27 novembre 2016

Feed, de Mira Grant


Aujourd'hui je vous parle de blogueurs chasseurs de zombies, rien que ça !


Résumé :

Le début de l'infestation zombie date déjà de plus de vingt ans.  L'humanité s'est habituée à la menace permanente et survit grâce à des mesures de sécurité draconiennes. Georgia et Shaun Mason sont frère et soeur et partenaires professionnels : ils dirigent avec leur copine Buffy une petite entreprise internationale de blogueurs prêts à tout pour fournir informations et divertissement à leurs lecteurs. Lorsqu'ils sont sélectionnés pour suivre la un sénateur en campagne pour la présidence des Etats-Unis, il savent que c'est la chance de leur carrière. De ville en ville, ils vont se battre pour recueillir toutes les informations possibles... et bientôt se battre surtout pour survivre.


Mon avis :

Plusieurs années après tout le monde (comme souvent), je découvre ce roman qui a beaucoup fait parler de lui à sa sortie. Je n'avais pas particulièrement envie de le lire à l'époque : il avait l'air un peu trop "jeunesse" avec ses héros adolescents, et je me méfie toujours un peu des histoires de zombies, même si j'ai adoré "World War Z" et sa façon d'envisager les effets globaux d'une épidémie de morts-vivants sur l'humanité. J'ai finalement acquis Feed au format VO et audio en profitant d'une promotion Audible, comme souvent, et j'ai entamé l'écoute avec beaucoup de curiosité.

13 novembre 2016

Les Disparus de Mapleton, de Tom Perrotta


Changeons un peu de registre pour un roman contemporain (avec une petite touche fantastique), un genre que j'explore de moins en moins souvent. J'ai lu ce roman un peu par hasard et j'ai découvert qu'il pose des questions intéressantes sur la psychologie d'un traumatisme...


Résumé :

Ils ont disparu brutalement, sans laisser de trace, comme un tour de magie. Personne ne sait ce qu'ils sont devenus, s'ils réapparaîtront un jour, pourquoi ils ont été choisis. Nora a perdu son époux et ses deux jeunes enfants, Jill sa meilleure amie, d'autres leurs parents, leurs voisins. Kevin et sa famille n'ont pas été directement touchés, mais le poids de cette disparition pèse sur les épaules de chacun et chacun y répond différemment : l'épouse de Kevin, Laurie, est entrée dans une secte de pénitents en abandonnant toute sa vie, son fils Tom a disparu à la suite d'un prédicateur qui prétend soulager la douleur des survivants, sa fille Jill a beaucoup changé.  La petite ville de Mapleton ne se remettra pas facilement de ces disparitions.


Mon avis :

Voici un livre qui sort un peu de mes lectures habituelles car je ne l'ai pas choisi : il s'agit d'un des livres que j'ai lus à voix haute et enregistrés pour une jeune femme malvoyante.  Elle lit rarement de la fiction et la grande majorité des textes qu'elle me demande d'enregistrer sont peu intéressants d'un point de vue littéraire, mais celui-ci est un roman qui a eu un certain succès, et je l'ai trouvé assez remarquable.

9 novembre 2016

Les Inhibiteurs, tome 2 : La Cité du Gouffre, d'Alastair Reynolds


Vous reprendrez bien un peu de science-fiction, mesdames et messieurs ?


Résumé : 

"Sur Sky's Edge, Tanner Mirabel est un tueur d'élite. Soldat puis garde du corps à la solde d'un trafiquant d'armes, il traque Argent Reivich, le post-mortel qui a assassiné son employeur et, surtout, la femme de ce dernier... Une traque qui le conduit jusqu'à Chasm City, la Cité du Gouffre rongée par un fléau mortel. Tanner est très vite pris au piège dans un jeu machiavélique : les habitants de Chasm City maîtrisent une technologie très particulière qui leur permet de changer d'apparence... Les choses se compliquent encore quand Tanner découvre qu'il a contracté un virus qui le condamne à revivre des événements vieux de centaines d'années, lorsque la Flotille terrienne a entrepris la colonisation de la galaxie."


Mon avis :

Ce roman est la suite de "L'Espace de la Révélation", dont je vous ai parlé il n'y a pas très longtemps (même si je l'avais écouté plusieurs mois auparavant).  On m'avait dit que sa suite était assez différente mais encore mieux, alors je n'ai plus hésité et je me la suis procurée, toujours en audiolivre, toujours en VO, toujours avec le même narrateur que j'apprécie beaucoup.

29 octobre 2016

The Dispatcher, de John Scalzi


J'ai vraiment essayé de ne pas vous présenter deux romans de John Scalzi à la suite, mais j'en ai lu tellement dernièrement que ça devient difficile. Celui-ci je voulais vous en parler rapidement parce qu'il s'agit d'une novella qui est disponible gratuitement sur Audible (y-compris le site en français) et je voulais vous en parler avant que cette offre se termine. Si vous pensez pouvoir apprécier en audiolivre en anglais, cet article est pour vous !


Résumé :

Tony Valdez est un "dispatcher" : un assassin qui sauve des vies. Dans un monde pas loin dans le futur, sans qu'on sache pourquoi ni comment, l'assassinat est devenu quasiment impossible : quand quelqu'un est tué volontairement par quelqu'un d'autre, 999 fois sur 1000 la victime disparaît et réapparaît en vie dans son propre lit, comme si rien ne s'était passé. D'où le métier de dispatcher : celui qui se tient prêt à vous assassiner quand vous êtes sur le point de mourir pour d'autres raisons afin de vous permettre de revenir à la vie. Tony est très à l'aise dans son rôle éthiquement compliqué, jusqu'au jour où l'un de ses amis et collègue est victime d'un enlèvement, et où il découvre que son métier peut devenir très cruel...


Mon avis :

Dans la série "John Scalzi", je vous présente un petit nouveau dont vous n'avez probablement jamais entendu parler parce que 1) il est sorti très récemment, 2) il n'a pas (encore) été traduit, 3) c'est une exclusivité audiolivre pour Audible. Vous pensez bien que quand Audible a proposé cette novella en bonus gratuit à ses membres, je me suis jetée dessus. Et comme si ce n'était pas suffisant, elle était narrée par Zachary Quinto, un acteur à la belle voix grave qui m'a beaucoup plu dans son rôle de Spock dans les nouveaux films de Star Trek et m'a donné des frissons de dégoût dans le rôle de Sylar dans la série Heroes.

24 octobre 2016

Fuzzy nation, de John Scalzi


Encore du Scalzi ! Oui, je sais, mais c'est quasiment devenu un petit challenge personnel de lire tous ses romans, et ce n'est pas le dernier... Laissez-moi vous présenter cette réécriture très réussie !


Résumé :

Jack Holloway est le type même de l'emmerdeur nonchalant : interdit d'exercer sa profession d'avocat après avoir frappé un client, il se retrouve prospecteur de pierres de lune sur la planète Zara XXIII, où il perd à nouveau son boulot pour avoir dressé son chien à provoquer à sa place les explosions qui dénichent les pierres précieuses. Mais surprise : sa dernière explosion a fait apparaître un énorme filon de pierres de lunes, une fortune dont il négocie âprement les droits avec ses anciens patrons. Sauf qu'au même moment, il découvre une colonie de petits animaux poilus étonnamment astucieux qui, s'ils s'avéraient remplir les conditions qui déterminent une race intelligente, obligeraient à cesser toutes les activités minières sur Zara XXIII... Tout à coup, il va devoir choisir entre devenir riche ou protéger les intérêts de ses nouveaux petits amis face à une entreprise interplanétaire.


Mon avis :

Je savais qu'on pouvait faire un remake d'un film ; j'ignorais que c'était aussi possible pour un roman. Et pourtant, c'est bien ce qu'est "Fuzzy Nation", le remake (autorisé par les ayant droit) d'un roman de science-fiction de 1962, "Little Fuzzy" de H. Beam Piper. J'ignorais ça au moment d'écouter ce roman, et je n'ai pas lu l'histoire originale, ce qui fait que je ne pourrai pas faire de comparaison. J'ignorais aussi que l'audiolivre de "Fuzzy Nation", narré par Will Wheaton, avait gagné un prix en 2012, mais ça, ça ne m'étonne pas du tout, car Will Wheaton donne une voix parfaite aux personnages impertinents chers à John Scalzi !

