9 décembre 2018

Sphère, de Michael Crichton


Cette chronique attendait sa publication depuis plusieurs mois. Je vous parle enfin de ce thriller très réussi !


Résumé :

Quand le psychologue Norman Johnson est réquisitionné en urgence par la marine américaine, il s'imagine qu'il va être chargé d'apporter son soutien aux victimes d'un accident d'avion, comme ce fut le cas plusieurs fois par le passé. A la place, il est emmené au fin fond de l'océan pacifique pour une mission ultra-secrète. Un vaisseau étrange a été retrouvé au fond de la mer, et ce n'est pas pour aider des gens traumatisés que Normam a été réquisitionné : c'est pour participer à une exploration qui pourrait changer l'histoire de l'humanité...


Mon avis :

Honnêtement, je ne sais plus du tout ce qui m'a incitée à acheter ce livre en audiolivre. Il était probablement en promotion, et je devais être curieuse de découvrir le fameux Michael Crichton, le maître du techno-thriller et l'auteur du livre sur lequel est basé le film Jurassic Park. J'ignorais à ce moment-là que Sphère aussi avait été adapté au cinéma.  Comme souvent, je ne savais donc rien de l'intrigue ni du style, à part qu'il s'agissait probablement d'un roman plein de suspense.

2 décembre 2018

The calculating stars, de Mary Robinette Kowal


Je vous avais dit que je continuerais la découverte des romans de Mary Robinette Kowal, dont "The Ghost Talkers" m'avait plu. J'ai bien fait : voici le premier tome d'une série qui a absolument tout pour me plaire !


Résumé :

En 1952, la chute d'un astéroïde près des Etats-Unis a tout changé. Non seulement des millions de personnes et plusieurs grandes villes ont disparu, mais la vapeur d'eau dégagée dans l'atmosphère a fait basculer le climat vers un réchauffement progressif qui rendra probablement la vie impossible sur notre planète. La seule solution : coloniser d'autres planètes, et pour ça, accélérer le programme spatial américain et international. Selma York, mathématicienne de génie, ancienne pilote militaire et épouse d'un des ingénieurs en charge du programme spatial, est au coeur des événements. Mais en tant que femme, elle va devoir se battre pour faire entendre sa voix et vaincre les discriminations dans une entreprise aussi essentielle pour la survie de l'humanité.



Mon avis :

J'ai découvert ce roman après avoir écouté "Ghost Talkers" de la même auteur. Elle est aussi la narratrice de ses propres audiolivres, et je trouve qu'elle fait un travail excellent : sa voix confirme le côté à la fois fragile et impertinent de ses héroïnes, et c'est une grande partie de ce qui rend ces deux livres particulièrement attractifs. J'ignorais qu'elle était aussi une narratrice professionnelle, mais je ne suis pas surprise de l'apprendre. (Elle est également marionettiste professionelle et si ça ce n'est pas la carrière la plus géniale du monde, je ne sais pas ce qu'il vous faut.)

25 novembre 2018

Lethal White (Cormoran Strike, tome 4), de Robert Galbraith (J. K. Rowling)


Depuis le début, j'ai adoré la série des aventures du détective privé Cormoran Strike, où le talent de J. K. Rowling s'exprime de façon très différente que dans la série des Harry Potter. Quand j'ai appris cet automne que le quatrième tome venait de sortir (merci Thalia !), je me suis bien sûr jetée dessus !  Attention, dans cette chronique, spoilers sur les tomes précédents !


Résumé :

Après avoir arrêté le tueur en série qu'on appelle le Shacklewell Ripper, l'urgence pour Cormoran Strike c'est de récupérer sa collaboratrice Robin Ellacott, qu'il a renvoyée sur un coup de colère alors qu'elle est sur le point de se marier avec son fiancé Matthew. Un an plus tard, ils travaillent à nouveau ensemble quand Strike reçoit la visite d'un jeune déséquilibré qui affirme avoir assisté à un meurtre d'enfant mais donne peu de détails avant de s'enfuir. Strike, étrangement touché par son visiteur, essaie de le retrouver quand sa route croise celle du ministre Jasper Chiswell qui l'engage pour trouver des informations compromettantes sur des ennemis qui le font chanter. Ce sera l'occasion pour Robin d'infiltrer le parlement britannique, et pour nos deux enquêteurs de retrouver la camaraderie qu'ils avaient perdus suite aux événements du tome précédent.


Mon avis :

J'ai été tellement contente quand ce tome est sorti récemment, je ne pouvais pas m'empêcher de l'acheter tout de suite (en version audio, qui est lue par un narrateur vraiment excellent), le commencer immédiatement, et puis le dévorer en quelques jours malgré sa longueur. Plus les tomes s'accumulent, et puis j'aime Cormoran Strike, Robin Ellacott, et les enquêtes qu'ils mènent.

18 novembre 2018

Ghost Talkers, de Mary Robinette Kowal


J'ai découvert l'autrice Mary Robinette Kowal grâce à ce titre, et je peux déjà vous dire que je ne me suis pas arrêtée là !


Résumé :

En cette première guerre mondiale, l'Angleterre a inventé une arme secrète : elle a entraîné des équipes de médiums capables de communiquer avec les morts. Chaque soldat est formé pour que, dès son décès au front, il puisse venir faire un rapport sur ce qu'il a vu et entendu avant de glisser vers l'au-delà. Ginger, une riche héritière américaine, fait partie de cette équipe de médiums qui, en cachette, débriefent les soldats juste après leur mort. Mais les Allemands semblent avoir percé leur secret et mettent en danger la vie des médiums ; pire, il semble qu'un traître se soit infiltré dans la chaîne de commande. Quand le fiancé de Ginger est envoyé au front et confirme ses soupçons, elle est obligée de mener seule l'enquête pour sauver la vie de son équipe.


Mon avis :

"Ghost Talkers" est le premier livre de Mary Robinette Kowal que je découvre, après avoir assez longtemps entendu parler de cette autrice américaine proche de certains de mes auteurs préférés, comme John Scalzi. Il ne s'agit pas de son titre le plus connu, mais ce mélange de récit historique et de fantastique m'a tout de suite alléchée. Je l'ai acquis sous format audio qui, dans sa version originale, est narré par l'autrice elle-même (et elle fait un excellent travail).

4 novembre 2018

Magpie murders, d'Anthony Horowitz


Je reprends ce blog en main après plusieurs semaines de pause et je commence à rattraper mon retard de chroniques avec ce livre, découvert par hasard cet été. Une petite déception peut-être, car parfois le livre est bon, le lecteur curieux, mais l'alchimie ne se fait pas...


Résumé :

Lorsque l'éditrice Susan Ryeland reçoit le dernier manuscrit de l'auteur à succès Alan Conway, elle est impatiente de découvrir et publier les nouvelles aventures de son détective Atticus Pünd. L'intrigue se déroule dans un petit village anglais des années 60 où deux morts coup sur coup obligent Atticus à révéler les secrets inavouables des habitants, de l'antiquaire au pasteur. Mais Susan est surprise : il manque les derniers chapitres ! Ce sera donc à son tour d'enquêter, pour retrouver la fin du manuscrit et pour comprendre ce qui est arrivé à Alan Conway, dont l'histoire personnelle se rapproche subtilement de celle de ses personnages...


Mon avis :

Je ne sais plus comment je suis tombée sur ce roman en version audio, mais je dois probablement l'avoir choisi en espérant lire une histoire à la Hercule Poirot ou Miss Marple. J'adore les romans d'Agatha Christie, ses petits mondes légèrement caricaturaux, ses personnages typiquement anglais, ses intrigues presque en huis clos. Comme je ne savais rien de ce roman avant de l'entamer, j'ai été très surprise que la lecture commence par une note de l'éditrice qui s'est avérée assez longue ; elle y parlait de la genèse du roman et de sa vie au moment où elle en a entamé la lecture. J'ai trouvé ça très bizarre, et il a fallu pas mal de temps pour que je me rende compte que c'était en fait une partie du roman lui-même !

