vu que j'avais commencé en octobre. Que s'est-il passé ? Eh bien il y a eu un déménagement, et depuis six mois mes livres se trouvent dans des caisses cachées dans la remise en attendant la construction d'une bibliothèque sur mesure (elle est en bonne voie, je vous en reparle bientôt). Loin des yeux, loin du coeur, comme on dit... Autre problème : j'ai en fait lu plus de livres que ce que je n'ai commenté ; à l'heure actuelle, il y a encore 12 livres lus qui attendent leur chronique, dont certains lus depuis si longtemps que je devrai y jeter à nouveau un coup d'oeil avant de pouvoir en parler. J'ai eu comme qui dirait un "coup de mou bloguesque". Mais je compte bien y remédier, car d'une part j'aime bien les échanges qui découlent des chroniques de blog, et d'autre part, j'ai une cervelle de moineau : les livres que je ne chronique pas, je les oublie. Ce serait vraiment dommage.