19 octobre 2016

Death Note, tome 1, de Tsugumi Ohba et Takeshi Obata


Attention mesdames et messieurs, une première sur ce blog : je vous parle d'un manga !!! *roulement de tambours*


Résumé : 

Apparemment, quand on est un dieu de la mort, la vie n'est pas si cool que ça et l'un d'eux, Ryûk, s'ennuie profondément. Il décide alors de laisser volontairement tomber sur la terre son "death note", un carnet où il inscrit le nom des humains qui vont mourir, pour voir ce que les humains en feront. Le carnet est récupéré par Light Yagami, un jeune étudiant modèle... qui n'hésite pas à l'utiliser pour faire mourir les criminels et rendre ainsi son monde meilleur. Mais bientôt, la police est à sa recherche...


Mon avis :

Dire que je n'ai pas beaucoup d'expérience des mangas est une évidence : je crois bien que c'est le premier que je lis !  Ça faisait longtemps que je voulais tenter l'aventure de ces drôles de petites bande-dessinées qu'on lit en commençant par la fin, mais je ne savais pas trop quoi choisir, je ne voulais pas quelque chose de trop "enfantin"... Sur les conseils avisés de Thalia et Kika, j'ai finalement acquis l'été passé le premier tome de cette série, Death Note. Et j'ai découvert les aventures de Light et Ryûk. 

12 octobre 2016

Le vieil homme et la guerre, de John Scalzi


Je vous avais dit que vous entendriez beaucoup parler de John Scalzi sur ces pages... Vu que j'ai adoré tous les romans de lui que j'ai lus jusqu'à présent, il fallait que je découvre sa série la plus célèbre dont ce roman est le premier tome !


Résumé :

"“J’ai fait deux choses le jour de mon soixante-quinzième anniversaire. Je suis allé sur la tombe de ma femme et je me suis engagé.”
À soixante-quinze ans, l’âge minimum requis, John Perry n’est pas le seul à intégrer les Forces de défense coloniale, le seul ticket pour les étoiles, mais sans retour. Plus rien ne le retient sur Terre. Combien d’années de vie peut-il encore espérer? En revanche, s’engager, c’est défendre la Terre, protéger l’expansion de l’humanité dans les étoiles, retrouver une seconde jeunesse et, à l’issue du service, obtenir le statut de colon sur une planète nouvelle. Sur Terre, nul ne sait ce qu’il advient de ces recrues à part qu’on leur promet une guerre sans merci contre la myriade d’espèces intelligentes qui se partagent un “ espace vital” interstellaire beaucoup trop étroit. John Perry devient donc soldat. Avec son nouveau statut commencent les révélations, inimaginables." (résumé de l'éditeur)


Mon avis :

Plusieurs années après tout le monde, je me suis enfin plongée dans le premier tome de cette fameuse série, "Le vieil homme et la guerre". C'est le livre qui a fait connaître John Scalzi, une première publication (bien qu'il ait écrit "Impressario du troisième type" avant), et ce n'est pas tous les jours qu'une première oeuvre ait autant de succès. Comme vous le savez si vous suivez ce blog, le sort a fait que j'ai découvert John Scalzi d'abord via ses romans publiés en audiolivres narrés par Will Wheaton, et "Le vieil homme et la guerre" je l'avais déjà acheté en ebook, il m'a attendu un peu plus longtemps dans ma liseuse. Mais il était depuis longtemps tout en haut de ma PAL virtuelle et il a fini par me sauter devant les yeux.

9 octobre 2016

Ubik, de Philip K. Dick


Aujourd'hui je vous parle d'un grand classique de la science-fiction (et même d'un grand classique tout court), le fameux Ubik du célèbre Philip K. Dick ! 


Résumé :

Dans un avenir pas si lointain où les hommes voyagent dans l'espace et où certains ont des pouvoirs télépathiques, Joe Chip est recruteur pour une entreprise qui loue les services d'hommes et de femmes ayant des pouvoirs permettant de repérer et de contrer les espions industriels utilisant des pouvoir psychiques. Son patron, Glen Runciter, dirige l'entreprise avec l'assistance de son épouse Ella, suspendue dans une demi-vie cryonique après son décès. Peu après le recrutement d'une mystérieuse jeune femme ayant le pouvoir de modifier le passé, Glen Runciter loue toute son équipe pour une mission particulièrement importante sur une autre planète. Mais dès leur arrivée, une bombe explose, tuant Runciter et provoquant d'étranges perturbations temporelles pour les autres membres de l'équipe...


Mon avis :

Voici une de ces chroniques que je vais avoir beaucoup de mal à écrire. C'est le deuxième récit de Philip K. Dick que je découvre et comme pour le premier, Le Maître du Haut-Château, je ne sais pas vraiment qu'en dire. C'est d'autant plus compliqué que je l'ai découvert sous forme d'audiolivre en VO, narré par un acteur qui a pris la liberté de jouer le texte utilisant des voix très distinctes pour les différents personnages. Runciter a ainsi une voix traînante et très grave de cow-boy, l'employé de l'institut suisse a une voix aiguë très obséquieuse, Joe Chip a une voix normale mais où ses sentiments percent de façon parfois extravagante, certains de ses compagnons ont l'air perpétuellement en situation de panique... C'est très bien fait et très immersif, mais en même temps c'est une sorte d'interférence entre le texte et moi qui a probablement ajouté une dimension qui n'aurait pas existé à l'écrit.

7 octobre 2016

Le Mort aux Quatre Tombeaux (Dry Bones), de Peter May


Je rattrape petit à petit mes chroniques en retard, et voici un roman que j'ai lu (ou plutôt écouté en audiolivre VO) cet été, le polar d'un auteur qui m'a déjà beaucoup séduite par le passé...


Résumé :

Le biologiste écossais Enzo McLeod habite en France depuis de longues années quand, lors d'un dîner, d'anciens amis lui rappellent son passé de médecin légiste et lui lancent un défi : résoudre un "cold case" grâce aux avancées scientifiques.  Sous la pression d'un montant élevé mis en gage, Enzo relance l'enquête sur la disparition de Jacques Gaillard dix ans plus tôt, un homme politique et cinéphile très connu qui s'est volatilisé sans le moindre indice. D'un bout à l'autre de la France, Enzo va découvrir un jeu de piste macabre qui ira jusqu'à mettre en péril sa propre vie.


Mon avis :

Voici le premier volume d'une série au tour du personnage Enzo McLeod que j'ai découverte récemment.  Après avoir adoré "L'île des chasseurs d'oiseaux" et sa suite, "L'homme de Lewis" du même auteur (ce qui me rappelle que je dois encore lire le troisième volume de cette série), j'avais envie de découvrir d'autres romans de Peter May. "Le Mort aux Quatre Tombeaux" (Dry Bones ou Extraordinary People en version originale) m'est tombé dans l'oreille je ne sais plus trop comment, probablement lors d'une promotion sur Audible, et j'avais bien aimé la voix du narrateur, un peu blasée et joliment accentuée. C'est à nouveau un polar mais dans un tout autre environnement que la trilogie écossaise que je connaissais déjà. 

3 octobre 2016

Chronique du Tueur de Roi, tome 1 : Le Nom du Vent, de Patrick Rothfuss


Aujourd'hui je retourne un moment vers la fantasy pour vous parler d'une de ses sagas récentes les plus connues...


Résumé :

J'ai libéré des princesses. J'ai incendié la ville de Trebon. J'ai suivi les pistes au clair de lune que personne n'ose évoquer durant le jour. J'ai conversé avec les dieux, aimé des femmes et écrit des chansons qui font pleurer les ménestrels.
J'ai été exclu de l'Université à un âge où l'on est encore trop jeune pour y entrer. J'y étais allé pour apprendre la magie, celle dont on parle dans les histoires. Je voulais apprendre le nom du vent.
Mon nom est Kvothe.
Vous avez dû entendre parler de moi.
Découvrez l'extraordinaire destin de Kvothe : magicien de génie, voleur accompli, musicien d'exception... infâme assassin.
Découvrez la vérité qui a créé la légende.