28 juin 2018

L'étrange Odd Thomas, de Dean Koontz


J'ai commencé récemment une nouvelle série, les aventures d'Odd Thomas, un mélange de fantastique et d'horreur sur un ton léger, un cocktail surprenant !


Résumé :

Odd Thomas est aussi étrange que son prénom. Jeune cuisinier dans le grill d'une petite ville dans le désert américain, très amoureux de sa petite amie Stormy, sa vie serait particulièrement tranquille s'il n'avait pas un don extraordinaire : il est capable de voir les fantômes. Certains esprits ont besoin d'être rassurés, d'autres lui indiquent des criminels qu'il fait arrêter avec la collaboration du chef de la police locale, et d'autres encore, malfaisants, se réunissent là où un drame va avoir lieu. Lorsqu'un grand nombre de ces esprits malfaisants se rassemblent autour d'un étranger récemment arrivé dans la ville, Odd Thomas sait qu'une catastrophe se prépare. Mais il est loin d'en imaginer l'ampleur...


Mon avis :

Encore un livre entamé par hasard, au format audiolivre, au gré des promotions sur Audible.  J'avais déjà entendu le nom de l'auteur, célèbre pour ces récits d'horreur, mais je ne l'avais jamais lu et je ne connaissais pas du tout le personnage d'Odd Thomas. J'adore laisser la sérendipité choisir mes lectures, et je n'ai encore jamais eu à le regretter !

26 juin 2018

L'apprentissage du guerrier, de Lois McMaster Bujold


Je vous avais promis de continuer la saga Vorkosigan pour découvrir les aventures de son héros principal, Miles... Et voilà une promesse qui m'a fait passer un bon moment !


Résumé :

Miles Naismith-Vorkosigan a 17 ans et rêve d'entrer à l'Académie Impériale de sa planète, Barrayar. Malheureusement, un attentat avant sa naissance a limité sa croissance et rendu ses os très fragiles, et même sa position d'héritier d'un titre de conte et de fils du premier ministre de l'Empereur ne lui permet pas de surmonter de tels obstacles à une carrière militaire. Le temps de se trouver un autre avenir, Miles emmène son garde du corps, Bothari, et la fille de celui-ci, Elena, en vacances chez sa grand-mère sur la planète Beta. Il espère en profiter pour découvrir l'identité secrète de la mère d'Elena ; à la place, de petit mensonge en gros coup de poker, Miles se retrouve embarqué au coeur d'aventures de plus en plus périlleuses où la seule chose qui peut le sauver c'est son ingéniosité et son immense culot.


Mon avis :

J'ai mis un mois à lire ce livre, mais uniquement parce que je l'ai commencé juste après les deux premiers tomes de cette série, narrés par la mère de Miles, Cordélia ; j'avais adoré les aventures de Cordélia et des autres héros, et j'ai eu un peu de mal à m'adapter aux aventures de son fils, beaucoup plus légères de prime abord.  Mais après une petite pause aux environs des 20% du livre, je l'ai repris en main et je ne l'ai plus lâché.

4 juin 2018

The Tea Master and the Detective, d'Aliette de Bodard


Encore un peu de science-fiction, messieurs-dames ? Je vous l'offre autour d'un thé à la chinoise, à bord d'un vaisseau sentient, en compagnie d'un Sherlock Holmes du futur...


Résumé :

Dans un futur lointain où les hommes habitent dans des habitats spatiaux dispersés, The Shadow's Child (L'Enfant de l'Ombre) est un vaisseau sentient, l'incarnation sous forme de machine d'un esprit humain. The Shadow's Child, traumatisée par une attaque où tout son équipage a été massacré, refuse de s'aventurer dans l'espace intersidéral et est contrainte de survivre sans quitter son port d'attache en vendant des infusions qui altèrent subtilement les facultés mentales à la demande de ses clients. Un jour, une nouvelle cliente mystérieuse et arrogante lui demande de l'aider à récupérer les corps de victimes d'accidents spatiaux pour mener des expériences. Mais cette mission simple entrainera vite The Shadow's Child dans une enquête criminelle qui l'obligera à faire face à ses peurs...


Mon avis :

Je ne sais plus comment je me suis retrouvée à suivre l'autrice franco-américaine Aliette de Bodard sur twitter, mais quand elle a mentionné sa dernière novella publiée, son résumé a tout de suite attiré mon attention : "Sherlock Holmes dans un empire galactique d'inspiration vietnamienne, où Holmes est un savant excentrique et Watson un vaisseau militaire sentient et bougon."  J'aime beaucoup la SF (y-compris le space opera), j'adore les aventures de Sherlock Holmes, et j'apprécie toujours une bonne réécriture dans son univers... Mais là, le niveau d'originalité était plus que prometteur !

29 mai 2018

De l'eau pour les éléphants, de Sara Gruen


Longtemps après tout le monde, je découvre enfin ce roman dont on a beaucoup parlé ! 


Résumé :

Jacob, 93 ans, est un vieux monsieur bougon en maison de retraite qui supporte très mal les limites imposées à sa liberté. Un cirque de passage dans sa ville lui rappelle l'époque où, au coeur de l'Amérique pendant la Grande Dépression des années 1930, il était sur le point de terminer ses études de vétérinaire quand sa vie a basculé.  Devenu par hasard soigneur de ménagerie, le jeune Jacob a joué le rôle de catalyseur dans un drame impliquant homme et animaux, cruauté et amour.


Mon avis :

Encore un livre que j'ai lu en suivant mon schéma préféré : acheté il y a longtemps à l'occasion d'une bonne affaire (probablement en soldes sur Audible), longtemps oublié dans ma bibliothèque virtuelle, retrouvé récemment, dévoré sans a-priori. L'avantage dans ce cas-ci, c'est que ce roman a eu un succès imprévu et puis a fait l'objet d'un film, mais que moi qui l'ai lu longtemps après tout le monde, j'ai pu le découvrir sans attentes démesurées. J'ai lu ensuite sur Goodreads plusieurs commentaires de lecteurs qui en espéraient trop. Ce n'était pas mon cas ; j'avais au contraire un peu peur de l'aspect romantique indiqué dans la quatrième de couverture, moi qui suis extrêmement difficile quand il s'agit de romance. 

26 mai 2018

Ces livres découverts par accident


Est-ce que ça vous est déjà arrivé de découvrir un livre complètement par accident ? En achetant le mauvais titre, en piochant par hasard dans la bibliothèque de quelqu'un d'autre, en recevant un cadeau inattendu, etc ? Je pensais à ça l'autre jour et je serais curieuse de connaître vos petites anecdotes sur le sujet. Ça peut être vraiment amusant !

En ce qui me concerne, ça m'est arrivé plusieurs fois. Il y a eu des mauvaises et de très bonnes surprises. Ça a commencé quand j'étais toute petite : je passais beaucoup de temps (toutes les vacances et tous les jours après l'école) chez ma grand-mère, chez qui je m'ennuyais prodigieusement. L'avantage c'est que ça m'a appris à aimer la lecture, qui m'occupait et me dépaysait à la fois. De temps en temps, ma grand-mère descendait du grenier une caisse de livres pour enfants qui avaient appartenu à mon père et mon oncle ; j'ai ainsi découvert les Comtesse de Ségur et les bibliothèques roses et vertes.  Mais le plus souvent on les avait lus et relus en quelques semaines, et il fallait plusieurs mois pour la convaincre de retourner au grenier échanger cette caisse contre une autre. 

Elle avait aussi une bibliothèque pour adultes dans le salon, le genre de livres qui sont là pour décorer dans une maison ou personne ne lit : meuble en bois poli, vitrines, reliures en cuir toutes identiques, collection de romans et essais classiques. Je pense que personne ne les avait ouverts.

