Happy Sex, de Zep

Le problème avec ce blog, c'est qu'à force d'essayer d'alterner sujets en français et en anglais, compte-rendus de lecture et autres, je n'ai pas toujours l'occasion de chroniquer tous les livres qui me passent sous les yeux. L'une de mes résolutions pour 2010 c'était de m'améliorer à ce niveau-là, et j'y travaille...

Quoi qu'il en soit, il y a des livres que je me dois de chroniquer absolument: ceux qui me sont offerts par des lecteurs de mon blog. Dans cette catégorie se range la bande dessinée "Happy Sex", cadeau du Père Noël (qui lit peut-être ce blog, sait-on jamais) via l'intermédiaire d'El Jc (dont je suis sûre qu'il lit ces pages). Sur son blog "le quadrant alpha", dont je vous ai déjà parlé, il avait organisé un petit concours de Noël avec à la clé trois livres offerts. J'ai eu la chance d'être l'un des gagnants et j'ai pu recevoir, à ma demande, cette jolie bande dessinée un peu coquine...


Résumé:

D’habitude, Titeuf se pose plein de questions sur la sexualité des ados. Cette fois, Zep, son créateur, met en scène la sexualité des adultes dans un album en forme d’«aphrodisiaque du rire». Jamais vulgaire mais toujours aussi drôle, Zep montre que la vie intime d’un couple peut aussi être amusante, burlesque ou cocasse. Un album hilarant à lire à deux…
(Source: Fnac.com)




Mon avis:

Voilà un cadeau qu'il fallait oser demander au grand Père Noël ! Parce que malgré tout, cet album est assez explicite. Alors que Zep s'est fait connaître avec ses albums jeunesse, celui-ci n'est pas à mettre dans toutes les mains ! L'auteur s'embarque dans l'humour de boudoir, explore le côté comique de la sexualité et ne prend pas de gants avec la réalité anatomique...

Le problème avec ce genre de choses, c'est que la frontière entre l'humour et le vulgaire est très, très ténue. Heureusement, ici, si l'on peut parler de blagues "coquines", ce n'est certainement pas "salace". Les dessins sont explicites mais ça reste des dessins, avec le style agréable de Zep - j'aime particulièrement sa façon de représenter les personnages. Quant à l'humour, rien de gratuitement provocant, rien de particulièrement lourd: des situations parfois abracadabrantes, mais toujours comiques à leur façon. Le genre de choses dont on pourrait rire longtemps, à deux, mais qu'on n'oserait jamais raconter à personne !

D'un point de vue purement éditorial, je préfère généralement les bandes dessinées en couverture cartonnée, ce qui n'est pas le cas ici. Mais par contre, la présentation est originale et très réussie: le mot "sex" est découpé dans la couverture pour qu'on voie par derrière la fresque sur fond bleu de la première page. C'est particulièrement joli.

Voilà donc un album que j'ai apprécié. Le défi de l'auteur est réussi: faire rire avec des situations intimes sans devenir graveleux. Même ma tendre moitié qui ne parle pas français l'a parcouru et en a souri...

Bref, un super cadeau, pour lequel je remercie à la fois le Grand Père Noël et le Gentil El Jc !

Challenge "Les lectures qu'on ne s'imaginait pas lire"

Eh oui, j'ai craqué: je me suis inscrite pour un troisième challenge lecture ! Après le challenge livraddict et le challenge "100 ans de littérature américaine", me voici avec le challenge "les lectures qu'on ne s'imaginait pas lire", au très joli logo créé par Aily.





C'est Lexounet, un membre de livraddict, qui a eu l'idée brillante de proposer ce nouveau type de challenge sur le forum. L'idée est la suivante: le premier membre nomme deux genres littéraires qu'il ne s'imagine pas lire. Le membre suivant lui choisit deux livres dans ces deux genres, et ces deux livres constituent le challenge du premier membre. Puis le deuxième membre nomme les deux genres littéraires qu'il ne lit pas, le troisième membre lui assigne deux livres, et ainsi de suite; c'est une longue chaîne... faite de lecteurs qui vont découvrir des genres pour lesquels ils ont un a-priori négatif, conseillés par d'autres lecteurs !