Mon avis :

Je vous ai déjà dit que je ne me renseignais pas beaucoup sur mes livres avant de les lire?  Il suffit de peu : une promotion, un auteur que j'aime, un titre que j'ai croisé plusieurs fois ; je note, j'achète, je laisse de côté, et quelques mois ou années après, je retombe sur ce livre alors que j'en ai tout oublié et je le découvre sans rien en savoir. C'est encore une fois ce qu'il s'est passé avec "Le nom du vent" ; je crois que j'ai lu l'un ou l'autre de mes auteurs de fantasy favoris en faire les louanges (Brandon Sanderson peut-être ?), et probablement qu'il a été en promotion sur Audible un jour ou l'autre, ou alors je me suis dit que les presque 28h de lecture seraient un bon investissement pour mon crédit mensuel. Quoi qu'il en soit, cet été, après avoir fini "Dry Bones" (dont je vous parle bientôt), j'ai eu envie de retourner vers la fantasy et j'ai commencé l'écoute de "Le Nom du Vent". Je ne savais pas du tout de quel genre de fantasy il s'agissait, ni même que c'était le premier tome d'une trilogie (dont je troisième tome n'est pas encore paru). J'ai tout découvert en partant de zéro, comme j'aime.

28 septembre 2016

L'homme qui prenait sa femme pour un chapeau, d'Oliver Sacks


Il me reste encore une ou deux chroniques de livres lu il y a déjà plusieurs mois à vous présenter. J'ai eu beaucoup de chance cette année, j'ai eu très peu de déceptions et j'ai découvert beaucoup de livres de qualité, dont celui-ci...


Résumé :

Il y a cet homme dont le cerveau est incapable de reconnaître ce qu'il voit, au point qu'il confond sa femme et son chapeau ; celui qui ne se rend pas compte du temps qui passe et reste coincé dans son passé, au mépris de la réalité ; cette dame qui caricature de façon compulsive les passants dans la rue; ces jumeaux retardés mentaux mais capables de calculer des nombres premiers jusqu'à 6 chiffres; cet autiste quasiment apathique qui exprime une vie émotionnelle intense par ses dessins... Le docteur Oliver Sacks, dans ce livre qui l'a rendu célèbre, explore le sens profond de l'humanité en étudiant le cerveau de ces patients hors-norme.


Mon avis :

C'est déjà le troisième livre d'Oliver Sacks que je lis et c'est seulement maintenant que je découvre le plus connu, celui au titre le plus intriguant. Les trois livres suivent le même schéma : Oliver Sacks, neurologue réputé, nous raconte les cas qui l'ont intrigué et les utilise pour explorer les concepts d'humanité, de dignité, de liberté, de bonheur, d'intelligence. Les questions qu'il pose sont pertinentes : peut-on être heureux lorsque notre cerveau nous cache la réalité ? Est-on vraiment "handicapé" quand l'intelligence défaillante est remplacée par un talent extraordinaire ? Comment accueillir dignement dans notre société des hommes et des femmes dont les cerveaux fonctionnent différemment ?  Comme dans les tomes précédents, ces analyses de cas ne sont pas seulement des anecdotes souvent surprenantes sur les tours étranges que peut nous jouer le cerveau, mais aussi des réflexions pleines de compassion et d'humanité. On ne peut pas s'empêcher d'aimer ce docteur qui s'intéresse d'aussi près à ses patients et respecte chacun d'eux malgré ses limitations.

21 septembre 2016

Redshirts, au mépris du danger, de John Scalzi


Retour à la science-fiction avec un de mes auteurs préférés, le prolifique John Scalzi !


Résumé : 

Années 2460. L'enseigne Andrew Dahl vient d'être affecté à bord de l'Intrépide, le prestigieux vaisseau amiral de l'Union universelle. Génial ! Pas tout à fait. Les jeunes recrues de l'équipage ne tardent pas à s'en apercevoir, les sans-grades comme eux ont une fâcheuse propension à trouver une mort spectaculaire au cours des missions d'exploration alors que leurs supérieurs – le commandant, le premier officier scientifique et l'héroïque lieutenant Kerensky – s'en tirent toujours à bon compte. Il y a aussi tout un tas de choses illogiques qui se déroulent sur ce fleuron de la science la plus avancée, et des tas de secrets parcourent les couloirs. S'ils tiennent à survivre en dépit des statistiques, Andrew et ses compagnons sont condamnés à résoudre le mystère et à trouver une parade.


Mon avis :

Etant donné qu'il s'agissait d'un roman de John Scalzi (qui est en train de devenir l'un de mes auteurs préférés), que la version audiolivre VO est enregistrée par Will Wheaton (dont la voix est parfaite pour les romans de Scalzi), et qu'en plus ce roman a reçu le prix Hugo (le prix le plus prestigieux en SFFF) en 2013, inutile de vous dire que j'avais beaucoup, beaucoup d'espoirs pour cette lecture.  J'ai d'ailleurs gardé ce roman dans bien au chaud dans ma PAL pour un jour où j'avais particulièrement envie de quelque chose de sûr, d'un plaisir garanti qui m'emporterait loin des difficultés de la vie de tous les jours. L'occasion parfaite a été le jour où j'ai dû aller travailler, malade, et pas du tout motivée pour une heure de trajet aller et une autre retour dans le froid... 

15 septembre 2016

The Fleet Street Murders (Charles Lenox tome 3), de Charles Finch


Quand une série me plaît bien, je ne me prive pas d'enchaîner les tomes. Voici donc la troisième aventure du détective Charles Lenox !


Résumé :

La vie de Charles Lenox, gentleman londonien et détective amateur de l'époque victorienne, est sur le point de changer : il est maintenant fiancé et envisage de se présenter aux prochaines élections parlementaires. Ca ne l'empêche pas de s'intéresser de près à un double crime : deux journalistes sans lien apparent sont assassinés à quelques minutes l'un de l'autre le soir de Noël, et même si la police semble avoir appréhendé un suspect, Lenox n'est pas convaincu. Mais tout à coup, tout s'accélère : l'élection est anticipée et Lenox n'a plus que deux semaines pour convaincre des électeurs qui ne le connaissent pas à l'autre bout de l'Angleterre ; de chers amis subissent un drame qui mérite son soutien ; sa fiancée a des doutes sur leur relation ; et le suspect semble de moins en moins crédible... Lenox parviendra-t-il à se faire élire, rassurer sa fiancée, soutenir ses amis et prévenir une erreur judiciaire ?


Mon avis :

C'est avec un plaisir toujours renouvelé que je retrouve ce cher Charles Lenox. Ses deux premières aventures, A Beautiful Blue Death et The September Society, m'avaient permis de faire la connaissance de ce gentil monsieur, l'archétype du gentleman victorien bienveillant. Je sais très bien qu'il n'est probablement pas exactement représentatif de son époque, d'ailleurs son petit monde est limité à un écosystème forcément privilégié. Mais ça fait du bien de passer du bon temps avec lui et ses enquêtes, ses problèmes de cœur et sa petite maisonnée accueillante. Surtout que la voix du narrateur de l'audiolivre (en anglais bien entendu) donne déjà à elle toute seule un petit côté attendrissant au personnage. Un polar "feel-good" en quelque sorte, voilà qui est bien rare !

7 septembre 2016

Faut-il manger les animaux ? de Jonathan Safran Foer


J'ai lu beaucoup de science-fiction cette année mais je l'ai quand même entrecoupée avec d'autres genres. Alors cette fois-ci, parlons de viande, avec un documentaire qui a eu beaucoup de succès... 


Résumé :

"Comment traitons-nous les animaux que nous mangeons? Convoquant souvenirs d'enfance, données statistiques et arguments philosophiques, Jonathan Safran Foer interroge les croyances, les mythes familiaux et les traditions nationales avant de se lancer lui-même dans une vaste enquête.
Entre une expédition clandestine dans un abattoir, une recherche sur les dangers du lisier de porc et la visite d'une ferme où l'on élève les dindes en pleine nature, J.S. Foer explore tous les degrés de l'abomination contemporaine et se penche sur les derniers vestiges d'une civilisation qui respectait encore l'animal. Choquant, drôle, inattendu, ce livre d'un des jeunes écrivains américains les plus doués de sa génération a déjà suscité passions et polémiques aux Etats-Unis et en Europe."