Quand j'avais une dizaine d'années, j'ai réussi à la convaincre de me laisser toucher à ces livres et j'ai commencé à piocher dans la collection. Moi qui étais beaucoup trop jeune pour ces lectures, je n'y connaissais rien et j'ai pioché au hasard. C'est ainsi que j'ai été très déçue par "Mémoires d'Outre-Tombe" de Chateaubriand, parce que je pensais que j'y trouverais des histoires de zombies ou de fantômes !  :D

J'ai aussi lu "Ivanhoe" de Walter Scott, que j'avais bien aimé, même si je n'avais pas compris grand-chose ("C'est quoi ces histoires de gens qui parlent français en Angleterre ?" - je l'ai relu plus tard). Je me souviens que je n'avais pas réussi à lire plus de quelques lignes de Proust, et que Victor Hugo m'avait paru très soporifique. Mais mon préféré, ce fut "Martiens, Go Home!" de Fredric Brown. Je ne comprends toujours pas ce que ce roman de science-fiction satyrique américain faisait dans cette collection très sérieuse et en français. Quoi qu'il en soit, cette histoire de petits hommes verts qui apparaissent brutalement sur Terre, appellent tous les hommes "Toto" et toutes les femmes "Chouquette" et passent leur temps à énerver l'humanité sans autre but évident que de rendre tout le monde fou de rage, m'a fait rire de bout en bout. Je l'ai d'ailleurs relu en anglais il y a quelques années et je l'avais commenté sur ce blog

Et vous, vous est-il arrivé de faire des découvertes littéraires complètement par accident?  Racontez-moi !

24 mai 2018

Le livre des épées (The Book of Swords), de G.R.R. Martin, Ken Liu, Robin Hobb, Scott Lynch, etc.


Je suis toujours un peu triste de vous parler d'un excellent livre qui n'a malheureusement pas encore été traduit, mais celui-ci le sera bientôt, alors je me permets de vous en proposer un avant-goût !


Résumé :

La fantasy américaine a produit de nombreux sous-genres, mais l'un des plus anciens et des plus connus est le "sword and sorcery", qui arme ses héros d'épées et de magie pour les mettre en scène dans des aventures épiques. Ce recueil rassemble des nouvelles dans ce registre, écrites par les meilleurs auteurs actuels de fantasy.


Mon avis :

J'ai entendu parler de ce recueil avant sa sortie, l'année passée pendant la Worldcon à Helsinki. Scott Lynch, l'auteur de la fameuse série des Salauds Gentilshommes, était présent et proposait une lecture du début de sa nouvelle qui devait paraître dans cette anthologie. J'avais beaucoup aimé cette petite mise en bouche, et quand le recueil est sorti, je l'ai acheté au format audiolivre.

22 mai 2018

Téméraire, tome 3 : Par les chemins de la soie, de Naomi Novik


Revoici les aventures du dragon Téméraire et de son compagnon, le capitaine Will Laurence !


Résumé :

Après avoir résolu leurs problèmes en Chine, le capitaine Will Laurence et son dragon Téméraire sont prêts à retourner en Angleterre, quand ils reçoivent un message leur ordonnant d'aller à Istanbul pour récupérer trois oeufs de dragons. Comme la mission est urgente et que leur bateau est indisponible, ils sont obligés d'entamer un long et dangereux périple à travers l'Asie en suivant les anciennes routes de la soie. Traversées du désert, attaques, traîtrises et autres mésaventures attendent nos héros, qui devront également faire face aux armées de Napoléon...


Mon avis :

J'ai écouté ce roman à la suite des deux autres tomes l'année passée (au format audiolivre en VO), et j'avoue que c'était une erreur ; je me suis vite rendue compte que je saturais, à force d'enchaîner les aventures de Téméraire. Je n'étais pas attentive pendant l'écoute, et je n'ai même pas eu le courage de chroniquer ce troisième tome !   Du coup je l'ai laissé de côté, puis je l'ai réécouté récemment et j'y ai pris beaucoup plus de plaisir.

18 mai 2018

Guide de survie en territoire zombie, de Max Brooks


Que faire si tout à coup les zombies envahissent votre vie ?  Ce livre vous dit tout !


Résumé :

Les attaques zombies sont une menace peu connue mais de plus en plus pressante, comme le prouvent les nombreuses attaques récentes. Soyez prêts à les affronter, votre vie peut en dépendre. Ce guide rassemble toutes les informations connues et les meilleurs conseils de survie en cas d'invasion de morts-vivants : qu'est-ce qu'un zombies et leurs différents types ; comment reconnaître une attaque zombies quand les autorités essaient de vous la cacher ; quelles armes utiliser pour se défendre ; comment préparer et soutenir un siège en attendant les secours ; comment se déplacer en territoire infesté ; comment débarrasser une région de zombies en fonction du terrain ; et beaucoup d'autres conseils pratiques et nécessaires. Tout les conseils sont basés sur les études et expériences acquises lors des nombreuses attaques historiques. Ne les prenez pas à la légère. Votre survie est entre vos mains.


Mon avis :

Lorsque j'ai lu et énormément apprécié (à ma propre surprise) "World War Z" du même auteur, j'ai commencé à m'intéresser au livre qui en quelque sorte l'accompagne, "Guide de survie en territoire zombie". A l'époque je m'étais dit que je le lirais à l'occasion, mais j'ai été un peu refroidie par de nombreux avis négatifs. Et puis, il y a quelques mois, la version audio VO du livre était en promotion sur Audible, alors je l'ai achetée, juste pour voir. Et quand l'autre jour je voulais quelque chose de facile à écouter et de pas trop long, c'est ce livre que j'ai choisi.

13 mai 2018

Premières lignes #14


Aujourd'hui, c'est le jour de notre rendez-vous "Premières lignes", créé par Ma Lecturothèque et découvert chez Bettie Rose. Le principe est simple : chaque dimanche, je prends un livre et je vous cite les premières lignes du récit. C'est généralement ce que je fais pour choisir un livre dans une librairie, et c'est un bon moyen pour vous donner un mini aperçu des romans qui m'ont marquée.

Cette semaine, je vous présente...


Le jour où la guerre fut déclarée, une pluie de téléphones s'abattit avec fracas sur les pavés de Novy Petrograd, tombant en averse du ciel. Certains d'entre eux avaient à moitié fondu sous la chaleur de l'entrée en atmosphère ; d'autres carillonnaient et cliquetaient, refroidissant rapidement dans la fraîcheur du petit jour. Un pigeon curieux s'approcha en sautillant, la tête penchée sur le côté ; il donna un coup de bec sur la coque brillante d'un des appareils, puis s'éloigna d'un battement d'ailes alarmé quand celui-ci se mit à sonner. Une petite voix commença à parler :
- Bonjour. Tu veux bien nous distraire ? 
Voici le genre de premières lignes qui donnent envie de connaître la suite, vous ne trouvez pas ?  Elles donnent aussi un petit aperçu du côté déjanté de ce roman de science-fiction dont je vous parle ici

10 mai 2018

Sandman, tome 2 : La maison de poupée, de Neil Gaiman et collectif


Je vous ai parlé l'année passée du premier tome de la bande-dessinée Sandman ; il m'a fallu plusieurs mois pour me lancer dans le second tome, mais je vous en parle enfin !