C'est ainsi que j'ai défié Tiphanie de lire le tome 1 de Mercy Thompson et "Kiss Kiss" de Roald Dahl, elle qui ne lit pas de bit-lit ni de recueils de nouvelles. Et à mon tour j'ai nommé deux genres que je lis très peu: les histoires d'horreur et la science-fiction. En retour, j'ai été défiée par Azariel, qui m'a choisi deux livres:
  • les Tommyknockers de Stephen King
  • Niourk de Stephan Wul.
Je n'ai lu aucune de ces deux oeuvres, je n'en ai même jamais entendu parler (enfin, je sais quand même qui est Stephen King, faut pas rigoler...). Mais les voilà qui s'ajoutent à ma liste de lecture pour les mois à venir.

Bon, c'est sûr, il faut que je m'arrête avec ces challenges, partenariats, book clubs et autres plans de lecture. Mais j'aime vraiment beaucoup le fait de se laisser guider dans ses choix de livre par des challenges intéressants, des découvertes non prévues ou des lectures communes. Et une fois qu'on met le doigt dans ce genre d'engrenage, on est pris ! Moi, en tous cas, je suis fan :)

Rendez-vous dans quelques semaines/mois pour savoir ce que j'ai pensé de cette petite incursion dans l'horreur et la SF !

Les liens du sang (Mercy Thompson T2) de Patricia Briggs


Après "L'appel de la lune" lu il y a quelques semaines, je me suis attaquée récemment au deuxième tome des aventures de Mercy Thompson (toujours en anglais). Un peu de bit-lit dans ce monde d'humains, ça ne fait jamais de mal... D'autant plus que ce livre fait partie de la liste du challenge Livraddict 2010 ! Et un sixième de fait :)


Résumé :

Mercy est réveillée en pleine nuit par son client et ami vampire, Stefan, qui réclame un service: il lui demande de l'accompagner à un rendez-vous avec un autre vampire pour lui servir de témoin discret sous sa forme de coyote. Rien de bien dangereux, a priori. Pourtant, Mercy échappe de justesse à la mort car le vampire du rendez-vous est en réalité un sorcier habité par un démon; autrement dit, un être particulièrement maléfique et aux pouvoirs très étendus. Autour de Mercy, les loups-garous et les vampires s'allient pour partir en chasse, mais rien ne se passe comme prévu...


Mon avis :


Pour tout vous dire, je suis à nouveau surprise d'avoir autant aimé ce livre. J'ai été encore plus séduite que par le premier tome, au point d'y consacrer quelques heures de sommeil pour le finir en deux jours. Décidémment, Mercy me plaît bien; sa vie n'est pas facile au milieu de toutes les sales bêtes qui l'entourent, mais elle n'a pas froid aux yeux ! J'ai beaucoup aimé le suspense, l'intrigue bien emmenée et pas trop gnangnan. Il y a bien quelques petits jeux de séduction mais ça reste marginal, heureusement pour moi. Mais ce que j'ai préféré, c'est qu'après le tome consacré au monde des loups-garous, on découvre ici celui des vampires. A nouveau l'auteur a créé une société avec des règles précises et un fonctionnement logique, des vampires "à la page" qui se sont bien adaptés à notre monde moderne. Et tout ceci est présenté sans lourdeur, en cours d'intrigue.

En ce qui concerne les défauts, car il y a en presque toujours, je citerais en premier l'absence de femmes dans ces aventures. Finalement, Mercy est le seul personnage féminin qui ait un peu d'importance et qui soit un tantinet intéressant. Honey est assez insupportable, Marsilia est clairement parmi les "méchants", Jesse on ne fait que l'entrevoir dans ce tome, et les autres sont très secondaires. Pas étonnant qu'au milieu de tous les mâles qui ont le pouvoir, Mercy soit aussi populaire: ils n'ont pas tellement de choix finalement ! Personnellement j'apprécierais un peu moins de testostérone...