Mon avis :

C'est un peu surprenant, mais j'ai lu ce livre très connu sur l'industrie de la viande après être devenue végétarienne (voire végétalienne) principalement pour des raisons éthiques. Je n'avais pas besoin de me conforter dans mon engagement car le choix de changer d'alimentation n'a pas été difficile à faire et je ne l'ai jamais regretté. Je n'avais pas non plus besoin de savoir à quel point les animaux sont maltraités dans le circuit de production de la viande, ça n'a pas d'importance pour moi : à partir du moment où nous n'avons pas besoin de viande pour nous nourrir, je ne trouve aucune justification pour tuer un animal dans ce but, qu'il soit bien traité ou non. Mais j'étais quand même curieuse de savoir à quoi ressemblait ce livre qui a beaucoup fait parler de lui et que de nombreux végétariens mentionnent comme déclencheur lorsqu'ils ont fait ce choix alimentaire

4 septembre 2016

Un dernier verre avant la guerre, de Dennis Lehane


Pour un petit changement de style, je vous parle cette fois-ci d'un roman policier bien sombre et bien prenant...


Résumé : 

"Amis depuis l’enfance, Patrick Kenzie et Angela Gennaro sont détectives privés. Ils ont installé leur bureau dans le clocher d’une église de Boston. Un jour, deux sénateurs influents les engagent pour une mission apparemment simple : retrouver une femme de ménage noire qui a disparu en emportant des documents confidentiels. Ce que Patrick et Angela vont découvrir, c’est un feu qui couve « en attendant le jet d’essence qui arrosera les braises ». En attendant la guerre des gangs, des races, des couples, des familles."
(quatrième de couverture)


Mon avis :

Je ne pourrais pas vous dire comment ce roman s'est retrouvé dans ma PAL audio. Encore l'effet d'une promotion sur Audible, probablement !  J'ai dû m'y intéresser en retrouvant le nom de l'auteur du célèbre Shutter Island, lu il y a longtemps, et j'ai probablement apprécié la voix du narrateur dans l'extrait. C'est souvent comme ça que je fonctionne : j'achète un livre, je l'oublie, et je le redécouvre sans a-prioris. 

31 août 2016

Les Inhibiteurs, tome 1 : L'espace de la révélation (Revelation Space) d'Alastair Reynolds


Cette année j'ai surtout lu de la science-fiction, en commençant par ce pavé que j'ai découvert en début d'année.  Une lecture au hasard, sous format audio et en version originale avec laquelle j'ai pris pas mal de risques, mais qui ne m'a pas déçue !


Résumé :

Mon premier est un archéologue du futur, issu d'une famille célèbre et puissante, obsédé par une civilisation disparue mystérieusement ; ma seconde est une femme soldat, séparée de son époux à cause d'une erreur d'aiguillage lors d'un voyage intergalactique, recrutée de force pour devenir assassin ; ma troisième est technicienne sur un énorme vaisseau spatial délabré dont l'équipage cherche désespérément à soigner son capitaine, atteint d'une peste qui tend à prendre le contrôle du vaisseau ; mon tout est un piège qui pourrait bien mettre fin à l'humanité entière...


Mon avis :

Encore un livre choisi presque au hasard des promotions Audible. Il se trouve que le narrateur est le John Lee dont la voix m'avait séduite quand il racontait la trilogie Le Siècle de Ken Follett. Il semble se spécialiser dans les pavés de plusieurs centaines de pages, ce qui m'arrange bien : mon abonnement Audible me permet d'acheter un livre par mois à un prix fixe, autant rentabiliser, et un pavé est beaucoup moins impressionnant et beaucoup plus digeste en format audio. J'avais noté ce titre, Revelation Space, probablement à cause de son résumé, et quand il a été proposé à 6 dollars, j'ai sauté sur l'occasion sans me poser de questions et sans en avoir (re)lu le moindre résumé ou le moindre avis.  J'aime prendre des risques !

24 août 2016

Un anthropologue sur Mars, d'Oliver Sacks


Après une longue pause pendant des vacances très occupées, je reprends les chroniques. Certaines m'attendent dans ma boîte à brouillons depuis plusieurs mois, notamment celle-ci, un recueil de cas cliniques qui nous raconte les méchantes blagues que peut nous faire notre cerveau...


Résumé :

Un peintre perd, à la suite d'un accident, la perception des couleurs ; un chirurgien, atteint du syndrome de La Tourette, est en proie à des tics compulsifs, sauf quand il opère ; une autiste, pour qui le monde humain est incompréhensible, se spécialise dans l'étude des animaux.

Les personnes atteintes de tels troubles neurologiques ressemblent à des voyageurs traversant d'inimaginables contrées. Sept de ces voyageurs sont présentés ici. Pour les comprendre, l'auteur est allé à leur rencontre, et a partagé, pendant un moment, leur vie.
Les sept histoires qu'il relate sont paradoxales, car elles montrent que les troubles neurologiques ne sont pas seulement des maladies - ils ouvrent des mondes nouveaux, certes étranges pour l'expérience commune, mais où se réalisent d'autres richesses, seulement potentielles chez l'homme normal.

Le peintre qui a perdu la perception des couleurs va créer un monde artistique monochrome, à la beauté insolite et profonde ; et l'autiste continuera à se heurter aux arcanes de la socialité humaine - mais en s'y sentant, nous dit-elle, " comme un anthropologue sur Mars ".
(Source : quatrième de couverture - enfin je crois, en tous cas c'est pas de moi !)


Mon avis :

J'ai choisi et écouté ce livre après avoir beaucoup apprécié "L'éveil" quelques semaines auparavant. J'avais été séduite par le côté très intéressant des cas cliniques, surtout qu'il s'agissait de maladies neurologiques et que je ne m'attendais pas du tout à tous les tours bizarres que peut nous jouer un cerveau qui ne fonctionne pas parfaitement. J'avais aussi beaucoup apprécié l'humanité du médecin auteur, qui ne voit pas les malades comme des problèmes à résoudre mais comme des hommes et des femmes courageux et très riches, dont l'humanité et les qualités sont cachées derrière les symptômes. Enfin, j'avais adoré la voix du narrateur du livre audio en version originale (qui narre aussi "Un anthropologue sur Mars"), une voix posée mais enthousiaste, une diction parfaite mais douce et chaleureuse. 

26 juin 2016

The September Society (Charles Lenox tome 2), de Charles Finch


Je vous l'avais dit : après avoir découvert Charles Lenox dans "A Beautiful Blue Death", j'ai tout de suite enchaîné avec la seconde de ses aventures.  Je vous emmène donc à nouveau à l'époque victorienne pour une nouvelle enquête du détective amateur ! 


Résumé : 

Charles Lenox, le détective amateur londonien de l'époque victorienne, a un souci : comment va-t-il arriver à demander en mariage la femme qu'il aime depuis si longtemps ? La timidité le paralyse, d'autant plus qu'elle semble s'éloigner de lui... Et lui est bientôt pris par une nouvelle enquête, une sale affaire : une certaine Lady Annabelle vient le voir, bouleversée, parce que son fils a disparu de sa chambre d'étudiant à Oxford. A sa place, le cadavre mutilé d'un chat et une carte de visite au nom de "La Société de Septembre"... Lenox retourne donc sur les lieux de sa jeunesse, à la poursuite d'indices concernant une société mystérieuse aux sombres desseins. 


Mon avis :

J'ai enchaîné cette histoire directement après le premier tome des aventures de Charles Lenox, "A Beautiful Blue Death" - en fait, j'avais même commencé celui-ci avant de me rendre compte qu'il s'agissait du deuxième de la série. Je peux donc vous affirmer qu'il est possible de le lire de façon indépendante, mais si comme moi vous voulez suivre dans l'ordre la vie privée du héros, il vaut mieux commencer par le début.