Résumé :

"Son nom lui-même est un mystère. Il se nomme Sandman, mais aussi Dream ou Morphée. Comme les autres membres de la famille des Éternels - Death, Destiny, Delirium, Desire, Despair et Destruction - il incarne un sentiment ou une réalité de l'âme humaine. Son royaume est celui des songes, un royaume à la fois sombre et enchanteur, dont le Maître est immortel, mais faillible et fragile. En suivant Sandman dans ses aventures, ses peines et ses tourments, le lecteur plongera dans un fascinant rêve éveillé.
Rose Walker trouve dans une étrange maison où elle a été invitée à se rendre, plus de choses qu'elle n'en attendait. Entre autres, des parents perdus de longue date, un congrès de tueurs en série et, finalement, sa véritable identité... Le Maître des Rêves, Sandman, cherche à comprendre ces mystères, sans se douter un instant - une éternité ? - qu'une main tire les ficelles dans l'ombre. Une main dont le propriétaire pourrait même être assez proche de lui..."
(quatrième de couverture) 


Mon avis :

J'ai beau avoir lu et apprécié le premier tome de cette série de comics culte, je suis toujours intimidée par Sandman.  J'avais emprunté ce tome-ci à la bibliothèque en décembre, et depuis lors je renouvelait mon emprunt tous les mois, jusqu'à ce que j'atteigne la limite du nombre de renouvellements autorisés et doive me dépêcher de le lire avant de le rendre. Et pourtant, tout ce temps, il traînait bien en évidence sur ma table de nuit; je voulais le lire mais je n'osais pas l'aborder, j'avais l'impression que je devais attendre le bon moment pour pouvoir l'apprécier et le comprendre comme il le mérite. Tout ça pour une bande-dessinée ! C'est un peu ridicule, non ?

8 mai 2018

The Mind Illuminated, de Culadasa


Envie d'entraîner votre esprit à la pleine conscience pour trouver l'illumination ?  J'ai le manuel d'instructions qu'il vous faut !


Résumé :

The Mind Illuminated est un mode d'emploi complet sur la méditation. Son auteur, John Yates surnommé Culadasa, est neurologue et instructeur de méditation bouddhique. Le but du livre est de proposer une méthode claire et divisée en dix étapes pour atteindre l'état d'illumination. 


Mon avis :

Voici un autre livre que je n'ai pas choisi moi-même mais que j'ai lu et enregistré pour une jeune femme handicapée. Un des aspects intéressants de ce travail, c'est qu'il m'oblige à sortir complètement de ma zone d'intérêts. Je n'ai rien contre la méditation, mais jamais je n'aurais choisi cette lecture par moi-même - d'autant plus que c'est un gros pavé, en grand format, de presque 500 pages d'épaisseur. Et pourtant, si je vous en parle, c'est parce que je l'ai trouvé particulièrement intéressant.

6 mai 2018

Premières lignes #13


Aujourd'hui, c'est le jour de notre rendez-vous "Premières lignes", créé par Ma Lecturothèque et découvert chez Bettie Rose. Le principe est simple : chaque dimanche, je prends un livre et je vous cite les premières lignes du récit. C'est généralement ce que je fais pour choisir un livre dans une librairie, et c'est un bon moyen pour vous donner un mini aperçu des romans qui m'ont marquée.

Cette semaine, je vous présente...

D'un éclat de météorite, on peut extraire quelques menus secrets concernant l'état originel de l'univers. D'un fragment d'os, on peut déduire la structure et l'aspect d'un animal préhistorique, d'un fossile végétal, l'ancienne présence d'une flore luxuriante dans une région à présent désertique. L'immémorial est pailleté de traces, infimes et têtues.
D'un lambeau de papyrus ou d'un morceau de poterie, on peut remonter vers une civilisation disparue depuis des millénaires. A partir de la racine d'un mot, on peut rayonner à travers une constellation de vocables et de sens. Les restes, les noyaux gardent toujours un infrangible grain de vigueur.
Dans tous les cas, l'imagination et l'intuition sont requises pour aider à dénouer les énigmes. 

"Magnus" est un roman que j'ai lu il y a bien trop longtemps et que je n'ai malheureusement jamais commenté. J'en garde le souvenir d'un récit plein d'émotion qui prend la forme d'une enquête dans le passé. Je devrais m'y replonger pour vous en parler à nouveau !

5 mai 2018

Barrayar, de Lois McMaster Bujold


Lorsque j'avais lu le premier tome de la saga Vorkosigan, "Shards of Honour", je m'étais promise de continuer la série.  Voici donc le deuxième tome, qui suit de si près le premier qu'il m'est impossible de parler de l'un sans dévoiler l'autre. Par conséquent : attention, spoilers sur le tome 1 !


Résumé : 

Cordelia Naismith, ancienne capitaine de vaisseau de la colonie Beta, était venue sur la planète Barrayar pour pouvoir mener une vie tranquille avec l'Amiral Aral Vorkosigan, depuis peu à la retraite. Tout a changé lorsque Vorkosigan a accepté, à la mort de l'Empereur, de devenir régent pour protéger l'héritier du trône qui n'a que cinq ans. Mais l'Empire de Barrayar est très instable, de nombreux nobles sont prêts à prendre le pouvoir par la force et l'assassinat, et la tâche du régent est aussi difficile que dangereuse. Cordelia, enceinte, doit s'adapter à la culture de sa planète d'adoption, servir de soutien à son mari, résoudre les conflits au sein de leur entourage, et surtout naviguer dans un environnement où la mort n'est jamais loin.


Mon avis :

Après avoir lu "Shards of Honor", le premier tome de la saga Vorkosigan, j'avais été tellement enchantée que j'ai sauté immédiatement sur le second, Barrayar. Bien qu'il ait été écrit beaucoup plus tard, il suit immédiatement le tome précédent. A la fin de Shards of Honor, Aral Vorkosigan acceptait à contrecoeur de devenir régent pour protéger l'Empire et essayer de maintenir la stabilité et la paix. Dans ce tome-ci, Cordelia, qui l'a poussé à faire ce choix, en subit les conséquences.

3 mai 2018

La vie après la vie, de Raymond Moody


Changeons de registre pour une fois avec un peu d'ésotérisme...


Résumé :

Raymond Moody, docteur en philosophie et médecin, a eu la surprise au début de sa carrière de rencontrer plusieurs témoignages de personnes qui, alors qu'ils étaient dans un état très proche de la mort, ont vécu des expériences étrangement similaires. Il s'est mis à rechercher ce type de témoignages et a interrogé environ 150 personnes ayant frôlé la mort. Ce livre est celui qui a popularisé pour la première fois les expériences de mort imminente et décrit leurs principales caractéristiques.


Mon avis :

J'ai lu et enregistré ce livre à la demande d'une jeune femme handicapée pour qui je travaille, je n'ai donc pas choisi ce titre. J'étais quand même particulièrement curieuse de savoir ce qu'il recouvrait quand j'ai appris qu'il s'agissait du livre qui avait fait connaître les expériences de mort imminente. Le coeur qui s'arrête, l'esprit qui s'envole au-dessus de la table d’opération, le film où on revoit toute sa vie, le tunnel avec la lumière blanche tout au bout... Tout le monde connaît ces images. Eh bien, ce ne fut pas toujours le cas !  Avant 1975 et la publication de ce livre, personne ne savait, à moins de l'avoir vécu soi-même, que l'on pouvait avoir ce genre d'expérience.  C'est Raymond Moody, à travers ce livre assez court, qui les a fait connaître.

1 mai 2018

Head On, de John Scalzi


John Scalzi est l'un de ces auteurs dont je ne rate aucune sortie, alors voici mon avis sur le roman qu'il a publié le mois passé !


Résumé :

Peu de choses ont changé pour l'agent du FBI Chris Shane depuis sa toute première enquête. Dans ce futur où une partie de la population a été touchée par un virus qui rend le cerveau incapable de communiquer avec le corps, les victimes, appelés Haydens, peuvent télécharger leurs capacités mentales dans un robot, un tweep, ou passer du temps dans un espace virtuel, l'Agora. Ils ont aussi leur propre sport : le Hilketa, une sorte de football américain qui consiste à arracher la tête d'un autre joueur puis de l'utiliser pour marquer un goal. Etant donné que tous les joueurs sont des Haydens et qu'arracher la tête d'un tweep ne leur fait aucun mal physique, ce jeu apparemment violent est en fait sans danger... jusqu'au jour où un joueur meurt mystérieusement en plein match. Chris Shane et sa partenaire sont chargés de déterminer la cause de cette mort, malgré les pressions des investisseurs dans ce sport en plein essor.


