Sourcellerie, de Terry Pratchett


En dernière minute, voici un roman dont je devais vous parler ce mois-ci, et une pure partie de plaisir !


Résumé :

Sur le Disque-Monde, le huitième fils d'un huitième fils devient un mage qui sera éduqué à l'Université de l'Invisible. Mais que devient le huitième fils d'un mage ? Normalement, ça ne devrait pas arriver : les mages n'ont pas d'enfant. Sauf un. Qui a eu huit fils. Et le huitième est un sourcellier qui risque bien de détruire le Disque-Monde.


Mon avis :

Quand j'ai envie d'un bon divertissement littéraire, une valeur sûre, je sais toujours où me tourner : je progresse un pas de plus dans l'univers magique créé par Terry Pratchett. L'humour, c'est toujours délicat, mais il y en a qui marchent bien avec moi et le Disque-Monde fait partie de ceux-ci. Ce mois-ci, le thème du challenge "Un genre par mois" c'était la fantasy, et comme en plus j'avais besoin d'une lecture légère et prenante en ce moment, "Sourcellerie" s'est imposé de lui-même.

Le Trône de Fer, intégrale, tome 3, de George R. R. Martin


La série télé vient de reprendre, c'est le moment de vous parler du troisième tome des romans : revoici le Trône de Fer !


Résumé :

La guerre pour le trône de fer a éclaté. Déjà, un des prétendants a été éliminé. Il n'en reste plus que quatre : Joffrey à Port-Réal, Robb le Roi du Nord, Stannis retranché sur son île après une défaite cinglante, et Daenerys la mère des dragons qui se cherche une armée.  Mais peut-être que le vrai danger n'est pas la guerre pour la conquête du royaume ; car au nord, des forces terribles se réveillent...


Mon avis :

Le Trône de Fer, troisième épisode !  Comme pour les précédents, je me suis alliée à Thalia, avec en plus Iluze qui nous a rejointes, pour mieux affronter ce pavé de 1150 pages. Car si l'histoire est passionnante, on ne se sent jamais vraiment à la hauteur face à un tel bloc de papier !  Thalia l'a divisé pour nous en huit étapes plus raisonnables et à raison d'une étape par semaine, nous avons fait la route ensemble, échangeant nos impressions au fur et à mesure. Je dois dire qu'en ce qui me concerne, c'est probablement le meilleur moyen de profiter au mieux de cette histoire.

Trigger Warning: Short Fictions and Disturbances, de Neil Gaiman


Je suis tombée à peu près par hasard sur le dernier recueil de nouvelles de Neil Gaiman, sorti en 2015. Il n'est pas encore publié en français j'en ai peur, mais si l'anglais ne vous fait pas peur, alors ce seront peut-être les histoires derrière ces pages qui le feront...


Résumé :

Parfois, les films, émissions et autres pièces de divertissement incluent un avertissement de type "trigger warning" : si vous êtes sensible à telle ou telle chose, éloignez-vous, car cette narration risque de réveiller en vous des sensations déplaisantes. Pour ce recueil de 24 nouvelles, Neil Gaiman nous avertit dès le titre. Attendez-vous à tout, car il y a de tout entre ces pages, et soyez prêts à ce que ces petites histoires variées réveillent chez vous toutes sortes d'émotions... 


Mon avis : 

C'est souvent difficile de parler d'un recueil de nouvelles, vu que les histoires sont généralement difficiles à qualifier dans une chronique unique, et les présenter individuellement est fastidieux. Ici, le problème est aggravé par le fait que les nouvelles sont extrêmement variées et nombreuses. L'auteur l'avoue lui-même : rien ne relie ces histoires entre elles, ni la forme, ni le fond. Il y a surtout de la prose, mais il y a aussi de la poésie ; certaines sont longues, d'autres très courtes ; la plupart ne sont constituées que d'une seule intrigue, mais "A calendar of tales" rassemble douze petite histoires, une par mois de l'année ; certaines sont réalistes, d'autres prennent la forme de contes ou légendes, d'autres encore semblent réalistes jusqu'à ce qu'un élément fantastique vienne tout perturber ; certaines font rire, certaines mettent la larme à l'oeil, certaines font frissonner, certaines sont pleines d'aventures palpitantes et certaines sont carrément lugubres. 

Perfect State, de Brandon Sanderson


Après un petit détour par le théâtre, revenons à l'un de mes genres préférés (la fantasy) et l'un de mes auteurs préférés (Brandon Sanderson) !


Résumé :

Le Dieu-Empereur Kairominas a réussi sa longue vie. Il a battu tous ses ennemis, a uni sous sa coupe un monde en conflit perpétuel, est en train de conquérir l'art d'une magie que lui seul peut maîtriser. Il ne lui reste plus qu'un ennemi, un autre dieu qui lui voue une haine aussi implacable qu'inexpliquée. Sa vie est celle d'un héros permanent qui commence à s'ennuyer. Jusqu'au jour où il est contraint de participer à un rendez-vous galant avec une déesse d'un autre monde qui a, comme lui, passé sa vie en héroïne.  Quand deux êtres exceptionnels se rencontrent, tout peut arriver...


Mon avis :

J'avais raté la sortie de cette novella en 2015 mais si j'ai fini par la lire, c'est grâce à son auteur : comme elle est éligible pour le prix Hugo de cette année, il a proposé de l'envoyer à ceux qui ont la possibilité de proposer un titre pour le prix et qui lui en faisaient la demande. Comme j'ai déjà mes tickets pour la Worldcon 2017 et que ça me permet de proposer des titres pour le prix de cette année, j'ai envoyé un petit message à l'un de mes auteurs préférés (j'ai l'impression de devenir un peu groupie du coup...) et son assistant m'a envoyé une copie de Perfect State. Je vais peut-être gâcher un peu la surprise sur mon avis en disant qu'après l'avoir lue, je l'ai en effet proposée pour l'Hugo de la meilleure novella...

Antigone, de Jean Anouilh


J'ai beaucoup lu et peu chroniqué ces dernières semaines, ce qui m'oblige à publier mi-avril ma chronique du mois de mars pour le défi "un genre par mois". La voici enfin, ma première pièce de théâtre lue depuis très longtemps, sur un texte classique, que beaucoup vénèrent, et qui m'a profondément énervée...


Résumé :

Antigone, la fille d'Oedipe, doit mourir. Elle a choisi d'enterrer son frère Polynice, malgré l'interdiction de son oncle, le roi Créon, et elle doit être punie conformément à la loi. C'est son destin, elle en est persuadée : malgré l'exemple de lâcheté de sa soeur, malgré l'amour de son cousin et fiancé, malgré même Créon qui fera tout pour la sauver, Antigone doit mourir.


Mon avis :

Le mois de mars était le mois du théâtre et des classiques pour le challenge "Un genre par mois". Comme j'ai déjà lu pas mal de classiques mais quasiment aucune pièce de théâtre, je me suis dit que c'était l'occasion de tenter l'expérience.  Mais j'étais bien embêtée au moment de choisir une pièce, vu que je n'y connais rien. J'ai donc fait une petite recherche sur google "meilleure pièce de théâtre" et le titre qui revenait le plus souvent est un de ceux dont j'avais déjà entendu parler : le fameux Antigone d'Anouilh. J'avais, dans ma jeunesse, beaucoup aimé son "Becket ou l'Honneur de Dieu" et je me suis dit que c'était la pièce idéale pour renouer avec le théâtre.