Un autre défaut, et là je vais en étonner plus d'une, c'est la couverture. Cette espèce de jeune beauté boudeuse tatouée jusqu'aux dents et la chemise ouverte sur son soutien-gorge, le tout sur un fond rouge-passion, en soi ce n'est pas particulièrement laid mais qu'est-ce que c'est vulgaire ! On dirait un roman de gare sur le mode "sexe et sang", alors que ce n'est absolument pas ça. Je dois avouer que j'ai eu un peu de honte à ouvrir ce bouquin en public... Et c'est surtout très regrettable d'influencer le lecteur dans le mauvais sens.

Quoi qu'il en soit, une chouette lecture passionnante et délassante, facile à lire, un bon moment de détente que je vous recommande. Et en parlant de commander, il faut que je me procure le tome 3...


L'Empire des loups, de Jean-Christophe Grangé

J'ai reçu récemment un livre que je ne n'espérais plus: "L'Empire des loups". J'avais été sélectionnée sur Livraddict pour le recevoir en partenariat du Livre de Poche, mais il a mis un mois à me parvenir ! Après une incursion chez Maxime Chattam et deux visites à Franck Thilliez, je souhaitais continuer mon petit tour des auteurs de thrillers français contemporains. Si les deux derniers m'avaient assez déçue, j'ai quand même essayé d'aborder celui-ci sans a-prioris...


Résumé:

D'un côté, il y a Anna: épouse au foyer d'un haut fonctionnaire parisien, elle a l'impression depuis quelques semaines de perdre la tête: par moments, elle ne reconnaît plus les visages de personnes qui lui sont familières, surtout son mari. Son médecin et son mari souhaitent lui imposer une biopsie pour comprendre l'origine de son problème étrange, mais elle fera tout pour ne pas en passer par là... même s'il lui faut fuir sa vie confortable.

De l'autre côté, il y a Paul: policier passionné, il prend très à coeur une enquête sur des meurtres particulièrement sordides: trois jeunes filles sans papiers ont été cruellement assassinées et mutilées dans le quartier turc de Paris. A court de pistes, Paul va rechercher dans l'asile où il se cache un ex-policier violent et véreux mais qui connaît le quartier turc comme sa poche. Avec l'aide de cet allié dont il se méfie, l'enquête reprend vers une direction inattendue...


Mon avis:

Je peux déjà vous dire que, par rapport aux deux autres auteurs cités plus haut, Jean-Christophe Grangé a pour le moment ma préférence. Bien sûr il est difficile de se baser sur seulement une oeuvre, mais celle-ci s'est laissée lire avec beaucoup de plaisir. L'intrigue de départ est très bien ficelée, les deux mystères parallèles semblent insolubles avant qu'une explication viennent donner un sens à tous les détails. Le livre est divisé en parties elles-mêmes subdivisées en chapitres; une partie sur deux se rapporte à Anna, une à Paul, et on voit petit à petit les deux histoires se rencontrer. Au début j'attendais avec impatience les parties qui se rapportaient à Anna et à ses mystérieux symptômes, ensuite j'ai accroché à l'histoire de Paul et de son enquête.

Cependant, le genre "thriller français" semble obéir à quelques règles que je commence à cerner sans pour autant les apprécier, et on les retrouve dans ce roman. La principale est la préférence pour le sensationalisme par rapport à la crédibilité. C'est visible dans les personnages, qui ont tous un passé tourmenté et un présent chahuté, certainement pas le genre de personnes que l'on rencontre en réalité. C'est vrai aussi pour les faits: les meurtres notamment sont particulièrement sanglants, ont lieu dans des endroits improbables. Les méchants sont sans scrupules et préfèrent tuer même quand ce n'est pas réellement nécessaire, la menace se base sur des légendes et histoires particulièrement exotiques... Tout ça à la fois laisse un goût un peu populiste, peu réaliste, comme si l'auteur essayait d'attirer le plus grand nombre possible de lecteurs en jouant sur le sensationnalisme. C'est assez déplaisant, je trouve.