Mon avis :

J'attendais ce roman avec impatience, tant je sais qu'avec John Scalzi, je ne suis jamais déçue. Cet auteur n'écrit pas de romans qui vont révolutionner le genre de la science-fiction, mais il produit avec régularité des histoires passionnantes pleines de rebondissements et d'humour. Pour profiter à fond de ce roman sur lequel je me suis jetée dès sa sortie le 17 avril, j'ai été jusqu'à ré-écouter l'audiolivre du premier tome de cette série, Lock In (en français : Les Enfermés). Chacun des tomes est sensé être indépendant, et ils le sont, mais j'avais envie de rafraîchir ma mémoire sur les aspects importants du monde créé et les détails de la première enquête de Chris. Et puis, pour le plaisir, aussi !

23 avril 2018

Shards of Honour, de Lois McMaster Bujold


Malgré ma gigantesque PAL et plusieurs lectures entamées ou urgentes, j'ai commencé récemment une nouvelle saga de SF, la saga Vorkosigan !


Résumé :

Le capitaine Cordélia Naismith est à la tête d'une équipe de scientifiques en charge d'étudier la faune d'une planète récemment découverte, quand son camp est attaqué brutalement par une troupe armée venant d'une planète ennemie. Tandis que son équipe a réussi à s'enfuir avec leur vaisseau spatial, Cordélia et un collègue dont le cerveau a été endommagé sont fait prisonniers par le commandant du groupe ennemi, Aral Vorkosigan, qui a fait lui-même l'objet d'une mutinerie. S'en suit un périple dangereux à travers une faute et une flore inconnues pour rejoindre le camp de Vorkosigan, pendant lequel Cordélia va apprendre à connaître cet homme qui a une réputation de guerrier particulièrement cruel.


Mon avis :

D'habitude, quand je lis en VO un roman qui a été traduit en français, je donne son titre en français comme en-tête de ma chronique parce que je suppose que la plupart de mes lecteurs souhaiteront le découvrir dans cette langue. Cette fois-ci, je ne le fais pas parce que la traduction apparemment la plus connue dévoile à elle toute seule un point majeur de l'intrigue, celui qui m'a le plus marquée. Je peux seulement vous dire que dans les dernières traductions, ce roman s'appelle L'Honneur de Cordelia. J'ai une sainte horreur des spoilers, et je me suis déjà énervée plusieurs fois contre les spoilers dans les quatrième de couverture, mais là, dans la traduction du titre... bravo, messieurs les éditeurs, vous avez fait très fort. Pour ceux qui connaissent la série, je précise que (spoiler - surligner pour lire) je parle du titre "Cordélia Vorkosigan", qui dévoile dès le début que Cordélia va épouser Aral Vorkosigan.

15 avril 2018

Premières lignes #12


Aujourd'hui, c'est le jour de notre rendez-vous "Premières lignes", créé par Ma Lecturothèque et découvert chez Bettie Rose. Le principe est simple : chaque dimanche, je prends un livre et je vous cite les premières lignes du récit. C'est généralement ce que je fais pour choisir un livre dans une librairie, et c'est un bon moyen pour vous donner un mini aperçu des romans qui m'ont marquée.

Cette semaine, je vous présente...

La terre nous en apprend plus long sur nous que tous les livres. Parce qu'elle nous résiste. L'homme se découvre quand il se mesure avec l'obstacle. Mais, pour l'atteindre, il lui faut un outil. Il lui faut un rabot, ou une charrue. Le paysan, dans son labour, arrache peu à peu quelques secrets à la nature, et la vérité qu'il dégage est universelle. De même l'avion, l'outil des lignes aériennes, mêle l'homme à tous les vieux problèmes.

Antoine de Saint-Exupéry mérite d'être connu pour ses autres romans que le fameux Petit Prince. Dans "Terre des hommes", il nous parle de sa vie d'aviateur, et au-delà, nous dévoile son superbe humanisme. Un récit plein d'émotion dont je vous parle ici.

10 avril 2018

La Petite Fadette, de George Sand


Qui c'est qui relit un livre pour la centième fois, se persuade qu'elle ne l'a jamais commenté, rédige une chronique, et se rend compte au moment de la publier qu'elle avait déjà écrit un article sur ce roman ?  C'est bibi, bien sûr ! Qu'à cela ne tienne, maintenant que la chronique est écrite, je la publie, et je me rends compte que mon avis n'a pas du tout changé depuis trois ans...


Résumé :

Lorsque les jumeaux Landry et Sylvinet sont nés, au cœur de la campagne française du XVIIIème siècle, la sage-femme a conseillé à leurs parents de les séparer le plus vite possible. Le conseil n'a pas été suivi, et lorsqu'adolescent Landry est envoyé travailler dans une autre ferme, Sylvinet se morfond et disparaît. Landry, à la recherche de son frère, obtient l'aide de la petite Fadette, la petite-fille d'une vieille dame acariâtre qui se dit sorcière. Et Landry apprendra que la jeune fille rejetée par tout le village cache en fait un coeur d'or.


Mon avis :

Vous connaissez le concept du livre-doudou ? Celui que l'on connaît par cœur mais vers lequel on revient régulièrement, pour un peu de familiarité, celui qui nous réconforte comme un ami proche ?

La Petite Fadette, c'est l'un de mes livres-doudous. Je l'ai lu dans mon enfance, relu plusieurs fois dans mon adolescence, et puis récupéré sous format ebook pour pouvoir le relire encore et encore, dans le désordre, par passages, en diagonales ou de haut en bas. Je pense que vous l'aurez deviné : n'espérez pas un avis objectif de ma part. Ce roman c'est pour moi un bonbon sucré et réconfortant.

8 avril 2018

Premières lignes #11


Aujourd'hui, c'est le jour de notre rendez-vous "Premières lignes", créé par Ma Lecturothèque et découvert chez Bettie Rose. Le principe est simple : chaque dimanche, je prends un livre et je vous cite les premières lignes du récit. C'est généralement ce que je fais pour choisir un livre dans une librairie, et c'est un bon moyen pour vous donner un mini aperçu des romans qui m'ont marquée.

Cette semaine, je vous présente...

Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d'unités d'infanterie et de colonnes de ravitaillement, puis de quelques véhicules semi-chenillés de petit format, guère plus. Le temps n'est pas venu de voir de gros panzers Tiger et Panther menés par des tankistes en uniforme noir, qui sera une couleur bien pratique pour cacher les taches d'huile. Quelques Messerschmitt monomoteurs de reconnaissance de type Taifun survolent cette opération mais, seulement chargés de s'assurer de haut que tout se passe tranquillement, ils ne sont même pas armés. Ce n'est qu'une petite invasion éclair en douceur, une petite annexion sans faire d'histoires, ce n'est pas encore la guerre à proprement parler. C'est juste que les Allemands arrivent et qu'ils s'installent, c'est tout.

C'est comme ça que commence l'histoire d'Emile, c'est sous l'invasion allemande qu'il se mettra à courir et ne s'arrêtera plus. Une biographie originale qui est magnifiquement écrite et que je vous recommande dans cette chronique.

3 avril 2018

La main gauche de la nuit, d'Ursula Le Guin


Ça faisait longtemps que je devais lire ce grand classique de la science-fiction, et malheureusement il m'a fallu le décès de l'autrice pour m'y décider...


Résumé :

Dans un monde futuriste où l'espèce humaine s'est essaimée sur de nombreuses planètes, des peuples qui ont longtemps perdu contact se sont retrouvés et réorganisés au sein d'une association libre et non contraignante, l'Ekumen. Lorsqu'une nouvelle planète habitée par des humains qui ont développé une société évoluée est découverte, l'Ekumen envoie un représentant unique pour les encourager à rejoindre leur association sans les menacer. Genly Aï joue se rôle sur la planète Winter, un monde très froid dominé par deux grandes nations. Genly doit faire face à un système politique compliqué et dangereux, mais surtout à une énorme différence biologique : les habitants de Winter sont des hermaphrodites asexués qui deviennent tantôt hommes, tantôt femmes pendant une courte période de reproduction. La bonne volonté de l'Envoi est mise à l'épreuve face à ces êtres auquel il ne peut pas appliquer ses schémas d’interaction, et il en vient à méconnaître le seul autochtone qui croit vraiment en lui.


