9 septembre 2011

La Belgariade, chant 4 : La Tour des Maléfices, de David Eddings

Et revoilà la Belgariade !  Je vous ai déjà parlé du chant 1, du chant 2 et du chant 3, et je vous préviens, je ne vous lâcherai pas avant la fin !  Heureusement, il ne reste plus qu'un livre après celui-ci, je vous rassure...


Résumé : 

Garion et ses compagnons ont enfin réussi à récupérer l'Orbe.  Mais s'ils croient un moment que l'aventure va se terminer, ils se trompent lourdement.  Garion se rend vite compte qu'il n'a plus sa place dans la ferme d'où il vient, et de toutes façons, il va enfin découvrir son vrai rôle et les défis qui l'attendent !


Mon avis : 

J'ai vraiment un problème avec cette série : je ne sais pas du tout ce qui m'oblige à lire encore et encore.  A peine un tome fini, j'ai envie d'ouvrir le suivant.  Pourtant je reconnais toujours pas mal de défauts à cette saga.  Elle reste toujours superficielle point de vue intrigue, les personnages sont toujours aussi stéréotypés (même si certains sont franchement savoureux), il y a toujours des passages à vide dans le rythme, ce genre de choses.  Et pourtant !  Impossible de décrocher une fois commencé.

Je pense qu'une partie du charme vient de la légèreté dans le style.  Il n'est pas remarquable mais l'histoire coule toute seule.  Chaque volume n'est pas assez long pour qu'on ait le temps de s'en fatiguer. Même si le rythme reste inégal, l'action est bien présente.  On continue la visite du monde de Garion, pays par pays.

Le grand développement de cette histoire c'est la découverte par Garion de certaines choses essentielles sur sa personnalité et son rôle dans la Prophétie qui est en train de s'accomplir. Des annonces qui ne sont pas réellement des surprises, les tomes précédents donnent tellement d'indices évidents que j'ai été plutôt étonnée de l'étonnement de Garion.  C'est un reproche que je peux faire tout au long de cette histoire : l'intrigue est sans cesse tiraillée entre la Tante Pol et Belgarath qui gardent jalousement les informations concernant la prophétie, au point de jouer les conspirateurs de façon presque pitoyable, et la manne d'informations présentées dans les introductions et dans les tomes précédents qui nous éclairent au point de faire disparaître une bonne partie du suspense. A certains moments j'en étais à me dire, juste après une révélation fracassante : "euh...  on nous l'avait déjà dit, ça, non ?".

Autre petit souci : la galerie de personnages est tellement étendue qu'on s'y perd.  Je dirais qu'il y a, à vue de nez, une trentaine de personnages récurrents dans cette aventure.  Quand il s'agit des membres du "groupe de base", on finit par bien les situer.  Mais vers la fin de ce tome-ci reviennent tous les rois de l'ouest, leurs épouses et certains autres personnages croisés auparavant, et à certains moments j'ai eu du mal à situer qui était qui.  Heureusement, ce n'est pas un problème insurmontable pour la lecture, mais c'est tout de même un peu gênant.  Il nous faudrait presque un glossaire !

Mais voilà, comme je vous disais, malgré ça j'ai été envoutée au point de finir ce tome en quelques jours et d'enchaîner directement sur le suivant.  Ca ne m'a pas fait trembler comme l'excellent "Empire Ultime", mais c'est une bonne petite saga fantasy délassante à souhaits.

Autant vous dire qu'on se retrouve trèèèès bientôt pour une chronique du cinquième et dernier tome !


Extrait audio (en anglais) : 
Garion vient de rencontre sa cousine et lui confie ses sentiments par rapport à ses pouvoirs et à son rôle dans la Prophétie.


Pour en savoir plus :
La fiche Bibliomania du livre

2 réactions:

sanjuro

L'histoire, comme ca, la prophétie, la ferme, ca fait un peu penser aux Chroniques de Prydain de Lloyd Alexander (qui est antérieur à ta Belgariade, 1964-68) et que j'avais lu avec un plaisir variable. Au moins celui-là avait un nombre réduit de personnages et donc aucun problème de ce côté-là. :)

Tu devrais peut-être lire l'autre bouquin de fantasy, là, celui de RR Martin dont tout le monde nous gave à cause de la série télé. Zut, j'ai oublié son nom. Un instant, je consule ma boule de cristal ADSL... A Song of Ice and Fire! Dont le premier volume est A Game of Thrones.

Nathalie

Je ne connais pas les Chroniques de Prydain, jamais entendu parler. C'est parfois dommage que dans la fantasy, qui reste tellement à la mode, on oublie complètement les oeuvres les plus anciennes.

A Game of Thrones m'attend déjà dans ma bibliothèque :) Mais pour le moment je suis plongée dans la trilogie Mistborn de Brandon Sanderson, de la très très bonne fantasy (récente).

Votre commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...