Ceci mis à part, c'est une lecture dépaysante et prenante. Le style de l'auteur est fluide et même si de temps en temps je le trouve un peu "grandiloquent" pour moi, les mots sont bien choisis et servent l'histoire sans l'alourdir. La fin m'a assez déçue (mais je ne vous en dis rien), ceci dit tout au long de la route l'auteur arrive à maintenir sur lecteur en haleine et à le surprendre quand il le souhaite. Comme on dit dans ces cas-là: un bon moment de détente.

Vous trouverez sur la page Livraddict de ce livre toutes ses références et les critiques d'autres lecteurs. Un grand merci à Livraddict et aux éditions du Livre de Poche pour m'avoir permis de passer un bon moment entre les pages de L'Empire des loups !

La chose des ténèbres, de H.P. Lovecraft et autres

Il y a quelques semaines, j'ai émis le désir d'étendre encore un peu ma culture littéraire en découvrant le style fantastique propre à H.P. Lovecraft. Etant donné que je n'avais rien lu des oeuvres de cet auteur pourtant célèbre, Lily m'a gentiment proposé de me prêter un livre "introductif" pour que je découvre cet univers. C'est chose faite depuis un certain temps, et je vous soumets mes premières impressions...


Résumé:

"H.P. Lovecraft (180-1937), le Grand Fantastiqueur, a tant fasciné ses disciples que l'un d'eux, Robert Bloch, l'a mis en scène à la fin de l'Appel de Cthulhu, où il le fait mourir de façon atroce. Le maître réplique dans La chose des ténèbres, où il raconte la damnation de Bloch. A quoi celui-ci répondit par un nouveau texte ! Le jeu a passionné des générations d'écrivains jusqu'à nos jours."




Mon avis:


Ce livre est donc un recueil de dix nouvelles qui commence par celle intitulée "La chose des ténèbres" et qui est de la main même de Lovecraft. Les autres sont écrites par ses disciples, sur le même style et dans le thème du mythe du Cthulhu. C'est le deuxième volume des "Légendes du mythe du Cthulhu".

J'ai lu ce recueil sans difficultés, mais avec un intérêt qui diminuait au fur et à mesure des pages. La première histoire m'a beaucoup plu, mais les autres sont de qualité fort variée: certaines ne sont franchement pas terrible (d'ailleurs, après vérification dans le "dictionnaire des auteurs" qui se trouve à la fin du volume, ce sont celles qui sont de la main des auteurs les moins connus...).

Toutes ces nouvelles se basent sur un principe très audacieux: faire découvrir une légende terrifiante et encore présente, le mythe de Cthulhu, sans jamais en dire trop; créer la terreur sans jamais découvrir la bête. C'est un exercice périlleux pour lequel il faut un doigté qui n'est visiblement pas à la disposition de tous les auteurs présents dans ce recueil. Les premières nouvelles arrivent cependant à vous envoûter (sans que je parle vraiment de "terreur") avec des non-dits, et c'est une impression très agréable qui donne envie d'en lire plus.

Je ne suis pas sûre cependant que ce recueil soit la meilleure façon d'aborder Lovecraft. Le fait que la seule nouvelle écrite de sa main soit celle que j'ai préférée est bon signe, mais je n'ai pas eu l'impression de plonger dans son univers. C'est un peu comme si on commençait à découvrir le monde d'Harry Potter en lisant "Les Contes de Beedle le Barde". Le premier contact est bon, mais ce n'est encore qu'un tout premier contact.