Dans ce tome-ci, Lenox s'est enfin aperçu de ses sentiments (clairement évidents depuis très longtemps pour le lecteur) envers Lady Jane, et se retrouve dans le rôle à la fois adorable et hyper énervant de l'amoureux transi. Heureusement que ça ne dure pas, car il est pris par une nouvelle affaire qu'il ne prend peut-être pas assez au sérieux, au début : la disparition d'un jeune étudiant (et l'assassinat d'un chat, ne l'oublions pas). Pour Lennox, c'est aussi une excuse pour retourner en pèlerinage sur les liens de sa jeunesse ; et pour l'auteur, l'occasion de nous promener à Oxford, un des hauts lieux de la culture et de la tradition anglaises. C'est peut-être ce que j'ai préféré dans ce tome : les descriptions des bâtiments (qui n'ont probablement pas beaucoup changé depuis l'époque de Lenox), des traditions estudiantines, les explications historiques en marge, le tout bien intégré à l'intrigue de façon à ce que ça ne paraisse jamais trop long, et raconté avec la nostalgie tendre du narrateur qui se souvient avec émotion de sa propre jeunesse...

17 mai 2016

Top Ten Tuesday : Les 10 critères principaux qui font qu'un blog est attrayant et qui vous donnent le goût d'y retourner



Ca fait tellement de temps que je n'ai plus participé au Top Ten Tuesday que j'ignorais qu'il avait changé d'organisatrice !  Ce rendez-vous est maintenant organizé sur le blog Frogzine, où vous pouvez retrouver toutes les participations. Cette semaine, je suis tombée sur l'article d'une participante et j'ai trouvé le thème super intéressant alors ça m'a incitée à participer pour une fois. Voici donc les dix critères qui me donnent envie de retourner visiter un blog littéraire !  Attention, je préviens : je suis hyper difficile  ;)  Il me faut :

8 mai 2016

American Psycho, de Bret Easton Ellis


Ce roman a fait l'objet du Book Club d'avril sur Livraddict, qui a donné lieu à de longues discussions. Et c'est vrai qu'il y a beaucoup à en dire ! 


Résumé :

Patrick Bateman est l'exemple du golden boy américain des années 80 : riche par héritage, diplômé des meilleures universités, trader à Wall Street, abonné à un club de sport sélect, jongleur de femmes, amateur de drogues, spécialiste de la mode chic... et aussi sujet à des crises d'angoisses et des accès de violence sadique. 


Mon avis : 

Quand ce roman a été sélectionné pour le Book Club d'avril, j'étais ravie : c'est un roman très connu de la littérature américaine que j'avais l'intention de découvrir un jour, mais j'avais besoin d'un coup de pouce pour me plonger dans ce que je savais être un roman très violent (et je suis très sensible, alors je fais attention). J'ai donc pris la peine, pour une fois, de le commencer en avance, histoire de pouvoir faire des pauses en cours de lecture qui me laissent le temps de digérer toute cette hémoglobine que j'imaginais déjà avant d'ouvrir le livre...

5 mai 2016

Les enfermés, de John Scalzi


Voici un roman dont j'attendais beaucoup, et qui ne m'a pas déçue - je crois même que je suis en train de me découvrir un nouvel auteur préféré !


Résumé :

Un nouveau virus extrêmement contagieux s'est abattu sur la Terre. Quatre cents millions de morts. Si la plupart des malades survivants n'y ont réagi que par des symptômes grippaux dont ils se sont vite remis, un pour cent des victimes ont subi ce qu'il est convenu d'appeler le « syndrome d'Haden » : parfaitement conscients, ils ont perdu tout contrôle de leur organisme ; sans contact avec le monde, prisonniers de leur chair, ils sont devenus des « enfermés ». Vingt-cinq ans plus tard, dans une société reformatée par cette crise décisive, ces enfermés, les « hadens », disposent désormais d'implants cérébraux qui leur permettent de communiquer. Ils peuvent aussi emprunter des androïdes qui accueillent leur conscience, les « cispés », voire se faire temporairement héberger par certains rescapés de la maladie qu'on nomme « intégrateurs »... Haden de son état, Chris Shane est aussi depuis peu agent du FBI. À sa première enquête, sous la houlette de sa coéquipière Leslie Vann, c'est justement sur un intégrateur que se portent les soupçons. S'il était piloté par un haden, retrouver le coupable ne sera pas coton. Et c'est peu dire : derrière une banale affaire de meurtre se profilent des enjeux colossaux, tant financiers que politiques.


Mon avis :

Encore un livre que j'ai acheté sous forme d'audiobook VO pendant des soldes, sans rien en savoir, simplement parce que l'auteur John Scalzi et le narrateur Will Weaton m'ont séduite avec The Android's Dream puis Agent to the Stars. Quand je tombe sur une paire qui fonctionne comme celle-là, je fonce ! Mais ça veut aussi dire que j'entame mes lectures sans rien en savoir, mais avec beaucoup d'espoir concernant leur qualité et leur originalité, car les deux romans cités étaient clairement de vraies petites perles de science-fiction.

2 mai 2016

A Beautiful Blue Death (Charles Lenox tome 1), de Charles Finch


Ca faisait longtemps que je n'avais pas lu de roman policier, alors j'ai craqué pour celui-ci et son décor bien anglais !


Résumé :

Charles Lenox est un détective amateur de l'époque victorienne, un véritable gentleman londonien qui a acquis une certaine réputation après avoir résolu quelques affaires délicates. Quand sa voisine et amie proche, Lady Jane, lui apprend bouleversée le suicide apparent d'une de ses anciennes femmes de chambre, Lenox ne peut pas éviter de se pencher sur l'affaire... et se rend vite compte qu'il s'agit d'un meurtre. Mais qui pourrait vouloir empoisonner une jeune servante dans une maison de bonne renommée, où se déroulera bientôt l'un des plus importants bals de Londres ? 


Mon avis :

Voici encore un audiolivre découvert par hasard à la faveur d'une promotion Audible.  Je profite de toutes les occasions d'obtenir à prix réduits des audiolivres qui sont normalement fort chers et que je consomme de plus en plus vite...  Cette fois-ci, c'est le côté "polar historique" qui m'a séduite. J'imaginais déjà le détective de salon, façon Sherlock Holmes mais en plus sympa, et la voix très polie et bienveillante du narrateur confirmait l'impression que dans ce roman, tout le monde se comporterait comme un parfait gentleman. 

30 avril 2016

Sourcellerie, de Terry Pratchett


En dernière minute, voici un roman dont je devais vous parler ce mois-ci, et une pure partie de plaisir !


Résumé :

Sur le Disque-Monde, le huitième fils d'un huitième fils devient un mage qui sera éduqué à l'Université de l'Invisible. Mais que devient le huitième fils d'un mage ? Normalement, ça ne devrait pas arriver : les mages n'ont pas d'enfant. Sauf un. Qui a eu huit fils. Et le huitième est un sourcellier qui risque bien de détruire le Disque-Monde.


Mon avis :

Quand j'ai envie d'un bon divertissement littéraire, une valeur sûre, je sais toujours où me tourner : je progresse un pas de plus dans l'univers magique créé par Terry Pratchett. L'humour, c'est toujours délicat, mais il y en a qui marchent bien avec moi et le Disque-Monde fait partie de ceux-ci. Ce mois-ci, le thème du challenge "Un genre par mois" c'était la fantasy, et comme en plus j'avais besoin d'une lecture légère et prenante en ce moment, "Sourcellerie" s'est imposé de lui-même.

26 avril 2016

Le Trône de Fer, intégrale, tome 3, de George R. R. Martin


La série télé vient de reprendre, c'est le moment de vous parler du troisième tome des romans : revoici le Trône de Fer !


Résumé :

La guerre pour le trône de fer a éclaté. Déjà, un des prétendants a été éliminé. Il n'en reste plus que quatre : Joffrey à Port-Réal, Robb le Roi du Nord, Stannis retranché sur son île après une défaite cinglante, et Daenerys la mère des dragons qui se cherche une armée.  Mais peut-être que le vrai danger n'est pas la guerre pour la conquête du royaume ; car au nord, des forces terribles se réveillent...