Mon avis :

Lors de ma scolarité, j'ai eu la chance de croiser un professeur de français qui, je ne m'en rends compte que maintenant, avait à coeur de nous faire découvrir un éventail de genres littéraires bien plus large que ce qui est préconisé par le programme classique. A l'époque nous avions étudié pendant quelques semaines la science-fiction (avec notamment un devoir sur le film "Blade Runner") et je me rappelle que "La main gauche de la nuit" avait été l'un des romans recommandés. J'étais donc persuadée de l'avoir lu à l'époque (sans en garder aucun souvenir) jusqu'à ce que le décès d'Ursula Le Guin il y a quelques semaine ne remette ce titre sur l'avant de la scène et que je me rende compte, avec grande surprise, que son résumé ne me disait absolument rien. J'ai décidé de réparer rapidement cette erreur et après plusieurs faux départs dus à mon manque de temps pour lire, j'ai fini par entamer et terminer ce roman culte.

1 avril 2018

Premières lignes #10


Aujourd'hui, c'est le jour de notre rendez-vous "Premières lignes", créé par Ma Lecturothèque et découvert chez Bettie Rose. Le principe est simple : chaque dimanche, je prends un livre et je vous cite les premières lignes du récit. C'est généralement ce que je fais pour choisir un livre dans une librairie, et c'est un bon moyen pour vous donner un mini aperçu des romans qui m'ont marquée.

Cette semaine, je vous présente...


En principe, un corbillard n'a jamais d'accident. D'abord parce que les chauffeurs de corbillard ont un certain style de conduite. Mesuré, solennel. On n'imagine pas un corbillard prendre des risques sur la route. Ensuite les autres conducteurs, quand ils apercoivent un corbillard, aussitôt ils lèvent le pied. Ils se tiennent à distance respectueuse. AUx feux rouges, ils hésitent à se placer à côté de vous. Ils restent derrière. Spontanément, ils font cortège. Et s'ils dépassent, c'est avec déférence, la nuque raide, les yeux droit dans le pare-brise.

Drôle de début pour ce roman qui ne parle pas tellement de corbillard, mais qui parle en effet de mort, et de vie, et de bien d'autres choses qui valent la peine de s'y plonger. Je vous parle de "Loin des mosquées" dans cette chronique.

25 mars 2018

Premières lignes #9


Aujourd'hui, c'est le jour de notre rendez-vous "Premières lignes", créé par Ma Lecturothèque et découvert chez Bettie Rose. Le principe est simple : chaque dimanche, je prends un livre et je vous cite les premières lignes du récit. C'est généralement ce que je fais pour choisir un livre dans une librairie, et c'est un bon moyen pour vous donner un mini aperçu des romans qui m'ont marquée.

Cette semaine, je vous présente...


Mae Mobley, elle est née de bonne heure un dimanche matin d'août 1960. Un bébé d'église, comme on dit. Moi je m'occupe des bébés des Blancs, voilà ce que je fais, et en plus, de tout le boulot de la cuisine et du ménage. J'en ai élevé dix-sept de ces petits, dans ma vie. Je sais comment les endormir, les calmer quand ils pleurent et les mettre sur le pot le matin, avant que les mamans aient seulement le temps de sortir du lit. 

En quelques lignes, voici dessiné le sujet de ce roman : le rôle de ces femmes noires qui s'occupent des bébés des blancs dans l'Amérique des années 1960, avec toute l'injustice et toutes les douleurs qu'on devine et qu'on découvrira au fil des pages. Un roman poignant dont je vous parle dans cette chronique.

11 mars 2018

Premières lignes #8


Aujourd'hui, c'est le jour de notre rendez-vous "Premières lignes", créé par Ma Lecturothèque et découvert chez Bettie Rose. Le principe est simple : chaque dimanche, je prends un livre et je vous cite les premières lignes du récit. C'est généralement ce que je fais pour choisir un livre dans une librairie, et c'est un bon moyen pour vous donner un mini aperçu des romans qui m'ont marquée.

Cette semaine, je vous présente...


Le jour où il allait être abattu, Santiago Nasar s'était levé à cinq heures et demie du matin pour attendre le bateau sur lequel l'évêque arrivait. Il avait rêvé qu'il traversait un bois de figuiers géants sur lequel tombait une pluie fine, il fut heureux un instant dans ce rêve et, à son réveil, il se sentit couvert de chiures d'oiseaux. "Il rêvait toujours d'arbres", me dit Placido Linero, sa mère, vingt-sept ans après en évoquant les menus détails de ce lundi funeste.

Voici des premières lignes révélatrices : on y apprend que le roman va raconter une enquête sur la mort de Santiago Nasar qui a lieu vingt-sept ans après celle-ci, et le titre nous enseigne que cette mort était annoncée, évitable. Voici en substance le contenu de ce court récit qui nous permet de découvrir la plume de ce grand auteur qu'était Gabriel García Márquez. Je n'ai malheureusement jamais chroniqué ce roman, mais je vous parle ici d'un autre chef-d'oeuvre du même auteur, "L'amour aux temps du choléra".

9 mars 2018

Téméraire, tome 2: Le trône de jade, de Naomi Novik


Je vous parle aujourd'hui du second tome d'une série originale, mêlant guerres napoléoniennes et dragons de combat...


Résumé :

Téméraire le dragon et son "cavalier" Will Laurence viennent de découvrir que Téméraire appartient à une race très rare et qu'il possède des capacités particulières. Le problème c'est que l'Empereur de Chine entend bien récupérer Téméraire, qui avait été donné encore dans l'oeuf à la France et récupéré par l'Angleterre à l'issue d'une bataille navale pendant la guerre napoléonienne. L'Empereur a envoyé une délégation dirigée par son propre frère, et les autorités britanniques ont bien l'intention de tout faire pour améliorer leurs relations diplomatiques avec ce puissant pays. Will et Téméraire se retrouvent au coeur d'intrigues politiques qui vont les obliger à partir pour un très long voyage...


Mon avis :

Je dois avouer deux choses concernant cette lecture : d'abord, j'ai lu ce livre en 2017, dans la foulée du premier tome, mais je n'ai pas rédigé de chronique à l'époque et j'ai fini par le relire pour pouvoir vous en parler (et parce que je trouve ça dommage de ne pas me souvenir d'un livre, c'est la raison principale pour laquelle j'ai ouvert un blog). Ma deuxième confession, c'est que lorsque j'ai lu ce livre, c'était en audiolivre et je ne l'ai choisi que parce que j'aimais vraiment la voix du narrateur. Il a un ton grave (j'ai longtemps cru que Will Laurence avait au moins 60 ans !), un accent anglais et une diction parfaite, et je voulais juste poursuivre le plaisir de l'écouter me raconter une histoire. 

4 mars 2018

Premières lignes #7


Aujourd'hui, c'est le jour de notre rendez-vous "Premières lignes", créé par Ma Lecturothèque et découvert chez Bettie Rose. Le principe est simple : chaque dimanche, je prends un livre et je vous cite les premières lignes du récit. C'est généralement ce que je fais pour choisir un livre dans une librairie, et c'est un bon moyen pour vous donner un mini aperçu des romans qui m'ont marquée.

Cette semaine, je vous présente...