Je compte donc prolonger la découverte dès que j'en ai l'occasion. J'hésite à lire ces oeuvres en anglais, parce qu'en français le style recherché genre classique du XXème siècle et le vocabulaire assez riche me font craindre de ne pas tout saisir dans la version originale. Mais en tous cas je me plongerai dans ce monde dès que j'en aurai l'occasion.



Challenge : 1/6


Les secrets des mille et une nuits, de Dalal Henry


Suite à un partenariat organisé par Livraddict, les Editions Baudelaire m'ont envoyé un livre d'un style encore différent de ceux que je vous ai présentés jusqu'ici: il s'agit cette fois-ci d'un ouvrage de recherche, d'une analyse documentaire. Je me suis proposée pour lire ce livre parce que le sujet, les contes des 1001 nuits, fait partie des nombreux trous béants dans ma culture... Je l'ai abordé sans presque rien savoir ni à propos des contes, ni à propos de la religion et culture musulmanes, et sans aucune formation en psychologie, la science sur laquelle se base cette recherche. Voici ce que ça a donné...


Résumé:

Ce livre est une thèse de doctorat de psychologie sur l'analyse des fameux contes des 1001 nuits. En disséquant les phrases, les mots, les idées et les comportements des personnages, en procédant par questionnements, ironies et étonnements, l'auteur tente d'éclaircir le monde présenté dans les contes. L'étude est centrée sur les rappors de pouvoir qui animent les différentes catégories de personnages. Elle cherche à répondre aux questions: pourquoi cette oeuvre ? Qui l'a créée ? Dans quel objectif ? Pourquoi tant de femmes massacrées ? Pourquoi nous fascine-t-elle ? Qui se cache derrière cette oeuvre et pourquoi ?


Mon avis:

Moi qui ne connaissais rien aux contes des mille et une nuits, j'ai beaucoup appris dans ce livre. Je sais maintenant que cet ensemble narratif est composé d'un conte-cadre, expliquant comment Shahrazâd en vient à raconter pour sauver sa vie; j'ai appris qu'il n'y avait pas 1001 contes mais seulement 111, certains racontés en plusieurs fois; j'ai appris que de nombreux contes s'imbriquaient les uns dans les autres, lorsqu'un personnage d'un conte se met à en raconter un autre. Heureusement pour moi, l'auteur consacre une petite centaine de pages à résumer les contes en question, ce qui m'a permis de comprendre l'analyse par la suite. Mais je n'ai pas manqué d'être surprise: ces contes sont tous si bizarres, si peu féériques bien que pleins de magie, ils sont très loin de tous se terminer heureusement ou d'obéir à une logique que je considérerais comme morale, certains sont carrément révoltants. Ils s'imbriquent les uns dans les autres d'une façon qui n'est pas toujours facile à suivre, mettent en scène des tas de personnages humains ou non, et en fin de compte on a parfois tendance à s'y perdre; comme dit l'auteur:
"Les récits ont également un aspect négatif, car les contes qui se suivent les uns les autres ne laissent aucun espace de réflexion. L'individu submergé par la parole se perd dans les identifications successives, n'a pas le temps de se retrouver, devient passif."
Même si je ne savais pas grand-chose sur ces contes, certains ne m'étaient pas inconnus: l'histoire de Sindibâd (Sindbad) le marin me disait quelque chose, par exemple, et des bribes d'autres contes ont été réutilisées dans des films ou d'autres oeuvres. Mais la grande majorité de ces histoires m'étaient inconnues et certaines m'ont franchement choquée. Beaucoup de meurtres, de condamnations à mort, de viols, d'injustice, des femmes rabaissées, battues en toute impunité, des pauvres volés... Il faut un peu de temps pour s'habituer à ça ! Pour vous donner un petit exemple, voici une partie du conte intitulé "Histoire du roi 'Umar et de ses deux fils":
'Umar Al-Nu'mân, était le roi de Bagdad. Il était très puissant et son royaume s'étendait de l'est à l'ouest. Il avait quatre épouses et trois cent soixante concubines. Une seule de ses concubines lui avait donné un fils, Sharkân, toutes les autres étaient stériles.
Sharkân était un excellent cavalier, très courageux et connu dans le monde entier pour ses exploits militaires. (...)
Abryza, la fille du roi Grec, était une excellente cavalière. Elle se mesura à Sharkân au combat et tomba amoureuxe de lui. Elle quitta son pays et son royaume pour le suivre. Elle s'installa chez son père le roi 'Umar. Ce dernier était également épris d'elle, mais elle se refusa à lui. Alors sur le conseil de son vizir Dandân, il l'endormit et la viola.
Enceinte de ce viol, elle décida de fuir. Elle partit avec une jeune esclave sous la garde d'un esclave du roi. En route, elle fut violée et tuée par l'esclave qui la gardait.
L'enfant fut récupéré par le roi grec, son père. (...)
Du coup, après avoir lu ces contes et l'introduction qui relève toutes les injustices et bizarreries du conte-cadre, on a très envie d'en savoir plus: quel peut bien être le sens de toutes ces histoires ? Pourquoi s'est-on amusé à inventer un tel ensemble d'aventures surréalistes et cruelles ? Comment ont-elles pu devenir si populaire et survivre pendant des siècles de transmission orale ?