Mon avis :

Le Trône de Fer, troisième épisode !  Comme pour les précédents, je me suis alliée à Thalia, avec en plus Iluze qui nous a rejointes, pour mieux affronter ce pavé de 1150 pages. Car si l'histoire est passionnante, on ne se sent jamais vraiment à la hauteur face à un tel bloc de papier !  Thalia l'a divisé pour nous en huit étapes plus raisonnables et à raison d'une étape par semaine, nous avons fait la route ensemble, échangeant nos impressions au fur et à mesure. Je dois dire qu'en ce qui me concerne, c'est probablement le meilleur moyen de profiter au mieux de cette histoire.

24 avril 2016

Trigger Warning: Short Fictions and Disturbances, de Neil Gaiman


Je suis tombée à peu près par hasard sur le dernier recueil de nouvelles de Neil Gaiman, sorti en 2015. Il n'est pas encore publié en français j'en ai peur, mais si l'anglais ne vous fait pas peur, alors ce seront peut-être les histoires derrière ces pages qui le feront...


Résumé :

Parfois, les films, émissions et autres pièces de divertissement incluent un avertissement de type "trigger warning" : si vous êtes sensible à telle ou telle chose, éloignez-vous, car cette narration risque de réveiller en vous des sensations déplaisantes. Pour ce recueil de 24 nouvelles, Neil Gaiman nous avertit dès le titre. Attendez-vous à tout, car il y a de tout entre ces pages, et soyez prêts à ce que ces petites histoires variées réveillent chez vous toutes sortes d'émotions... 


Mon avis : 

C'est souvent difficile de parler d'un recueil de nouvelles, vu que les histoires sont généralement difficiles à qualifier dans une chronique unique, et les présenter individuellement est fastidieux. Ici, le problème est aggravé par le fait que les nouvelles sont extrêmement variées et nombreuses. L'auteur l'avoue lui-même : rien ne relie ces histoires entre elles, ni la forme, ni le fond. Il y a surtout de la prose, mais il y a aussi de la poésie ; certaines sont longues, d'autres très courtes ; la plupart ne sont constituées que d'une seule intrigue, mais "A calendar of tales" rassemble douze petite histoires, une par mois de l'année ; certaines sont réalistes, d'autres prennent la forme de contes ou légendes, d'autres encore semblent réalistes jusqu'à ce qu'un élément fantastique vienne tout perturber ; certaines font rire, certaines mettent la larme à l'oeil, certaines font frissonner, certaines sont pleines d'aventures palpitantes et certaines sont carrément lugubres. 

22 avril 2016

Perfect State, de Brandon Sanderson


Après un petit détour par le théâtre, revenons à l'un de mes genres préférés (la fantasy) et l'un de mes auteurs préférés (Brandon Sanderson) !


Résumé :

Le Dieu-Empereur Kairominas a réussi sa longue vie. Il a battu tous ses ennemis, a uni sous sa coupe un monde en conflit perpétuel, est en train de conquérir l'art d'une magie que lui seul peut maîtriser. Il ne lui reste plus qu'un ennemi, un autre dieu qui lui voue une haine aussi implacable qu'inexpliquée. Sa vie est celle d'un héros permanent qui commence à s'ennuyer. Jusqu'au jour où il est contraint de participer à un rendez-vous galant avec une déesse d'un autre monde qui a, comme lui, passé sa vie en héroïne.  Quand deux êtres exceptionnels se rencontrent, tout peut arriver...


Mon avis :

J'avais raté la sortie de cette novella en 2015 mais si j'ai fini par la lire, c'est grâce à son auteur : comme elle est éligible pour le prix Hugo de cette année, il a proposé de l'envoyer à ceux qui ont la possibilité de proposer un titre pour le prix et qui lui en faisaient la demande. Comme j'ai déjà mes tickets pour la Worldcon 2017 et que ça me permet de proposer des titres pour le prix de cette année, j'ai envoyé un petit message à l'un de mes auteurs préférés (j'ai l'impression de devenir un peu groupie du coup...) et son assistant m'a envoyé une copie de Perfect State. Je vais peut-être gâcher un peu la surprise sur mon avis en disant qu'après l'avoir lue, je l'ai en effet proposée pour l'Hugo de la meilleure novella...

18 avril 2016

Antigone, de Jean Anouilh


J'ai beaucoup lu et peu chroniqué ces dernières semaines, ce qui m'oblige à publier mi-avril ma chronique du mois de mars pour le défi "un genre par mois". La voici enfin, ma première pièce de théâtre lue depuis très longtemps, sur un texte classique, que beaucoup vénèrent, et qui m'a profondément énervée...


Résumé :

Antigone, la fille d'Oedipe, doit mourir. Elle a choisi d'enterrer son frère Polynice, malgré l'interdiction de son oncle, le roi Créon, et elle doit être punie conformément à la loi. C'est son destin, elle en est persuadée : malgré l'exemple de lâcheté de sa soeur, malgré l'amour de son cousin et fiancé, malgré même Créon qui fera tout pour la sauver, Antigone doit mourir.


Mon avis :

Le mois de mars était le mois du théâtre et des classiques pour le challenge "Un genre par mois". Comme j'ai déjà lu pas mal de classiques mais quasiment aucune pièce de théâtre, je me suis dit que c'était l'occasion de tenter l'expérience.  Mais j'étais bien embêtée au moment de choisir une pièce, vu que je n'y connais rien. J'ai donc fait une petite recherche sur google "meilleure pièce de théâtre" et le titre qui revenait le plus souvent est un de ceux dont j'avais déjà entendu parler : le fameux Antigone d'Anouilh. J'avais, dans ma jeunesse, beaucoup aimé son "Becket ou l'Honneur de Dieu" et je me suis dit que c'était la pièce idéale pour renouer avec le théâtre.

28 mars 2016

The Reckoners, tome 3 : Calamity, de Brandon Sanderson


Aujourd'hui, on retourne dans le monde de Brandon Sanderson (eh oui, ce n'est jamais fini !) et plus précisément dans l'univers de ses "reckoners" pour un dernier tome...  Attention, gros spoilers concernant les autres tomes de cette série !


Résumé :

Le pire est arrivé pour les Redresseurs : leur chef, Prof, a succombé à ses pouvoirs et est devenu un Epique tout aussi mauvais et encore plus dangereux que tous les autres. L'équipe est déchirée, en cavale, sans ressources, mais David ne baisse pas les bras. Il sait qu'il est possible de faire revenir un Epique du côté du bien, Megan en est la preuve. Il sait aussi que le pouvoir des épiques a une seule et même origine, Calamity. Et il est prêt à tout pour sauver Prof et mettre fin au règle des Epiques.


Mon avis :

Même si c'est probablement la série de Brandon Sanderson que j'aime le moins jusqu'à présent, à partir du moment où j'avais lu les 2,5 premiers tomes, je n'allais pas m'arrêter avant d'avoir lu le troisième et dernier. A la fin du deuxième tome, les choses sentaient bien le roussi pour nos héros les Redresseurs, et j'étais curieuse de savoir comment ils allaient s'en sortir.

18 mars 2016

Un imperceptible vacarme, tome 1 : Lointaines et limitrophes, de Dominique Warfa


J'ai terminé plusieurs livres en même temps cette semaine, il est temps que je vous en parle. Commençons avec un recueil de nouvelles d'un auteur belge que je découvrais pour la première fois.