La chaleur du soleil semblait fendre la terre. Pas un souffle de vent ne faisait frémir les oliviers. Tout était immobile. Le parfum des collines s'était évanoui. La pierre gémissait de chaleur. Le mois d'août pesait sur le massif du Gargano avec l'assurance d'un seigneur. Il était impossible de croire qu'en ces terres, un jour, il avait pu pleuvoir. Que de l'eau ait irrigué les champs et abreuvé les oliviers. Impossible de croire qu'une vie animale ou végétale ait pu trouver - sous ce ciel sec - de quoi se nourrir. Il était deux heures de l'après-midi, et la terre était condamnée à brûler.

Je ne sais pas pour vous mais moi je n'ai jamais lu un passage qui donne aussi soif ! C'est le début d'un roman écrit d'une plume de maître, à lire pour se réchauffer en plein hiver. Mon avis sur "Le soleil des Scorta" se trouve ici.

2 mars 2018

The Woman in the Water (Charles Lenox, préquelle), de Charles Finch


A chaque nouveau tome des aventures de Charles Lenox, j'attends avec impatience qu'un éditeur se décide à proposer cette magnifique série aux amateurs de polars francophones. Ce roman-ci vient juste de paraître et on y découvre le jeune Charles au tout début de sa carrière...


Résumé :

On est en 1850 et Charles Lenox a seulement 23 ans. Il vient de sortir de l'université, s'est installé à Londres avec son valet Graham, et, en tant que cadet de famille riche, il doit se trouver une occupation sans avoir à gagner sa vie. Il a choisi une orientation originale et assez mal vue dans son milieu : il va résoudre des crimes. Le problème c'est que son statut social lui interdit de rentrer dans la police, et en-dehors, personne ne le prend assez au sérieux que pour s'adresser à lui ! C'est pourquoi, quand il tombe sur la trace d'un probable tueur en série qui annonce ses crimes dans les journaux, il a bien l'intention de ne pas laisser passer cette chance de faire ses preuves...


Mon avis :

Je vous ai déjà parlé maintes et maintes fois des aventures de Charles Lenox, vu que j'ai déjà lu les 10 volumes et la nouvelle qui constituent cette série. Il s'agit des enquêtes et de la vie d'un gentleman londonien de l'époque victorienne, le genre de personnage sans secrets honteux, sans circonstances difficiles, sans traumatisme passé, un simple monsieur au grand coeur et les poches pleines entouré d'une famille aimante, qui a juste décidé de consacrer son temps libre et son esprit vif à rendre le monde un peu plus juste. J'ai commencé cette série en me disant qu'il s'agissait d'un divertissement agréable, et presque malgré moi, au fil des épisodes, je me suis surprise à apprécier de plus en plus ce gentil détective. Je l'ai vu changer de carrière plusieurs fois, se marier, avoir un enfant, j'ai suivi la vie de ses amis proches... Il est devenu un peu de la famille, si vous voyez ce que je veux dire. 

28 février 2018

Binti, de Nnedi Okorafor


La lecture que je vous présente aujourd'hui est ma première plongée dans l'afrofuturisme...


Résumé :

La jeune Binti vient d'être admise à l'Université Oomza, le plus prestigieuse de la galaxie. Elle est la première représentante de son peuple tribal, les Himbas, à avoir cet honneur. C'est un chemin difficile sur lequel elle s'engage : elle n'a jamais quitté le désert qui l'a vue naître, elle doit partir en cachette car sa famille refuse catégoriquement qu'elle y aille, et elle doit aussi faire face aux autres peuples et aux autres races qui considèrent sa façon de vivre comme inférieure. Mais Binti ne manque pas de courage, et son talent très particulier pour créer des liens malgré les différences pourrait bien sauver sa vie et celle de beaucoup d'autres.


Mon avis :

Ces derniers temps, parmi les amateurs de science-fiction, on parle beaucoup d'afrofuturisme, ce sous-genre littéraire qui met en avant l'Afrique, les auteurs africains et l'expérience africaine. Ca faisait longtemps que je voulais le découvrir, et j'ai profité d'une promotion sur Audible pour acquérir l'audiolivre de ce récit assez court dont j'avais croisé le titre à plusieurs reprises.  Comme d'habitude je ne savais pas du tout à quoi m'attendre, car je préfère ne pas lire de résumé ou de critique avant de commencer ma lecture; la surprise a été totale, et le dépaysement aussi.

25 février 2018

Premières lignes #6


Aujourd'hui, c'est le jour de notre rendez-vous "Premières lignes", créé par Ma Lecturothèque et découvert chez Bettie Rose. Le principe est simple : chaque dimanche, je prends un livre et je vous cite les premières lignes du récit. C'est généralement ce que je fais pour choisir un livre dans une librairie, et c'est un bon moyen pour vous donner un mini aperçu des romans qui m'ont marquée.

Cette semaine, je vous présente...



C'était l'hiver sur Belleville et il y avait cinq personnages. Six, en comptant la plaque de verglas. Sept, même, avec le chien qui avait accompagné le Petit à la boulangerie. Un chien épileptique, sa langue pendait sur le côté.
La plaque de verglas ressemblait à une carte d'Afrique et recouvrait toute la surface du carrefour que la vieille dame avait entrepris de traverser. Oui, sur la plaque de verglas, il y avait une femme, très vieille, debout, chancelante. Elle glissait une charentaise devant l'autre avec une millimétrique prudence. Elle portait un cabas d'où dépassait un poireau de récupération, un vieux châle sur ses épaules et un appareil acoustique dans la saignée de son oreille. A force de progression reptante, ses charentaises l'avaient menée, disons, jusqu'au milieu du Sahara, sur la plaque à forme d'Afrique. Il lui fallait encore se farcir tout le sud, les pays de l'apartheid et tout ça. A moins qu'elle ne coupât par l’Érythrée ou la Somalie, mais la mer Rouge était affreusement gelée dans le caniveau. 
J'ai commencé à lire la saga des Malaussène, de Daniel Pennac, avec ce deuxième tome, à cause de ce début magique. Et encore, les paragraphes suivants sont extraordinaires, mais je n'allais pas vous mettre trois pages de texte... Mon avis sur La fée carabine se trouve ici.

18 février 2018

Premières lignes #5


Aujourd'hui, c'est le jour de notre rendez-vous "Premières lignes", créé par Ma Lecturothèque et découvert chez Bettie Rose. Le principe est simple : chaque dimanche, je prends un livre et je vous cite les premières lignes du récit. C'est généralement ce que je fais pour choisir un livre dans une librairie, et c'est un bon moyen pour vous donner un mini aperçu des romans qui m'ont marquée.

Cette semaine, je vous présente...


Les plus redoutables ennemis des Finlandais sont la mélancolie, la tristesse, l'apathie. Une insondable lassitude plane sur ce malheureux peuple et le courbe depuis des milliers d'années sous son joug, forcant son âme à la noirceur et à la gravité. Le poids du pessimisme est tel que beaucoup voient dans la mort le seul remède à leur angoisse. Le spleen est un adversaire plus impitoyable que l'Union soviétique.
Mais les Finlandais sont une nation de guerriers. Ils ne capitulent pas. Ils se rebellent, encore et toujours, contre la tyrannie.
Voilà un début bien sombre pour un roman, heureusement que le deuxième paragraphe nous indique que le ton sera plutôt à l'humour noir, et au final voici un roman franchement hilarant, que je vous présente dans cet article !

16 février 2018

Les Archives de Roshar, tome 3 : Oathbringer, de Brandon Sanderson


C'est la saison de la fantasy par chez moi !  Voici une sortie récente qui poursuit une de mes séries préférées... Encore une fois, je préfère le préciser : cette chronique ne peut pas éviter les spoilers concernant les deux premiers tomes des Archives de Roshar, alors si vous ne les avez pas encore lus, la lecture de cet article est à vos risques et périls ! Par contre, je ne dis bien entendu rien du contenu de ce tome-ci....