C'est là que l'auteur nous apporte des réponses à nos questions. Elle décortique la culture derrière ces histoires, analyse les personnages, leurs comportements et leur signification. Elle constate puis interprète de façon très crédible. Au fur et à mesure, on se rend compte que toutes ces histoires apparemment sans liens font en réalité partie d'un ensemble, qu'on peut diviser leurs composants en catégories. Voici par exemple ce qui est dit de deux catégories de personnages:
"Les personnages qui sont nommés par leurs métiers ou autre signe distinctif forment une classe sociale sans grande importance. Ils n'influencent en rien le cours des choses. Ils sont très peu respectés car les autres se moquent d'eux à chaque occasion. Ils sont considérés comme des simplets ou des imbéciles qui sont prêts à tout croire. Ils sont pauvres, mais il n'y a pas d'hésitation lorsque l'occasion se présente pour quelqu'un, de les voler, ou les rendre encore plus malheureux. Ce qui n'empêche que certains d'entre eux peuvent devenir riches par miracle et rois."
"La première disposition des femmes mariées semble être la trahison. Elles sont prêtes à tromper leurs maris à tort et à travers. Elles étaient jeunes, belles et séduisantes, mais après le mariage, elles n'attirent plus; par contre, elles subissent le charme des jeunes hommes et cherchent à les séduire. Elles sont menteuses, inventrices d'histoires impossibles à croire, rusées et par-dessus tout, elles sont mauvaises conseillères."
Avouez que c'est assez révoltant; et pourtant, l'analyse va nous prouver que tout ceci a un sens, qu'un message passe au travers de ces caricatures. L'auteur détaille les images du pouvoir, les figures des héros, les thèmes d'ordre social, psychologique, ou de types "croyances". Le tout sans être trop scientifique, dans un language clair et accessible à tous (même si quelques tournures de phrases un peu bizarres - comme "certains d'entre eux peuvent devenir riches par miracle et rois" - me font penser que l'auteur n'est pas francophone de naissance). Ce n'est pas une lecture de type divertissant, mais c'est extrêmement instructif de plonger dans cette culture si différente, de s'immerger dans une autre façon de penser. Ca se lit chapitre par chapitre, par petites gorgées pour ne pas se perdre et pour aborder une problématique à la fois. Au final, les questions sont résolues, et même si on n'adhère pas aux principes moraux mis en valeur, on est très satisfait de l'analyse.

Voici donc un livre qui vous plaira si comme moi vous êtes curieux de découvertes et avides de connaissances, un livre de référence original dans une bibliothèque. Je remercie donc tout particulièrement les Editions Baudelaire de me l'avoir fait découvrir.

Vous trouverez sur la page Bibliomania du livre ses références complètes et les critiques d'autres lecteurs.