Résumé :

"Une étrange et lointaine écologie. Un danseur technologiquement possédé. Un vaisseau lancé à la recherche de nouvelles terres, à n’importe quel prix. Une version alternative des tueurs fous du Brabant. Des voyages temporels sous influence chimique, ou pas. Des créatures irréelles qui hantent l’Amazonie. Des plongées dans la virtualité ou au cœur de la mer quantique. Un système automatisé qui ressuscite l’espèce humaine. Les moisissures d’un vieux mur qui prennent la parole. Indisponibles depuis longtemps, ces vingt-quatre nouvelles ont été écrites et publiées à l’origine entre 1976 et 2004, dans les pages de revues ou d’anthologies – entre Bruxelles, Paris ou Montréal. Elles ouvrent sur toutes les versions de l’univers, par les visions du fantastique ou de la fantasy, mais surtout de la science-fiction. Il s’agit d’une science-fiction parfois onirique, mais le plus souvent argumentée – et « dure », comme l’on dit qu’il existe des sciences « dures » ! Ce recueil résume près de quarante ans de vie en compagnie de la SF. Et comme il ne se veut pour autant pas trop proche de l’hommage posthume, il contient quatre textes inédits."
(présentation de l'éditeur)


Mon avis :

J'ai reçu ce partenariat via Livraddict de la part de l'éditeur Multivers Editions qui republie de la littérature de genre au format ebook, et je les remercie pour cette découverte. J'ai été tout de suite attirée par ce recueil de nouvelles de science-fiction : c'était une excellente façon de découvrir un auteur que je ne connaissais pas, belge de surcroit, et je trouve qu'écrire des courts récits dans les littératures de l'imaginaire, quand il faut en quelques pages seulement présenter tout un monde tout en proposant une intrigue, est un exercice particulièrement révélateur du talent d'un écrivain. 

7 mars 2016

The Reckoners, tome 2 : Firefight, de Brandon Sanderson


J'étais sur le point de rédiger ma chronique du tome 3 des Reckoners, quand je me suis rendue compte que je ne vous avais même pas parlé du tome 2, que j'avais pourtant lu en décembre !  Enfer et damnation !  Il est temps de réparer cet oubli...
Attention, spoilers concernant le tome 1 des Reckoners, "Coeur d'Acier", et la novella "Mitosis" ! 


Résumé :

Newcago est libre, mais la lutte contre les Epiques est loin d'être finie. Davis se rend compte que les tuer un par un ne résoudra pas le problème, d'autant qu'il commence à croire qu'au fond des monstres que sont devenus les Epics, il reste un peu d'humanité qui peut les transformer en alliés. Que faire pour assurer la liberté et la sécurité de l'humanité sur le long terme ?  La solution se trouve peut-être à Babylon Restored, l'ancien Manhattan inondé sous la coupe de l'Epique Regalia, d'où semblent venir les Epiques qui ont tenté de prendre le pouvoir à Newcago après Coeur d'Acier...


Mon avis :

J'avais été moyennement conquise par Coeur d'Acier, et j'hésitais à poursuivre cette aventure un peu trop "jeunesse" pour moi, quand la novella "Mitosis" qui se glisse entre le premier et le deuxième tome m'était tombée dans les mains (enfin, dans les oreilles) gratuitement. J'ai donc poursuivi ma lecture, et les pistes évoquées dans Mitosis m'avaient donné envie de découvrir le tome 2.  

27 février 2016

Mistborn: Secret History, de Brandon Sanderson


J'aurais vraiment dû me faire un petit challenge personnel il y a quelques mois, le "Défi Brandon Sanderson" consistant à lire tous ses livres sortis jusqu'à présent... Parce que c'est exactement ce que je suis en train de faire. Voici donc un nouvel opus tout juste sorti en version originale !


Résumé :

Et si on retournait à l'époque de Fils-des-Brumes ? Lorsque l'équipe de Kelsier luttait contre l'Empire Ultime, Vin et ses compagnons ignoraient qu'ils étaient des pions dans un jeu qui les dépassait. Il est temps de révéler enfin l'envers du décor...


Mon avis :

Non content de nous sortir trois romans en quatre mois, dont deux dans l'univers de Fils-des-Brumes ("Shadows of Self" et "The Bands of Mourning"), Brandon Sanderson vient de nous sortir une novella qui fait elle aussi partie de cette série. Il ne s'est pas non plus contenté d'une petite histoire parallèle, intéressante mais pas essentielle, comme "Le onzième métal" : cette fois-ci il nous offre une véritable histoire qui, en un nombre limité de page, chamboule tout ce qu'on savait sur le trilogie originale. Le culot de ce monsieur ! 

25 février 2016

L'océan au bout du chemin, de Neil Gaiman


Voici le dernier livre lu en 2015 dont j'avais prévu de vous parler. Je l'ai acheté à sa sortie, il m'a attendu pendant des mois dans ma bibliothèque, et puis la chronique m'a attendue pendant des mois sur mon disque dur... Pauvre petit livre patient, qui pourtant ne méritait pas ça car c'est un très beau conte !


Résumé:

"De retour dans le village de sa jeunesse, un homme se remémore les évènements survenus l'année de ses sept ans. Un suicide dans une voiture volée. L'obscurité qui monte. Et Lettie, la jeune voisine, qui soutient que la mare au bout du chemin est un océan..."
(quatrième de couverture)


Mon avis :

Voici un résumé qui ne raconte pas grand-chose, il faut bien l'admettre. C'est parce que d'une part l'histoire est très difficile à résumer en lui gardant son côté magique, et d'autre part parce que je l'ai découverte sans rien en savoir et que c'est un plaisir que je voudrais conserver à mes lecteurs.

Que pourrais-je vous dire pour vous donner envie de lire ce court roman qui en vaut la peine, sans pour autant vous gâcher la surprise ? D'abord que ce roman fait partie de ma catégorie personnelle "livres-pour-enfants-pour-adultes".  Parce que c'est clairement écrit comme de la littérature jeunesse, pas pour les petits enfants mais pour ceux de dix-douze ans je dirais : un récit d'aventures mystérieuses, un peu poétique, plein de monstres et de magie, centré sur les préoccupations parfois touchantes d'un jeune garçon.

24 février 2016

The Invisible Library, de Genevieve Cogman


Voici un audiolivre qui m'a séduite par le résumé de son intrigue et que j'ai acquis sur un coup de tête lors d'une promotion. C'est le début d'une série qui à mon avis pourra beaucoup intéresser les amateurs de fantasy YA... 


Résumé : 

Irene travaille dans une bibliothèque un peu particulière. D'abord, c'est une bibliothèque secrète et invisible.  Ensuite, elle se situe au milieu de différentes réalités, des versions de notre monde avec chacune ses propres caractéristiques : différents niveaux d'évolution technologique ou historique, différents types de magie et de créatures surnaturelles. Enfin, son boulot de bibliothécaire consiste à se faufiler dans différentes réalités pour s'y procurer des livres rares... en les volant si nécessaire.  De ce fait, Irene a acquis des capacités digne de celles d'un espion hautement entraîné et s'y connaît en situations périlleuses. Mais le jour où on l'envoie, en compagnie d'un mystérieux stagiaire, dans une réalité au bord du chaos, pour une mission qu'elle ne comprend pas bien elle-même, Irene se rend compte qu'elle n'a jamais été autant en danger.


Mon avis :

Avouez que ce résumé est plus qu'alléchant. Toute une bibliothèque comme ancrage et des livres comme objet principal de l'intrigue, de la magie, de l'aventure, une héroïne volontaire et un héros mystérieux... L'idée est bonne et bien menée. D'autant plus qu'une fois entrée dans le monde où se déroulera la plus grande partie du récit, on se rend compte qu'il a un bon petit décor steampunk : dirigeables, longues robes, chapeaux, machines bizarres et tout le tralala. J'aime bien cette esthétique. Mais le coup de génie, à mon avis, c'est d'avoir créé une héroïne basée entre plusieurs réalités ; chaque mission peut potentiellement l'envoyer dans une version de notre monde tout à fait différente, n'importe où sur l'échelle qui va de la fantasy (on mentionne plusieurs types de magies possibles et tout un tas de créatures à rencontrer) à la science-fiction (certains autres mondes semblent être très avancés technologiquement). Malheureusement, si je comprends bien la toute fin du récit, ce n'est pas l'option qu'a choisie l'auteur pour le prochain tome... On verra, mais en tous cas cette série reste ouverte à des changements de décors surprenants, ce qui est une bonne chose.

22 février 2016

The Three-Body Problem, de Cixin Liu


Voici un roman que j'avais repéré depuis qu'il a obtenu l'Hugo du meilleur roman l'année passée. Quand Audible l'a fait figurer parmi les audiolivres disponibles à 5 dollars lors de sa dernière promotion, j'ai sauté sur l'occasion. Et l'expérience fut... quasiment indescriptible (mais je vais faire un effort).