Résumé :

Le destin de Roshar a complètement changé. Les "voidbringers", ceux qui vont détruire l'humanité d'après les légendes, se sont avérés être les parshendis, les cousins des esclaves parshmens. Leur attaque a commencé au moment même où de nouvelles tempêtes ultra destructrices se sont mises à traverser le monde en sens inverse de celles auxquelles le continent s'était adapté. Dalinar a reconstitué les Radiants, mais pour protéger le monde, il doit unifier les différents royaumes, une tâche qui semble impossible tant ils sont nombreux ceux qui craignent les ambitions du Black Thorn. Kaladen retourne chez lui pour protéger sa famille et découvre au passage le véritable visage de l'ennemi. Adolin porte un très lourd secret. Quant à Shallan, à force de fuir ses peurs, elle en perd sa propre identité...


Mon avis :

Je viens de terminer ce troisième tome des Archives de Roshar et waw, j'en ai la tête qui tourne !  Il se trouve que, par hasard, j'ai été prise dans la lecture de deux pavés fantasy en même temps : le dernier tome des Aventuriers de la Mer, lu et enregistré pour quelqu'un d'autre, et ce troisième tome de la grande saga de Brandon Sanderson, que j'ai découvert au format audiolivre.  Il faut savoir aussi qu'avant d'entamer ce roman-ci qui est sorti à l'automne dernier, j'ai ressenti le besoin de me rafraîchir la mémoire et de relire (enfin, réécouter) le deuxième tome. Et comme il y a eu entretemps la prériode des fêtes et plusieurs semaines où j'étais trop occupée pour profiter de mes audiolivres, au total ça fait bien trois mois que je suis perdue dans Roshar et, de façon plus générale, dans la fantasy. J'avoue que ça commençait à faire long et bien que ces deux sagas sont vraiment des monuments dans leur genre, je serai contente de passer à un autre genre, au moins temporairement !

11 février 2018

Premières lignes #4


Aujourd'hui, c'est le jour de notre rendez-vous "Premières lignes", créé par Ma Lecturothèque et découvert chez Bettie Rose. Le principe est simple : chaque dimanche, je prends un livre et je vous cite les premières lignes du récit. C'est généralement ce que je fais pour choisir un livre dans une librairie, et c'est un bon moyen pour vous donner un mini aperçu des romans qui m'ont marquée.

Cette semaine, je vous présente...

"Madame Desantis, il est tard. Nous reprendrons dans la matinée. Avant de partir, je vais résumer rapidement les faits une dernière fois. Interrompez-moi si je me trompe. Et si la moindre idée vous vient à l'esprit, dites-le-moi. D'accord ?
- Oui, monsieur le juge."
La femme a les yeux gonflés. Elle est assise, très droite, face au juge d'instruction. Ses bras croisés reposent sur la table de la cuisine. Un mouchoir à carreaux entortillé dépasse de son poing droit.
"Vous êtes partie d'ici vers le milieu de l'après-midi, disons entre quinze heures et quinze heures trente, et vous vous êtes rendue à pied au magasin L'Étoile où vous êtes arrivée un peu avant seize heures. Vous emmeniez votre petit garçon, Antoine, et, dans une poussette, votre fils David. Vous êtes entrée dans la boutique en laissant la poussette dehors.
- Oui, monsieur le juge.
- Vous n'avez pas voulu prendre la poussette parce qu'il y avait des marches.
- Je n'en avais que pour quelques minutes. David s'était endormi. Il était attaché. J'avais relevé la capote et fermé le protège-pieds. Il était bien à l'abri. Il ne faisait pas beau, mais pas vraiment froid, seulement un peu de vent, comme je vous l'ai dit. Je l'ai laissé pour qu'il prenne le bon air.
- D'accord. Vous êtes restée environ un quart d'heure dans le magasin avec Antoine.
- Oui.
- Et quand vous êtes ressortie, la poussette était vide. David avait disparu.
- Oui, monsieur le juge."

Le passage est un peu plus long que d'habitude, mais il me semblait nécessaire d'aller jusque là pour comprendre le but de cette conversation qui lance une enquête très prenante et terriblement dramatique. Je suis très étonnée de ne jamais avoir chroniqué ce roman que j'ai lu avec plaisir.

10 février 2018

Les Aventuriers de la Mer (intégrale), tome 3 : Ship of Destiny, de Robin Hobb


Parfois, ça fait du bien de terminer un pavé !  Et encore plus quand il s'agit d'une trilogie de pavés. Voici une trilogie célèbre qui se conclut comme un feu d'artifice !


Résumé :

Le monde des marchands de Terrilville est sens-dessus-dessous. Ronica, qui a tout perdu, est considérée comme une traîtresse par ses concitoyens dans une ville en pleine révolution. Sa fille Keffria a trouvé refuge avec ses enfants dans la cité suspendue de Trehaug, mais un tremblement de terre a coincé Selden et Reyn sous terre, tandis que Malta essaie de sauver sa vie et celle du Satrap de Jamaillia.  Wintrow (qui s'appelle Hiémain en français, mon dieu que c'est moche...) est aux portes de la mort sur le bateau de Kennit le pirate.  Althea et Brashen sont partis récupérer Vivacia, sur Parangon, une vivenef à moitié folle et avec un équipage peu fiable. Et comme si ça ne suffisait pas, le dernier dragon en vie vient d'être libéré de son cocon...


Mon avis :

Voici le troisième et dernier tome de la série des Aventuriers de la Mer (suivant la division de la version originale, celle que j'ai lue). Comme les deux tomes précédents, j'ai lu à voix haute et enregistré ce roman à la demande d'une amie malvoyante. Et je peux vous dire que ce ne fut pas facile : ça m'a pris 42 heures, réparties sur mon temps libre pendant un mois ! 

4 février 2018

Premières lignes #3


Aujourd'hui, c'est le jour de notre rendez-vous "Premières lignes", créé par Ma Lecturothèque et découvert chez Bettie Rose. Le principe est simple : chaque dimanche, je prends un livre et je vous cite les premières lignes du récit. C'est généralement ce que je fais pour choisir un livre dans une librairie, et c'est un bon moyen pour vous donner un mini aperçu des romans qui m'ont marquée.

Cette semaine, je vous présente...

La première chose que je peux vous dire c'est qu'on habitait au sixième à pied et que pour Madame Rosa, avec tous ces kilos qu'elle portait sur elle et seulement deux jambes, c'était une vraie source de vie quotidienne, avec tous les soucis et les peines. Elle nous le rappelait chaque fois qu'elle ne se plaignait pas d'autre part, car elle était également juive. Sa santé n'était pas bonne non plus et je peux vous dire aussi dès le début que c'était une femme qui aurait mérité un ascenseur.
 Voici le premier paragraphe d'un des plus beaux romans que j'aie jamais lus. L'auteur se met dans la peau d'un petit garçon qui comprend la vie à sa façon, et dès le début nous sommes plongés dans sa langue et sa philosophie particulières. Mon avis sur "La vie devant soi" se trouve ici (et c'est l'une des chroniques dont je suis le plus fière !).

30 janvier 2018

Gone Before Christmas, de Charles Finch


Ca fait plusieurs semaines que je ne vous ai plus parlé des aventures de Charles Lenox, alors voici le dernier tome sorti. C'est une série qui mériterait vraiment d'être traduite en français, elle ne cesse de s'améliorer !


Résumé :

Peu avant le jour de Noël 1877, le détective victorien Charles Lenox se voit confier un nouveau mystère qui fait s'arracher les cheveux à Scotland Yard. Un militaire, officier de l'une des plus prestigieuses compagnies anglaise, a disparu mystérieusement. Il est entré chercher son chapeau dans un vestiaire désert, n'en est jamais ressorti, et il ne reste de lui qu'une giclée de sang sur un mur. Lenox arrivera-t-il à résoudre ce mystère avant les fêtes ?


Mon avis :

Cet épisode des aventures de Charles Lenox est le plus récent à ce jour (un nouvel épisode devrait sortir fin février), et ce n'est pas un roman complet mais une histoire relativement courte d'environ 80 pages. Et il reprend dans ce format plus court toutes les qualités que j'apprécie particulièrement dans cette série.