Résumé : 

Pendant la Révolution Culturelle en Chine, la famille de la jeune chercheuse en astrophysique, Ye Wenjie, est détruite par la chasse aux intellectuels menée par les guardes rouges. Reléguée à l'exécution de travaux manuels, Wenjie finit par être recrutée comme support technique à la "Red Coast Base", une base militaire et scientifique aux desseins secrets. En 2007, le scientifique expert en nanomatériaux Wang Miao est contacté par des militaires qui lui demandent d'épier un groupe de scientifiques dont les membres semblent se suicider en grand nombre. Mais il se retrouve très vite pris dans un mystère beaucoup plus important : il est témoin de phénomènes physiques impossibles qui ne s'arrêtent que quand il met fin à ses propres recherches. A la poursuite de la vérité, Miao croise Wenjie, devenue âgée, et découvre un jeu vidéo particulièrement étrange, qui le met dans la peau d'une civilisation extraterrestre victime d'une planète inhabitable. Qu'est-ce que tout cela signifie ? Quel est le lien entre un groupe secret de scientifiques, cette force supérieure qui remet en cause les lois de la physique, un jeu vidéo hyper-réaliste et cette guerre pour laquelle les autorités militaires se préparent en secret ?


Mon avis :

Waw, je sue déjà rien que d'avoir écrit le résumé de ce roman hyper complexe, ceci risque bien de devenir l'une des chroniques les plus difficiles à écrire de ce blog !  Comment vous parler d'un roman aussi riche, aussi complexe, aussi étrange et aussi passionnant ?  Je pourrais peut-être vous présenter ce qui m'a le plus marquée et le plus étonnée.

21 février 2016

Magasin Général, tome 2 : Serge, de Loisel et Tripp


Un des grands plaisir de la vie, à mon avis : faire la grasse matinée un dimanche enneigé et paresser au lit, un chat à ses côtés, une tasse de cappuccino à portée de main, et une excellente bande dessinée sous les yeux...


Résumé : 

Le petit village canadien de Marie est enseveli sous la neige quand elle recueille un inconnu tombé en panne de moto sur la route. Serge est poli et amical mais très différent des gens du village : il a beaucoup voyagé en Europe et est bien décidé de profiter de la vie...


Mon avis :

Je suis tombée sous le charme de cette série de BDs dès le premier tome, mais là, je suis entièrement conquise. Tout est là pour faire passer un bon moment. L'histoire est mignonne, avec la palette de personnages que l'on croise dans le petit village, la plongée dans la vie canadienne de l'époque (vers les années 30 ?), et toutes ces petites aventures humaines qui donnent l'impression de faire partie de cette gentille bulle. Le dessin est superbe aussi, je l'apprécie de plus en plus : maintenant que j'ai appris à reconnaître les différentes villageois au premier coup d'oeil, je peux apprécier les couleurs douces, les atmosphères chaleureuses si bien rendues, la neige qui embellit les décors au lieu de les simplifier, et tous les petits détails récurrents comme le chat noir qui se promène à travers les pages.

17 février 2016

Persuasion, de Jane Austen


Je vous parle d'une deuxième romance ce mois-ci ! Ca ne m'arrive pas souvent, profitez-en si vous aimez ce genre  :)


Résumé :

Anne Elliott est une jeune femme raisonnable, intelligente et attachante, mais entre un père futile, une soeur aînée imbue d'elle-même et une soeur cadette mariée, elle est bien mal considérée au sein de sa famille. Huit ans plus tôt, elle a refusé les avances de l'homme qu'elle aimait sur les conseils d'une amie de la famille qui ne le voyait pas devenir un époux sérieux. Mais depuis lors, le Capitaine Wentworth est réapparu dans sa vie, il a fait carrière, il est riche et il est toujours aussi séduisant... Anne a-t-elle raté sa chance au bonheur ?


Mon avis :

Ca, c'était mon premier choix pour la romance du challenge "un genre par mois".  "Avant toi" de Jojo Moyes était un accident en cours de route, mais au départ, un peu démunie face à un genre qui me plaît rarement, je m'étais tournée vers une valeur sûre : cette chère Jane Austen. Comme beaucoup de demoiselles, je suis une grand fan d'Orgueil et préjugés et je complète au fur et à mesure des années ma lecture des romans de cette auteur. 

Ce que j'aime chez Jane Austen c'est qu'elle nous plonge volontairement dans la société des XVIII et XIXème siècles, dévoilant sous sa plume critique les aspects les plus importants. Les familles qu'elle décrit sont d'un milieu social élevé, et leurs préoccupations sont très différentes de celles d'aujourd'hui, mais la narration est tellement détaillée que l'on vit dans leur peau tout au long de chaque roman. C'est bien entendu le cas ici aussi : la famille Elliott doit faire face à des problèmes d'argent (très relatifs), leur héritage est promis à quelqu'un qu'ils ne connaissent quasiment pas, Elizabeth et Anne doivent trouver à se marier pour garder un certain statut social et l'amour n'est peut-être pas le plus important dans leur choix... Des thèmes qu'on retrouve dans d'autre romans de la même auteur. A chaque fois, la vie de ces gens me surprend : leur monde est très privilégié sans qu'ils s'en rendent compte ("être pauvre" signifie n'avoir qu'un domestique), et pourtant leur milieu est si étriqué et si compliqué ! Ils ont l'air de passer leur temps à trouver quelque chose à faire : visites, promenades, repas, écrire des lettres, et on recommence. Mais dès qu'ils sont en société, alors il faut paraître, être scrupuleusement poli et intelligement intéressant, démontrer un goût raffiné et une convenance sans failles, entamer des conversations philosophiques poussées et deviner à demi-mots les nombreux sous-entendus. Le style un peu recherché de Jane Austen rajoute probablement à la complexité des conversations, mais ce qui est sûr c'est que c'est une société où l'on est jugé à chaque mot et où la spontanéité est très, très rare. 

14 février 2016

Avant toi, de Jojo Moyes


Mesdames et messieurs, laissez-moi vous présenter... une grosse, grosse surprise !



Résumé :

Lorsque Lou Clark, jeune adulte issue d'un milieu populaire, perd son boulot dans un petit commerce de village, elle se rend vite compte qu'elle aura du mal à en trouver un autre. Désespérée, elle est prête à accepter n'importe quoi, même de passer six mois à tenir compagnie à Will, un jeune paraplégique qui hait le monde entier. Mais peut-être que la spontanée et pétillante Lou est juste la personne qu'il faut pour redonner à Will le goût de la vie ? 


Mon avis :

Je dois avouer qu'avant de l'ouvrir, je me méfiais de ce roman. Il a beau faire l'objet d'avis unanimement positifs sur Livraddict, il s'agit d'une romance, un genre qui me convient rarement. En plus de ça, dès la lecture du résumé, on se doute du sens de l'intrigue : la gentille infirmière, le pauvre malade qui n'a plus goût à rien... Classique, classique, téléphoné même. Au final, je ne l'ai ouvert que parce que c'est le mois de la romance pour le challenge "un genre par mois", et parce que ma copine Thalia, qui commence à connaître mes goûts, me l'avait chaudement recommandé. Je l'ai donc pris en main un soir, en me disant que je pouvais au moins lui consacrer une heure ou deux avant de l'abandonner...

Et bien ce fut une très, très mauvaise idée, parce que j'ai fini par y passer la nuit. Je me suis fait avoir comme une bleue. Au bout de quelques pages à peine, sans rien voir venir, j'étais happée par la personnalité extravertie et profonde de Lou, le milieu chaleureux mais limité et plein de soucis dans lequel elle vit, sa rencontre avec Will, les états d'âme par lesquels elle passe... Impossible de refermer ce livre qui me faisait pleurer et rire, et surtout qui tendait vers une fin qui pouvait tout aussi bien être heureuse que dramatique. Cela fait des années que je n'avais pas été aussi émotionnellement impliquée dans un roman, moi qui ai tendence à devenir une vieille carne dépourvue de toute sentimentalité !